share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'argot est né de la haine !

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'argot est né de la haine !

L'argot est né de la haine !

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'argot est né de la haine !"

Présentation de L'argot est né de la haine !

Le " grain de la voix ", une découverte de Roland Barthes, ça existe. Il suffit de lire Léautaud ou Cendrars, pour entendre comment ils ont transformé les mots en belle farine. À la lecture, on reconnaît ainsi leur timbre, des inflexions, une façon personnelle de tordre les phrases, inimitables. Alors, avec Céline, c'est le pompon! Lisez seulement ces quelques produits d'entretiens, ces harangues, prononcés entre 1933 et 1961. Vous écoutez un concert de graves et d'aigus, des reniflements, des sarcasmes, des finesses, des jurons, de l'argot aussi, le tout distillé au fil des rencontres. Il se répète, il enfonce le clou, il le martèle, il jouit de son propre bagout, il en met plein les oreilles de ceux qui, tandis que le magnétophone tourne (une grosse machine sans doute, encore primitive), ne mouftent guère. Ce talent de démolisseur, l'effrayante réponse aux dénonciations de Sartre, A l'agité du bocal, en est l'exemple le plus illustre. Il retrouve sa musique pour crânes et fémurs des pamphlets. Elle est atrocement comique, façon ventriloque.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 92  pages
  • Dimensions :  0.6cmx9.8cmx14.8cm
  • Poids : 40.8g
  • Editeur :   André Versaille éditeur Paru le
  • Collection : A s'offrir en partage
  • ISBN :  2874950653
  • EAN13 :  9782874950650
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Louis-Ferdinand Céline

Mort à crédit

Le roman foisonnant où Céline raconte son enfance et sa jeunesse : " C'est sur ce quai-là, au 18, que mes bons parents firent de bien tristes affaires pendant l'hiver 92, ça nous remet loin. " C'était un magasin de " Modes, fleurs et plumes ". Y avait en tout comme modèles que trois chapeaux, ...

Prix : 121 DH
Voyage au bout de la nuit

- Oh ! Vous êtes donc tout à fait lâche, Ferdinand ! Vous êtes répugnant comme un rat... - Oui, tout à fait lâche, Lola, je refuse la guerre et tout ce qu'il y a dedans... Je ne la déplore pas moi... Je ne me résigne pas moi... Je ne pleurniche pas dessus moi... Je la refuse tout net, avec ...

Prix : 113 DH

Céline

Célèbre à trente-huit ans, dès la publication de son premier livre, Voyage au bout de la nuit, Louis- Ferdinand Céline (1899-1961) reste aujourd'hui encore un écrivain très controversé. Haï par les uns qui ne voient en lui qu'un antisémite virulent et un nihiliste outrancier, il est adulé...

Prix : 102 DH
Céline

Prix : 767 DH

Voir tous les livres de Louis-Ferdinand Céline

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'argot est né de la haine !

Le " grain de la voix ", une découverte de Roland Barthes, ça existe. Il suffit de lire Léautaud ou Cendrars, pour entendre comment ils ont transformé les mots en belle farine. À la lecture, on reconnaît ainsi leur timbre, des inflexions, une façon personnelle de tordre les phrases, inimitables. Alors, avec Céline, c'est le pompon! Lisez seulement ces quelques produits d'entretiens, ces harangues, prononcés entre 1933 et 1961. Vous écoutez un concert de graves et d'aigus, des reniflements, des sarcasmes, des finesses, des jurons, de l'argot aussi, le tout distillé au fil des rencontres. Il se répète, il enfonce le clou, il le martèle, il jouit de son propre bagout, il en met plein les oreilles de ceux qui, tandis que le magnétophone tourne (une grosse machine sans doute, encore primitive), ne mouftent guère. Ce talent de démolisseur, l'effrayante réponse aux dénonciations de Sartre, A l'agité du bocal, en est l'exemple le plus illustre. Il retrouve sa musique pour crânes et fémurs des pamphlets. Elle est atrocement comique, façon ventriloque.