share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le fils - PRIX GONGOURT DU PREMIER ROMAN 2011

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le fils - PRIX GONGOURT DU PREMIER ROMAN 2011

Le fils - PRIX GONGOURT DU PREMIER ROMAN 2011

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le fils - PRIX GONGOURT DU PREMIER ROMAN 2011"

Présentation de Le fils - PRIX GONGOURT DU PREMIER ROMAN 2011

« Le onzième jour après ma mort, Papa est allé porter ma couette à la teinturerie. Monter la rue du Couédic, les bras chargés de ma literie, le nez dedans. Il se dit qu il renifle mon odeur. En fait, ça pue, je ne les avais jamais fait laver ces draps ni cette couette. Ça ne le choque plus. Au contraire : subsiste encore quelque chose de moi dans les replis blancs qu il porte à la teinturerie comme on porterait le saint sacrement. Papa pleure le nez dans le coton. Il profite. Il sniffe encore un coup la couette, et il pousse enfin la porte du magasin.Papa ne peut plus traîner. Condoléances, etc. Le teinturier recondoléances, etc. débarrasse papa de la couette. Papa aurait voulu que ça dure, une file d attente, une livraison, une tempête, juste que ça dure le temps de respirer encore un peu plus des bribes de mon odeur. Papa se dépouille, il perd, il perd. »Michel Rostain nous happe dans le récit d un deuil impensable. Avec une infinie pudeur et une grande finesse, il nous entraîne dans les méandres d un amour absolu, celui d un père pour son fils.« Dans ce livre totalement singulier, Michel Rostain parvient à dire l indicible, à penser l impensable, à cerner avec délicatesse un événement monstrueux : la disparition brutale d un enfant adulte.Je l ai lu six fois. À chaque fois j ai pleuré. Plus étonnant, à chaque fois j ai ri. Et à chaque fois je l ai refermé en éprouvant une immense gratitude envers l auteur, d avoir su nous faire ressentir la beauté de l amour, la manière miraculeuse dont elle nous enrichit, par-delà le deuil. » Nancy Huston« Le Fils est un torrent de vie, d humour noir et d amour qui déborde et fait comprendre comment on peut, malgré tout, vivre avec « ça ». » Jean-Marcel Bouguereau

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 173  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.6cmx21.4cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Oh! Editions Paru le
  • ISBN :  2361070170
  • EAN13 :  9782361070175
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Le fils - PRIX GONGOURT DU PREMIER ROMAN 2011

« Le onzième jour après ma mort, Papa est allé porter ma couette à la teinturerie. Monter la rue du Couédic, les bras chargés de ma literie, le nez dedans. Il se dit qu il renifle mon odeur. En fait, ça pue, je ne les avais jamais fait laver ces draps ni cette couette. Ça ne le choque plus. Au contraire : subsiste encore quelque chose de moi dans les replis blancs qu il porte à la teinturerie comme on porterait le saint sacrement. Papa pleure le nez dans le coton. Il profite. Il sniffe encore un coup la couette, et il pousse enfin la porte du magasin.Papa ne peut plus traîner. Condoléances, etc. Le teinturier recondoléances, etc. débarrasse papa de la couette. Papa aurait voulu que ça dure, une file d attente, une livraison, une tempête, juste que ça dure le temps de respirer encore un peu plus des bribes de mon odeur. Papa se dépouille, il perd, il perd. »Michel Rostain nous happe dans le récit d un deuil impensable. Avec une infinie pudeur et une grande finesse, il nous entraîne dans les méandres d un amour absolu, celui d un père pour son fils.« Dans ce livre totalement singulier, Michel Rostain parvient à dire l indicible, à penser l impensable, à cerner avec délicatesse un événement monstrueux : la disparition brutale d un enfant adulte.Je l ai lu six fois. À chaque fois j ai pleuré. Plus étonnant, à chaque fois j ai ri. Et à chaque fois je l ai refermé en éprouvant une immense gratitude envers l auteur, d avoir su nous faire ressentir la beauté de l amour, la manière miraculeuse dont elle nous enrichit, par-delà le deuil. » Nancy Huston« Le Fils est un torrent de vie, d humour noir et d amour qui déborde et fait comprendre comment on peut, malgré tout, vivre avec « ça ». » Jean-Marcel Bouguereau