share_book
Envoyer cet article par e-mail

Revue Histoire de la Shoah nº193 - Enseigner l'histoire de la shoah - France 1950-2010

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Revue Histoire de la Shoah nº193 - Enseigner l'histoire de la shoah - France 1950-2010

Revue Histoire de la Shoah nº193 - Enseigner l'histoire de la shoah - France 1950-2010

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Revue Histoire de la Shoah nº193 - Enseigner l'histoire de la shoah - France 1950-2010"

Présentation de Revue Histoire de la Shoah nº193 - Enseigner l'histoire de la shoah - France 1950-2010

    Lassitude, difficultés, obstacles et manifestations d’antisémitisme. Ces dernières années, la chronique est abondante de ces récits de professeurs dits à mots couverts expliquant leur difficulté à enseigner « ce sujet ». Réalité de la France en 2010. S’en tenir à ce seul constat occulterait pourtant l’essentiel : depuis vingt à trente ans, en France, les pouvoirs publics, les instances académiques, les éditeurs scolaires et les professeurs ont fait un réel effort pour mieux enseigner l’histoire de la Shoah.    Une histoire qui, de proche en proche, met en lumière les taches aveugles de l'intégration. À l’exception du cours sur les Hébreux, la figure juive semble avoir été  placée sous le seul signe de la souffrance (pogroms, Inquisition), de la victime (Dreyfus) et de la Shoah. Comme si,  l’être juif était par essence l'être du rejet dans un enseignement qui, tout entier pétri de "bonnes intentions", apparaît pourtant irréfléchi.     Mais il y a  un monde des directives et des programmes aux manuels, et des manuels au cours déroulé en classe. L’évolution des programmes depuis 1945 recoupe-t-elle les fractures repérées dans la mémoire collective de l’Occupation ou épouse-t-elle les inflexions de la mémoire juive telles qu'on les repère en Israël ? Le travail des historiens a-t-il fait évoluer les regards, préciser le vocabulaire et fait mieux entendre la spécificité de l'événement ? Pourquoi les voyages scolaires à Auschwitz se sont-ils multipliés et sont-ils synonymes d'un enseignement politique qui semble, en France, condenser les tensions non-dites de la société et les contradictions d'une nation en diffuculté ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 776  pages
  • Dimensions :  4.4cmx15.2cmx23.4cm
  • Poids : 1678.3g
  • Editeur :   Calmann-Lévy Paru le
  • Collection : Diffusés
  • ISBN :  2916966021
  • EAN13 :  9782916966021
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Mémorial de la Shoah

Des voix sous la cendre

Entre 1942 et novembre 1944, l'Allemagne nazie assassine plus d'un million de personnes, en majorité des juifs européens, dans les chambres à gaz d'Auschwitz-Birkenau. Un Sonderkommando (unité spéciale), constitué de détenus juifs qui se relaient jour et nuit, est contraint d'extraire les ...

Revue d'Histoire de la Shoah nº192 - Catholiques et protestants français après la Shoah

Il y a cent ans, les catholiques étaient encore nombreux en France à manifester bruyamment leur antisémitisme à l’occasion de la réhabilitation du capitaine Dreyfus et lors des joutes oratoires qui accompagnèrent le vote de la loi de séparation des Églises et de l’État. Au début [.....

Revue d'Histoire de la shoah nº195 - Ecrans de la schoah: La shoah au regard du cinéma

La télévision et le cinéma construisent sous nos yeux un savoir sur la destruction des Juifs d’Europe aujourd’hui largement partagé. Le nombre de films, fictions et documentaires consacrés à cette catastrophe ne cesse d’augmenter dans le monde entier et les enseignants utilisent volontie...

Revue Histoire de la shoah nº196 - Aktion Reinhard,tome 1 : Chroniques et témoignages: La destruction des Juifs de Pologne 1942-1943

Que savait-on en 1945, en Europe occidentale, des centres de mise à mort de l'Aktion Reinhardt (Belzec, Sobibor et Treblinka ? Une connaissance imprécise, recouverte pa la réalité concentrationnaire de Dachau et de Buchenwald, et desservie encore par un nombre de témoins dérisoire. Deux à Bel...

Voir tous les livres de Mémorial de la Shoah

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Revue Histoire de la Shoah nº193 - Enseigner l'histoire de la shoah - France 1950-2010

    Lassitude, difficultés, obstacles et manifestations d’antisémitisme. Ces dernières années, la chronique est abondante de ces récits de professeurs dits à mots couverts expliquant leur difficulté à enseigner « ce sujet ». Réalité de la France en 2010. S’en tenir à ce seul constat occulterait pourtant l’essentiel : depuis vingt à trente ans, en France, les pouvoirs publics, les instances académiques, les éditeurs scolaires et les professeurs ont fait un réel effort pour mieux enseigner l’histoire de la Shoah.    Une histoire qui, de proche en proche, met en lumière les taches aveugles de l'intégration. À l’exception du cours sur les Hébreux, la figure juive semble avoir été  placée sous le seul signe de la souffrance (pogroms, Inquisition), de la victime (Dreyfus) et de la Shoah. Comme si,  l’être juif était par essence l'être du rejet dans un enseignement qui, tout entier pétri de "bonnes intentions", apparaît pourtant irréfléchi.     Mais il y a  un monde des directives et des programmes aux manuels, et des manuels au cours déroulé en classe. L’évolution des programmes depuis 1945 recoupe-t-elle les fractures repérées dans la mémoire collective de l’Occupation ou épouse-t-elle les inflexions de la mémoire juive telles qu'on les repère en Israël ? Le travail des historiens a-t-il fait évoluer les regards, préciser le vocabulaire et fait mieux entendre la spécificité de l'événement ? Pourquoi les voyages scolaires à Auschwitz se sont-ils multipliés et sont-ils synonymes d'un enseignement politique qui semble, en France, condenser les tensions non-dites de la société et les contradictions d'une nation en diffuculté ?