share_book
Envoyer cet article par e-mail

Perdu en chemin

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Perdu en chemin

Perdu en chemin

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Perdu en chemin"

Présentation de Perdu en chemin

Ruth Klüger nous avait livré le récit de sa jeunesse dans Refus de témoigner (Éd.V.H., Prix Mémoire de la Shoah 1998). Déportée à onze ans, échappée miraculeusement d'Auschwitz, elle s'exilait à seize ans aux États-Unis. Dans Perdu en chemin, on la découvre, adulte, confrontée au quotidien des années 50. Elle sera de celles qui se battront sans répit pour  obtenir ce qui paraît le minimum : la dignité, le respect, la simple reconnaissance de soi. Sa vie est " banale ", mariage, maternité, divorce. Mais elle écrit : " Quand ce fut fini, j'eus l'impression de sortir du freezer pour enfin mue, décongeler. " Devenue une germaniste réputée, elle est invitée en Europe, donne des conférences en Allemagne, est nommée Docteur honoris causa de l'université de Güttingen. Pourtant, elle poursuit le débat avec elle-même : quels sont les mécanismes de la mémoire individuelle et collective vis-à-vis des horreurs du passé, de leurs victimes, auteurs et témoins ? Le fil du récit est la discrimination constante et intimement ressentie, mais aussi celui d'une double émancipation : celle d'une Juive et celle d'une femme. Prosaïques à dessein, certaines pages fascinent par l'exactitude des sentiments exprimés ; constat et accusation s'interpénètrent. Ce qui semble d'une susceptibilité excessive émeut l'instant d'après par une lumineuse exigence d'équité. Et l'on est submergé par la sincérité généreuse r. de cette femme à l'intelligence souveraine. " Dès son titre, le livre annonce les pertes de cette vie. Ce qu'elle n'a pas perdu en chemin, c'est la conviction que rien n'est plus évident que de défendre ses droits. C'est en cela que réside le triomphe de Ruth Klüger. " FrankfurterAllgemeine Zeitung.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 233  pages
  • Dimensions :  2.4cmx12.8cmx20.8cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Editions Viviane Hamy Paru le
  • ISBN :  2878583086
  • EAN13 :  9782878583083
  • Classe Dewey :  390
  • Langue : Français

D'autres livres de Ruth Klüger

Refus de témoigner

Il est difficile de dire " l'indocilité " du récit dont Ruth Klüger nous fait ici le magnifique et abrupt présent. " Refus de témoigner n'est pas un livre de plus dans la littérature consacrée à la Shoah. Monument littéraire qui prend l'histoire à contre-pied, le livre de Ruth Klüger [...

Voir tous les livres de Ruth Klüger

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Perdu en chemin

Ruth Klüger nous avait livré le récit de sa jeunesse dans Refus de témoigner (Éd.V.H., Prix Mémoire de la Shoah 1998). Déportée à onze ans, échappée miraculeusement d'Auschwitz, elle s'exilait à seize ans aux États-Unis. Dans Perdu en chemin, on la découvre, adulte, confrontée au quotidien des années 50. Elle sera de celles qui se battront sans répit pour  obtenir ce qui paraît le minimum : la dignité, le respect, la simple reconnaissance de soi. Sa vie est " banale ", mariage, maternité, divorce. Mais elle écrit : " Quand ce fut fini, j'eus l'impression de sortir du freezer pour enfin mue, décongeler. " Devenue une germaniste réputée, elle est invitée en Europe, donne des conférences en Allemagne, est nommée Docteur honoris causa de l'université de Güttingen. Pourtant, elle poursuit le débat avec elle-même : quels sont les mécanismes de la mémoire individuelle et collective vis-à-vis des horreurs du passé, de leurs victimes, auteurs et témoins ? Le fil du récit est la discrimination constante et intimement ressentie, mais aussi celui d'une double émancipation : celle d'une Juive et celle d'une femme. Prosaïques à dessein, certaines pages fascinent par l'exactitude des sentiments exprimés ; constat et accusation s'interpénètrent. Ce qui semble d'une susceptibilité excessive émeut l'instant d'après par une lumineuse exigence d'équité. Et l'on est submergé par la sincérité généreuse r. de cette femme à l'intelligence souveraine. " Dès son titre, le livre annonce les pertes de cette vie. Ce qu'elle n'a pas perdu en chemin, c'est la conviction que rien n'est plus évident que de défendre ses droits. C'est en cela que réside le triomphe de Ruth Klüger. " FrankfurterAllgemeine Zeitung.