share_book
Envoyer cet article par e-mail

Philosophie de la volonté

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Philosophie de la volonté

Philosophie de la volonté

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Philosophie de la volonté "

Présentation de Philosophie de la volonté

On a réuni ici dans un seul volume " L'Homme faillible " et " La Symbolique du mal ", qui ensemble formaient sous le titre commun Finitude et Culpabilité le second tome, publié en 1960, de Philosophie de la volonté. Dans le premier ouvrage, on soutient la thèse selon laquelle la fragilité ontologique issue de la " disproportion " de soi à soi-même, illustrée tour à tour dans l'ordre du penser, de l'agir, puis du sentir, n'est pas en soi mauvaise. La finitude n'est pas le mal. Dans le second volume, on s'emploie à montrer que la condition mauvaise de la volonté est d'ordre contingent et historique par rapport à sa constitution essentielle et qu'elle relève d'une herméneutique des symboles et des mythes du mal qui structurent la mémoire de l'homme occidental, juif et grec.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 582  pages
  • Dimensions :  2.6cmx10.8cmx17.2cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Points Paru le
  • Collection : Points Essais
  • ISBN :  2757813293
  • EAN13 :  9782757813294
  • Classe Dewey :  100
  • Langue : Français

D'autres livres de Paul Ricoeur

Soi-même comme un autre

Prix : 114 DH
Le juste, la justice et son échec

L'opposition entre deux extrêmes. D'un côté l'idée du juste, considérée comme idée régulatrice ou, si l'on veut, transcendantale, pour le champ entier du droit positif appelé aussi domaine de la loi - de l'autre côté l'épreuve de l'échec de la justice sous sa forme judiciaire, [....]...

Histoire et verite

Est-il possible de comprendre l'histoire révolue et aussi de vivre - et, pour une autre part, de faire - l'histoire en cours, sans céder à l'esprit de système des " philosophes de l'histoire ", ni se livrer à l'irrationalité de la violence ou de l'absurde ? Quelle est alors la vérité du [...

Prix : 114 DH
Temps et récit, tome 1

Temps et Récit explore, après La Métaphore vive, le phénomène central de l'innovation sémantique. Avec la métaphore, celle-ci consistait à produire une nouvelle pertinence de sens par le moyen d'une attribution impertinente. Avec le récit, l'innovation consiste dans l'invention d'une [.....

Prix : 129 DH

Voir tous les livres de Paul Ricoeur

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Philosophie de la volonté

On a réuni ici dans un seul volume " L'Homme faillible " et " La Symbolique du mal ", qui ensemble formaient sous le titre commun Finitude et Culpabilité le second tome, publié en 1960, de Philosophie de la volonté. Dans le premier ouvrage, on soutient la thèse selon laquelle la fragilité ontologique issue de la " disproportion " de soi à soi-même, illustrée tour à tour dans l'ordre du penser, de l'agir, puis du sentir, n'est pas en soi mauvaise. La finitude n'est pas le mal. Dans le second volume, on s'emploie à montrer que la condition mauvaise de la volonté est d'ordre contingent et historique par rapport à sa constitution essentielle et qu'elle relève d'une herméneutique des symboles et des mythes du mal qui structurent la mémoire de l'homme occidental, juif et grec.