share_book
Envoyer cet article par e-mail

Zéropolis

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Zéropolis

Zéropolis

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Zéropolis "

Présentation de Zéropolis

Dans cette manière de représentation mobile du désert urbain que constituent les piles de livres de vos libraires, il arrive que se glisse discrètement (trop discrètement), une perle rare et précieuse. Zéropolis, mince essai relevant tout à la fois de la philo, de la socio et du road-movie littéraire, propose une dérive mentale et sensitive autour de la ville de tous les simulacres, Las Vegas. Au fond, c'est un peu comme si le Descartes des Méditations métaphysiques, après avoir lu Hunter S. Thompson ou Nick Tosches, avait décidé de louer un pick-up pour aller ausculter la ville-champignon par lui-même, soupçonnant que celle-ci devait être l'archétype de la cité occidentale et par la même occasion, des utopies bâtardes nées sur les tas de neurones cramés des sixties et du psychédélisme. Décryptant le show non-stop (Vegas ne dort jamais), Bruce Bégout traque donc les principes moteurs de la fun-culture des années 00. Voyant au travers de cette déréalisation permanente, tout à la fois un reflet de la place centrale qu'accorde l'occident au ludisme et à son pendant obscure, la sécurité (systèmes de surveillance omniscients, Gated communities…). Pour autant, Bruce Bégout, phénoménologue averti, n'oublie jamais d'ancrer sa réflexion dans une expérience. D'être partie prenante et d'évoquer l'envoûtement vegassien, c'est-à-dire ce moment inévitable où le jugement se suspend, court-circuité, happé dans une partie de flipper géante, au cours de laquelle le voyageur-philosophe est transformé en bille folle allant heurter de façon chaotique enseignes lumineuses et multicolores du Strip, comme autant de vignettes. Autrement dit, outre sa merveilleuse «transversalité», l'auteur a cet extrême bon goût de ne jamais perdre de vue qu'on ne juge pas une pareille ville, on se la prend d'abord dans la gueule. D'où l'intérêt total, intellectuel et littéraire, de cet opus. --Stéphane Malterre

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 124  pages
  • Dimensions :  1.0cmx10.0cmx16.2cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Allia Paru le
  • Collection : Petite
  • ISBN :  2844850812
  • EAN13 :  9782844850812
  • Classe Dewey :  917.931 35
  • Langue : Français

D'autres livres de Bruce Bégout

Lieu commun. Le motel américain

" Quelle qu'elle soit, l'expérience d'une nuit passée dans un motel oscille sans cesse entre la sécurité et l'insécurité, entre la volonté de se recroqueviller et celle de s'exposer, de rester dans son lit et d'écouter aux portes, voire de les ouvrir pour faire l'expérience de [....]...

La Découverte du quotidien

La philosophie et le quotidien entretiennent depuis toujours des rapports difficiles. Ce livre tente de comprendre les raisons de ce divorce historique mais, surtout, de proposer une véritable compréhension philosophique du monde quotidien qui dépasse à la fois sa critique méprisante et son ...

Enfance du Monde (l')

Nous sommes vivants, c'est un fait, c'est même la seule certitude que nous possédons ; mais comment dire ce qui la fonde et ce qu'elle implique ? Et du reste, en quoi la clarification de ce qu'est l'existence aiderait-elle cette dernière à exister ? L'aider à quoi d'ailleurs ? A être meilleure...

Voir tous les livres de Bruce Bégout

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Zéropolis

Dans cette manière de représentation mobile du désert urbain que constituent les piles de livres de vos libraires, il arrive que se glisse discrètement (trop discrètement), une perle rare et précieuse. Zéropolis, mince essai relevant tout à la fois de la philo, de la socio et du road-movie littéraire, propose une dérive mentale et sensitive autour de la ville de tous les simulacres, Las Vegas. Au fond, c’est un peu comme si le Descartes des Méditations métaphysiques, après avoir lu Hunter S. Thompson ou Nick Tosches, avait décidé de louer un pick-up pour aller ausculter la ville-champignon par lui-même, soupçonnant que celle-ci devait être l’archétype de la cité occidentale et par la même occasion, des utopies bâtardes nées sur les tas de neurones cramés des sixties et du psychédélisme. Décryptant le show non-stop (Vegas ne dort jamais), Bruce Bégout traque donc les principes moteurs de la fun-culture des années 00. Voyant au travers de cette déréalisation permanente, tout à la fois un reflet de la place centrale qu’accorde l’occident au ludisme et à son pendant obscure, la sécurité (systèmes de surveillance omniscients, Gated communities…). Pour autant, Bruce Bégout, phénoménologue averti, n’oublie jamais d’ancrer sa réflexion dans une expérience. D’être partie prenante et d’évoquer l’envoûtement vegassien, c’est-à-dire ce moment inévitable où le jugement se suspend, court-circuité, happé dans une partie de flipper géante, au cours de laquelle le voyageur-philosophe est transformé en bille folle allant heurter de façon chaotique enseignes lumineuses et multicolores du Strip, comme autant de vignettes. Autrement dit, outre sa merveilleuse «transversalité», l’auteur a cet extrême bon goût de ne jamais perdre de vue qu’on ne juge pas une pareille ville, on se la prend d’abord dans la gueule. D’où l’intérêt total, intellectuel et littéraire, de cet opus. --Stéphane Malterre