share_book
Envoyer cet article par e-mail

Qui a tué Arlozoroff ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Qui a tué Arlozoroff ?

Qui a tué Arlozoroff ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Qui a tué Arlozoroff ?"

Présentation de Qui a tué Arlozoroff ?

Cette expression, a priori énigmatique (« Qui a tué Arlozoroff ?») est un des plus fameux « Mantra » en Israël, et sert à dire, à propos de n’importe quelle question, qu’il n’y a pas de réponse. Qui était donc cet Arlozoroff ? C’était un personnage politique de premier plan dans la Palestine d’avant la création de l’Etat d’Israël. De gauche, ennemi de la droite sioniste d’un Jabotinski ou d’un Begin, il avait joué un rôle majeur, avant-guerre, lorsqu’il s’était agi de « récupérer » le plus grand nombre de juifs allemands déjà menacés par la montée du nazisme. Or, le 16 juin 1933, soit six mois après l’accession d’Hitler à la chancellerie du Reich, Haïm Arlozoroff est assassiné sur une plage de Tel Aviv. D’où la question : Qui l’a tué ? Le roman de Tobie Nathan s’ouvre sur cet épisode et, de fil en aiguille, nous mène loin, très loin, et plus particulièrement – ce qui devient fascinant – jusqu’à une certaine Magda Quandt, qui va devenir Magda Goebbels (celle-là même qui tuera ses cinq enfants avant de se suicider dans le Bunker d’Hitler) qui fut… la maîtresse passionnée de Haïm Arlozoroff. Ce sont là des faits stupéfiants, mais historiques. Tobie Nathan construit un roman passionnant, allant du passé au présent avec des fuites vers le futur. Arlozoroff a-t-il été assassiné par ses rivaux israëliens ? Par des Palestiniens déjà hostiles aux implantations de peuplement sioniste ? Où, plus probablement, par les émissaires de Goebbels qui tenait, plus que tout, à faire disparaître les traces de la liaison de son épouse, devenue nazie, avec un juif ? Ce roman est bâti comme un « polar » historique. On pourrait en tirer un film extraordinaire.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 432  pages
  • Dimensions :  3.4cmx14.0cmx22.0cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Grasset Paru le
  • Collection : Littérature Française
  • ISBN :  2246751314
  • EAN13 :  9782246751311
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Tobie Nathan

La Nouvelle Interprétation des rêves

"Chacun d'entre nous rêve, et probablement de quatre à cinq fois par nuit. Mais un rêve qui s'évanouit est comme un fruit qu'on n'a pas cueilli. Un rêve qui n'est pas interprété est comme une lettre qui n'a pas été lue.Toi qui rêves, mon frère, ne raconte pas ton rêve à un inconnu; [...

Médecins et sorciers

Ce livre est composé de deux textes qui interrogent, en parallèle, les thérapeutiques traditionnelles - essentiellement en Afrique - et la médecine scientifique. Les auteurs proposent de prendre au sérieux les techniques basées sur la divination, la sorcellerie, la fabrication de fétiches,...

Nous ne sommes pas seuls au monde

La bataille de l'ethnopsychiatrie fait rage. Les ouvrages de Tobie Nathan, depuis L'Influence qui guérit publiée pour la première fois en 1994, ont suscité ces dernières années des réactions très vives. Prenant acte du fossé culturel et linguistique qui le sépare des patients [....]...

Qui a tué Arlozoroff ?

Qui a assassiné en 1933, à Tel-Aviv, le dirigeant sioniste Haïm Arlozoroff, qui négociait avec lesnazis la sortie des juifs allemands ? 70 ans plus tard, un autre meurtre pousse le journaliste EzraMoreno à reprendre l'enquête. Face à ses découvertes, il s'interroge : comment Magda [....]...

Voir tous les livres de Tobie Nathan

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Qui a tué Arlozoroff ?

Cette expression, a priori énigmatique (« Qui a tué Arlozoroff ?») est un des plus fameux « Mantra » en Israël, et sert à dire, à propos de n’importe quelle question, qu’il n’y a pas de réponse. Qui était donc cet Arlozoroff ? C’était un personnage politique de premier plan dans la Palestine d’avant la création de l’Etat d’Israël. De gauche, ennemi de la droite sioniste d’un Jabotinski ou d’un Begin, il avait joué un rôle majeur, avant-guerre, lorsqu’il s’était agi de « récupérer » le plus grand nombre de juifs allemands déjà menacés par la montée du nazisme. Or, le 16 juin 1933, soit six mois après l’accession d’Hitler à la chancellerie du Reich, Haïm Arlozoroff est assassiné sur une plage de Tel Aviv. D’où la question : Qui l’a tué ? Le roman de Tobie Nathan s’ouvre sur cet épisode et, de fil en aiguille, nous mène loin, très loin, et plus particulièrement – ce qui devient fascinant – jusqu’à une certaine Magda Quandt, qui va devenir Magda Goebbels (celle-là même qui tuera ses cinq enfants avant de se suicider dans le Bunker d’Hitler) qui fut… la maîtresse passionnée de Haïm Arlozoroff. Ce sont là des faits stupéfiants, mais historiques. Tobie Nathan construit un roman passionnant, allant du passé au présent avec des fuites vers le futur. Arlozoroff a-t-il été assassiné par ses rivaux israëliens ? Par des Palestiniens déjà hostiles aux implantations de peuplement sioniste ? Où, plus probablement, par les émissaires de Goebbels qui tenait, plus que tout, à faire disparaître les traces de la liaison de son épouse, devenue nazie, avec un juif ? Ce roman est bâti comme un « polar » historique. On pourrait en tirer un film extraordinaire.