share_book
Envoyer cet article par e-mail

Un jour, le crime

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Un jour, le crime

Un jour, le crime

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Un jour, le crime"

Présentation de Un jour, le crime

Cet ouvrage reflète le double intérêt de Jean-Bertrand Pontalis, en tant que psychanalyste et en tant que personne, pour le faits-divers criminel. Depuis la violence ordinaire de la rue, cette façon qu'ontcertains passants d'ignorer, ou plutôt de néantiser, les autres, qui constitue aux yeux de l'auteurle noyau de toute forme de violence, jusqu'à la violence institutionnelle du crime politique, desexécutions légales et du crime collectif qui culmine avec la Shoah, le livre, en une trentaine debrefs chapitres, aborde le crime sous aspects les plus divers, qu'il interroge tour à tour. Qu'il s'agisse du point de vue de Gide (« Ne jugez pas ! ») dans ses dossiers de l'affaire de la séquestrée de Poitiers ou de l'affaire Redureau, de l'énigme du passage à l'acte, du crime passionnel (tantôt jugé avec la plus grande indulgence et tantôt avec la plus extrême sévérité), des héroïnes criminelles ayant suscité des oeuvres littéraires ou cinématographiques (les soeurs Papin, Violette Nozières), du traitement du fait-divers (l'ironie de Félix Fénéon ou la méditation de Jouhandeau sur l'affaire du curé d'Uruffe), Jean-Bertrand Pontalis met en lumière toutes les facettes du fait-divers criminel, qui perturbe et fascine depuis toujours, au point qu'Albert Camus, qui s'était inspiré de faits-divers pour L'Etranger et Le Malentendu, en avait interdit la publication dans son journal Combat. Une contradiction qui exprime bien l'attraction-répulsion que nous éprouvons tous face au crime.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 176  pages
  • Dimensions :  1.8cmx12.0cmx17.6cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Blanche
  • ISBN :  2070132765
  • EAN13 :  9782070132768
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Bertrand Pontalis

Passé présent : Dialoguer avec J.-B. Pontalis

" Il y a dans l'absence, même si nous parvenons à en faire une nouvelle forme de présence, quelque chose de la perte qui demeure. Il y a de l'inconsolable, de l'irrémédiable, de l'ineffaçable. Ce qui n'interdit pas l'espoir. Ce n'est pas nécessairement d'un objet perdu à retrouver ou à trou...

Entre le reve et la douleur

Qu'est-ce que la littérature analytique ? Et comment la lire ? En rassemblant différents articles qu'il avait écrits entre 1968 et 1977, le psychanalyste Jean-Baptiste Pontalis met le lecteur face au problème de l'écriture de la psychanalyse. En tant que chose écrite, la psychanalyse n'est n...

Ce temps qui ne passe pas, suivi de « Le compartiment de chemin de fer »

Quel est l'enseignement que nous délivre la psychanalyse je veux dire l'expérience, l'épreuve de l'analyse ou, ce qui revient au même, l'épreuve de l'étranger - au point qu'on peut le tenir pour son enseignement principal et peut-être le seul ? C'est que le temps ne passe pas. » Voilà ce qu...

Dossier Wolfson : Ou L'affaire du Schizo et les langues

Le Schizo et les langues de Louis Wolfson est certainement l'un vies livres les plus fascinants des années soixante-dix. Ces "Mémoires", écrits en français par un jeune schizophrène newvorkais, auraient pu connaître le destin confidentiel d'un document psvchopathologique. Mais c'eut été sans...

Voir tous les livres de Jean-Bertrand Pontalis

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Un jour, le crime

Cet ouvrage reflète le double intérêt de Jean-Bertrand Pontalis, en tant que psychanalyste et en tant que personne, pour le faits-divers criminel. Depuis la violence ordinaire de la rue, cette façon qu’ontcertains passants d’ignorer, ou plutôt de néantiser, les autres, qui constitue aux yeux de l’auteurle noyau de toute forme de violence, jusqu’à la violence institutionnelle du crime politique, desexécutions légales et du crime collectif qui culmine avec la Shoah, le livre, en une trentaine debrefs chapitres, aborde le crime sous aspects les plus divers, qu’il interroge tour à tour. Qu’il s’agisse du point de vue de Gide (« Ne jugez pas ! ») dans ses dossiers de l’affaire de la séquestrée de Poitiers ou de l’affaire Redureau, de l’énigme du passage à l’acte, du crime passionnel (tantôt jugé avec la plus grande indulgence et tantôt avec la plus extrême sévérité), des héroïnes criminelles ayant suscité des oeuvres littéraires ou cinématographiques (les soeurs Papin, Violette Nozières), du traitement du fait-divers (l’ironie de Félix Fénéon ou la méditation de Jouhandeau sur l’affaire du curé d’Uruffe), Jean-Bertrand Pontalis met en lumière toutes les facettes du fait-divers criminel, qui perturbe et fascine depuis toujours, au point qu’Albert Camus, qui s’était inspiré de faits-divers pour L’Etranger et Le Malentendu, en avait interdit la publication dans son journal Combat. Une contradiction qui exprime bien l’attraction-répulsion que nous éprouvons tous face au crime.