share_book
Envoyer cet article par e-mail

Viens avec ton cierge

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Viens avec ton cierge

Viens avec ton cierge

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Viens avec ton cierge"

Présentation de Viens avec ton cierge

Tu ne connais pas le San Bravo? Cherche sur une carte d'Amérique centrale. Il n'est pas grand, mais il s'en passe des choses. À cause du régime, qui n'est pas de bananes, crois-moi! Faut être fou pour aller là-bas. Ça tombe bien: je le suis. J'ai emmené, en guise d'équipe de choc, quatre gonzesses dont la mère Bérurier, y a pas de quoi pavoiser, hein ? Dans le patelin en question, la vie y est tellement précaire qu'au bout de quarante-huit heures t'as l'impression d'être clamsé. C'est pourquoi, l'ami, s'il te prend l'idée saugrenue de venir me rejoindre, viens avec ton cierge ! Si tu ne sais pas où le foutre, je t'expliquerai!

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 249  pages
  • Dimensions :  2.2cmx10.8cmx17.6cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Fleuve Noir Paru le
  • Collection : San-antonio
  • ISBN :  2265085014
  • EAN13 :  9782265085015
  • Classe Dewey :  849
  • Langue : Français

D'autres livres de San-Antonio

Y en avait dans les pâtes

C'est l'histoire d'un type, au restaurant, qui fait une scène d'enfer au maître d'hôtel parce qu'il vient de trouver un poil dans ses nouilles. l'après-midi de ce même jour, le maître d'hôtel va dans un clandé et aperçoit son client en train de faire minette à une pensionnaire. Il prend le...

Prix : 74 DH
En long, en large et en travers

Le roi de la sardine à l'huile a disparu! La recherche dans l'intérêt des familles, c'est pas mon blot ! Mais quand Béru et Pinaud se volatilisent à leur tour, je me mets en chasse... En compagnie de la légitime du disparu. Une jeune femme incroyable... Inconsolable? Tous les locataires de l'h...

Prix : 74 DH

Si maman me voyait !

Je te jure que si maman me voyait, elle serait dans ses petits souliers, la chérie. Et si elle voyait sa maison, elle voudrait déménager d'urgence. Pourtant elle l'aime, sa maison, maman. Heureusement, maman n'est pas là. Au fait, où est-elle? Hein? Qu'est-ce que vous avez fait de maman?...

Prix : 74 DH
Faites chauffer la colle

Si vous aimez les frissons, alors là vous serez servis, et pas qu'un peu. Tout d'abord il y a ceux, ineffables ô combien, qui vous transportent au septième ciel, dont je ne suis pas avare, mes chéries, qui me connaissez bien comme moi je vous sais. Et puis les autres, ceux qui vous flanquent la ...

Prix : 74 DH

Voir tous les livres de San-Antonio

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Viens avec ton cierge

Tu ne connais pas le San Bravo? Cherche sur une carte d'Amérique centrale. Il n'est pas grand, mais il s'en passe des choses. À cause du régime, qui n'est pas de bananes, crois-moi! Faut être fou pour aller là-bas. Ça tombe bien: je le suis. J'ai emmené, en guise d'équipe de choc, quatre gonzesses dont la mère Bérurier, y a pas de quoi pavoiser, hein ? Dans le patelin en question, la vie y est tellement précaire qu'au bout de quarante-huit heures t'as l'impression d'être clamsé. C'est pourquoi, l'ami, s'il te prend l'idée saugrenue de venir me rejoindre, viens avec ton cierge ! Si tu ne sais pas où le foutre, je t'expliquerai!