share_book
Envoyer cet article par e-mail

Allmen et les libellules

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Allmen et les libellules

Allmen et les libellules

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Allmen et les libellules"

Présentation de Allmen et les libellules

Johann Friedrich von Allmen, élégant gentleman d'une quarantaine d'années, est issu d'une très riche famille suisse. Bel homme, raffiné, séducteur et collectionneur d'art, il a dilapidé avec imprudence les millions dont il avait hérité de son père. Au début du roman, il habite encore dans le somptueux immeuble qui appartenait à sa famille mais n'y est plus que le locataire de l'entreprise à laquelle il a été vendu. Dilettante et relativement désoeuvré, il s'est attaché les services d'un marjordome guatémaltèque, Carlos, qui l'appelle Sir John et lui parle dans un espagnol du plus basique (ce qui produit des dialogues particulièrement désopilants). En plus des dettes, il s'est attiré les rancoeurs de nombreuses personnes du fait de sa fâcheuse tendance à dérober, avec la plus grande habileté, les oeuvres d'art de ses fréquentations. Sa situation financière s'étant détériorée à l'extrême, Allmen a dû vendre toutes les pièces précieuses qu'il avait acquises au receleur dont il était auparavant le principal client. Il s'est ensuite retiré dans une modeste maison de campagne en compagnie de Carlos. La chance semble tourner lorsqu'il rencontre Jojo, une belle femme dans la fleur de l'âge. Après une nuit d'amour passionné, il découvre dans la magnifique demeure où elle l'avait entraîné, cinq coupes art déco à motif de libellules, chacune valant une petite fortune, chacune porteuse d'un secret. Il décide de s'en emparer sur le champ. Mais l'opération va prendre quelque temps car, comme pour ses précédents forfaits, Allmen multiplie ruses et précautions, pour le plus grand plaisir du lecteur qui suit ces rebondissements et péripéties particulièrement cocasses. Déployant tout son talent de scénariste, Martin Suter mène l'histoire d'une main de maître. Les dialogues sont fulgurants, drôles, les descriptions rapides et d'une rare efficacité.????????1

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 200  pages
  • Dimensions :  1.6cmx12.0cmx19.8cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Bourgois Paru le
  • Collection : LITT. ETR.
  • ISBN :  2267021730
  • EAN13 :  9782267021738
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Martin Suter

Je n'ai rien oublié (Small world)

A soixante ans, Conrad Lang vit aux crochets d'une riche famille qui l'a recueilli enfant et continue à le faire vivre en l'employant comme gardien. Un soir, il met accidentellement le feu à leur villa. Ce sont les premiers symptômes de la maladie d'Alzheimer, qui va avoir d'autres [....]...

Le cuisinier

Maravan, jeune réfugié tamoul et simple commis dans un restaurant suisse « nouvelle cuisine »,s'exerce en secret aux préparations moléculaires. Un jour, l'emprunt au restaurant d'un coûteuxappareil culinaire lui vaut d'être renvoyé. Sa collègue Andrea, qui a découvert son don pour [......

Un ami parfait

"Qu'est-ce qui est pire : se rappeler ou oublier ?" Il a suffi d'un choc sur la tête pour que Fabio Rossi, journaliste suisse à Dimanche matin, devienne étranger à lui-même, ses pensées, faits et gestes ayant déserté sa mémoire pour une période de cinquante jours. Cinquante [....]...

Le diable de Milan

Depuis un " bad trip " au LSD, Sonia est victime d'hallucinations. Elle quitte son mari et part travailler dans un grand hôtel des Alpes suisses. Sur place, un portier de nuit disparaît, un ficus est liquidé à l'acide, les douze coups de minuit sonnent à cinq heures... et le décor feutré [...

Voir tous les livres de Martin Suter

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Allmen et les libellules

Johann Friedrich von Allmen, élégant gentleman d'une quarantaine d'années, est issu d'une très riche famille suisse. Bel homme, raffiné, séducteur et collectionneur d'art, il a dilapidé avec imprudence les millions dont il avait hérité de son père. Au début du roman, il habite encore dans le somptueux immeuble qui appartenait à sa famille mais n'y est plus que le locataire de l'entreprise à laquelle il a été vendu. Dilettante et relativement désoeuvré, il s'est attaché les services d'un marjordome guatémaltèque, Carlos, qui l'appelle Sir John et lui parle dans un espagnol du plus basique (ce qui produit des dialogues particulièrement désopilants). En plus des dettes, il s'est attiré les rancœurs de nombreuses personnes du fait de sa fâcheuse tendance à dérober, avec la plus grande habileté, les œuvres d'art de ses fréquentations. Sa situation financière s'étant détériorée à l'extrême, Allmen a dû vendre toutes les pièces précieuses qu'il avait acquises au receleur dont il était auparavant le principal client. Il s'est ensuite retiré dans une modeste maison de campagne en compagnie de Carlos. La chance semble tourner lorsqu'il rencontre Jojo, une belle femme dans la fleur de l'âge. Après une nuit d'amour passionné, il découvre dans la magnifique demeure où elle l'avait entraîné, cinq coupes art déco à motif de libellules, chacune valant une petite fortune, chacune porteuse d'un secret. Il décide de s'en emparer sur le champ. Mais l'opération va prendre quelque temps car, comme pour ses précédents forfaits, Allmen multiplie ruses et précautions, pour le plus grand plaisir du lecteur qui suit ces rebondissements et péripéties particulièrement cocasses. Déployant tout son talent de scénariste, Martin Suter mène l'histoire d'une main de maître. Les dialogues sont fulgurants, drôles, les descriptions rapides et d'une rare efficacité.????????1