share_book
Envoyer cet article par e-mail

Goya, les peintures noires

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Goya, les peintures noires

Goya, les peintures noires

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Goya, les peintures noires"

Présentation de Goya, les peintures noires

Goya, qui ne se réclamait que de Vélasquez et de Rembrandt, n'est certainement pas explicable par la peinture de son époque en Espagne. Les documents écrits ou même ses lettres ne donnent guère d'information sur ce que fut au secret de soi cet esprit si évidemment hors de toutes normes. Des événements les plus importants de sa vie, comme sa grande maladie de l'hiver 1792-1793, on ne sait pas davantage. Historiens et même critiques sont donc bien peu équipés pour aborder cette oeuvre et accéder à ce qui en est tout de même bien clairement l'essentiel, une pensée de ce qui est vrai et de ce qui vaut. Pour comprendre Goya ne doit-on pas dès lors prêter attention à ce qu'on éprouve soi-même ? S'il y avait parenté véritable entre l'observateur et le peintre, ce serait certes la voie: le semblable seul connaît le semblable. Mais même si la proximité n'est que relative, soucis fondamentaux divergents autant que communs, et l'artiste loin en avant sur la voie où ces hantises entraînent, il est permis d'espérer que l'approche directe d'une pensée qui va dans l'image à la façon dont le rêve cherche a chance d'éclairer, tant soit peu, ce que s'interdit d'envisager l'historien, qui n'a pas droit d'être " subjectif ". Cet essai considère que les " peintures noires ", préparées par les coups de sonde des Caprices dans les soubassements du désir humain - désir de possession, mais aussi désir d'être, de donner sens - et décidées au moment de l'Autoportrait avec le Docteur Arrieta, sont un des moments absolus de l'art d'Occident: soit par la violence de leur mise en question de la représentation, de la prétention des images; soit, plus encore, par la hardiesse démesurée de leur réflexion morale et de leur proposition à ce plan. Y-B.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 177  pages
  • Dimensions :  2.4cmx16.8cmx23.8cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   William Blake And Co Paru le
  • ISBN :  284103142X
  • EAN13 :  9782841031429
  • Classe Dewey :  759.6
  • Langue : Français

D'autres livres de Yves Bonnefoy

Pensées d'étoffe ou d'argile

Le tissu, qui est cependant ce qui protège, est perçu plus facilement, ou du moins le fut-il bien tôt, comme ce qui empêtre, et ce qui cache. Et c'est vrai qu'il met à distance notre origine, cet état de nature qui peut sembler être une innocence, et de la franchise. Quand Adam et Eve eurent ...

Prix : 113 DH
L'inachevable - Entretiens sur la poésie 1990-2010

Ce livre est le recueil des plus grands entretiens accordés par l'écrivain depuis vingt ans. Ils portent sur la poésie, mais aussi la création ; l'auteur fait part de ses méditations sur Baudelaire, Rimbaud ou Mallarmé, de son travail autour de Shakespeare, et de son propre rapport à la [....

Voir tous les livres de Yves Bonnefoy

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Goya, les peintures noires

Goya, qui ne se réclamait que de Vélasquez et de Rembrandt, n'est certainement pas explicable par la peinture de son époque en Espagne. Les documents écrits ou même ses lettres ne donnent guère d'information sur ce que fut au secret de soi cet esprit si évidemment hors de toutes normes. Des événements les plus importants de sa vie, comme sa grande maladie de l'hiver 1792-1793, on ne sait pas davantage. Historiens et même critiques sont donc bien peu équipés pour aborder cette œuvre et accéder à ce qui en est tout de même bien clairement l'essentiel, une pensée de ce qui est vrai et de ce qui vaut. Pour comprendre Goya ne doit-on pas dès lors prêter attention à ce qu'on éprouve soi-même ? S'il y avait parenté véritable entre l'observateur et le peintre, ce serait certes la voie: le semblable seul connaît le semblable. Mais même si la proximité n'est que relative, soucis fondamentaux divergents autant que communs, et l'artiste loin en avant sur la voie où ces hantises entraînent, il est permis d'espérer que l'approche directe d'une pensée qui va dans l'image à la façon dont le rêve cherche a chance d'éclairer, tant soit peu, ce que s'interdit d'envisager l'historien, qui n'a pas droit d'être " subjectif ". Cet essai considère que les " peintures noires ", préparées par les coups de sonde des Caprices dans les soubassements du désir humain - désir de possession, mais aussi désir d'être, de donner sens - et décidées au moment de l'Autoportrait avec le Docteur Arrieta, sont un des moments absolus de l'art d'Occident: soit par la violence de leur mise en question de la représentation, de la prétention des images; soit, plus encore, par la hardiesse démesurée de leur réflexion morale et de leur proposition à ce plan. Y-B.