share_book
Envoyer cet article par e-mail

Europe, N° 969-970, Janvier-

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Europe, N° 969-970, Janvier-

Europe, N° 969-970, Janvier-

Collectif,   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Europe, N° 969-970, Janvier- "

Présentation de Europe, N° 969-970, Janvier-

Jean-Luc Lagarce (1957-1995) est aujourd'hui l'auteur contemporain le plus joué dans nos théâtres. Méconnue de son vivant, son oeuvre est désormais traduite en plus de vingt langues et connaît un rayonnement international. Il y a chez Lagarce, dans l'écriture comme dans l'amour, une nécessité artistique et existentielle de n 'accéder à ce qu 'on appelle la réussite qu 'à travers une longue et profonde expérience de l'échec. Et si, de tentative en tentative, l'échec de l'art se transformait en un art de l'échec ? Entendons : en une mise en échec, en un travail de démolition de toutes les règles du bien-écrire pour le théâtre. " Échouer mieux ", pour reprendre le mot de Beckett... Lagarce n'hésite pas à frôler le précipice de l'informe. Écrivain-rhapsode, il pratique la vivisection dans la chair du drame. Il coupe et découpe, puis recoud. La profonde originalité de ses pièces tient pour une large part à cette continuité-discontinuité. De la situation dramatique classique telle qu'elle structure une scène, au sens traditionnel, et permet le développement d'un conflit, l'art tout en évitement et en détours de Lagarce nous déporte vers ce que Roland Barthes appelle une " situation de langage ". La parole itérative, tout en repentirs, rétractations et autocorrections des personnages de Lagarce, couvre tout le prisme, très large, de son théâtre. Un autre caractéristique majeure de son art tient au point de vue qu 'il adopte sur l'action dramatique : " Etre déjà mort et regarder le monde avec douceur ". Si le drame traditionnel est un art du présent, d'un présent qui fuit en avant vers la catastrophe, et si le roman est un art du passé, le drame lagarcien, où la narration a barre sur l'action, fait constamment remonter le passé dans le présent. Ici, " mort déjà " signifie plus-que présent, libre d'évoluer entre présent, passé et futur. Dans sa mise en tension de l'intime et du politique, ce théâtre est ouvert à la Multitude. " Oser chercher dans son esprit, dans son corps, les traces de tous les autres hommes. " Telle est la réussite du théâtre de Lagarce que l'échec personnel à vaincre la séparation et à trouver l'amour fusionnel s'y résout in extremis en amour transpersonnel de l'humanité dans son ensemble. Amour sans mièvrerie ni complaisance. Juste ce qu Aristote désignait comme la vocation de la poésie dramatique : dégager et exalter " le sens de l'humain "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 379  pages
  • Dimensions :  2.4cmx13.0cmx20.8cm
  • Poids : 430.9g
  • Editeur :   Revue Europe Paru le
  • ISBN :  235150030X
  • EAN13 :  9782351500309
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Charles Dobzynski

Europe, N° 976-977, août-sep

Tout en se détachant au premier plan de la littérature française d'aujourd'hui, l'oeuvre de Pascal Quignard s'inscrit dans notre présent de manière délibérément intempestive. A travers la vaste gamme des formes et des genres explorés par cet écrivain que l'on dira tout à fois [....]...

Europe, 986-987, Juin-Juille : André du Bouchet

André du Bouchet (1924-2001) compte parmi les poètes les plus marquants de la deuxième moitié du XXe siècle. Il a vécu son enfance sur " fond de rumeur de langues étrangères ". Son père, Américain d'origine française, avait passé sa jeunesse en Russie. Sa mère, française, était la fil...

Europe, N° 993/994, Janvier- : Georges Perec

On a aujourd'hui dans 1'oeil le visage que Perec s 'est fabriqué au fil des années soixante-dix, figure comme triangulaire, barbichette et chevelure assyrienne, buissonnant sur les hauteurs. Mais au-delà de cette image, ce qui, frappe, c'est un visage travaillé par l'intelligence, avec son regar...

Voir tous les livres de Charles Dobzynski

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Europe, N° 969-970, Janvier-

Jean-Luc Lagarce (1957-1995) est aujourd'hui l'auteur contemporain le plus joué dans nos théâtres. Méconnue de son vivant, son oeuvre est désormais traduite en plus de vingt langues et connaît un rayonnement international. Il y a chez Lagarce, dans l'écriture comme dans l'amour, une nécessité artistique et existentielle de n 'accéder à ce qu 'on appelle la réussite qu 'à travers une longue et profonde expérience de l'échec. Et si, de tentative en tentative, l'échec de l'art se transformait en un art de l'échec ? Entendons : en une mise en échec, en un travail de démolition de toutes les règles du bien-écrire pour le théâtre. " Échouer mieux ", pour reprendre le mot de Beckett... Lagarce n'hésite pas à frôler le précipice de l'informe. Écrivain-rhapsode, il pratique la vivisection dans la chair du drame. Il coupe et découpe, puis recoud. La profonde originalité de ses pièces tient pour une large part à cette continuité-discontinuité. De la situation dramatique classique telle qu'elle structure une scène, au sens traditionnel, et permet le développement d'un conflit, l'art tout en évitement et en détours de Lagarce nous déporte vers ce que Roland Barthes appelle une " situation de langage ". La parole itérative, tout en repentirs, rétractations et autocorrections des personnages de Lagarce, couvre tout le prisme, très large, de son théâtre. Un autre caractéristique majeure de son art tient au point de vue qu 'il adopte sur l'action dramatique : " Etre déjà mort et regarder le monde avec douceur ". Si le drame traditionnel est un art du présent, d'un présent qui fuit en avant vers la catastrophe, et si le roman est un art du passé, le drame lagarcien, où la narration a barre sur l'action, fait constamment remonter le passé dans le présent. Ici, " mort déjà " signifie plus-que présent, libre d'évoluer entre présent, passé et futur. Dans sa mise en tension de l'intime et du politique, ce théâtre est ouvert à la Multitude. " Oser chercher dans son esprit, dans son corps, les traces de tous les autres hommes. " Telle est la réussite du théâtre de Lagarce que l'échec personnel à vaincre la séparation et à trouver l'amour fusionnel s'y résout in extremis en amour transpersonnel de l'humanité dans son ensemble. Amour sans mièvrerie ni complaisance. Juste ce qu Aristote désignait comme la vocation de la poésie dramatique : dégager et exalter " le sens de l'humain "