share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le contre-transfert

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le contre-transfert

Le contre-transfert

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le contre-transfert"

    Présentation de Le contre-transfert

    Au psychanalyste qui, jour après jour, séance après séance, s'expose à la pensée délirante, à la violence et à l'incohérence schizophréniques, les sages préceptes de " neutralité bienveillante " et d'" attention flottante " ne seront d'aucun secours, et moins encore, quand il est sans cesse pris à partie dans son être, le modèle canonique du transfert. L'analyste ne peut alors que travailler sur - et à partir de - ce que son patient induit en lui d'émotions, de haine, de jalousie, de culpabilité et d'espoir, voire de folle. Le contre-transfert, d'obstacle et d'accident qu'Il est dans les analyses classiques, devient l'instrument par excellence du traitement. Sous le paradoxe des énoncés, dans l'intensité des échanges qui lient les protagonistes, sachons reconnaître la question que Searles nous pose : d'où vient ce besoin que nous avons de vouloir " guérir " nos semblables, et d'abord nos parents ?

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 340  pages
    • Dimensions :  1.8cmx11.0cmx17.0cm
    • Poids : 240.4g
    • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
    • Collection : Folio essais
    • ISBN :  2070307123
    • EAN13 :  9782070307128
    • Classe Dewey :  150.195
    • Langue : Français

    D'autres livres de Harold Searles

    L'Effort pour rendre l'autre fou

    " Rendre l'autre fou est dans le pouvoir de chacun : qu'il ne puisse pas exister pour son compte, penser, sentir, désirer en se souvenant de lui-même et de ce qui lui revient en propre. " Telle est l'expérience faite par Harold Searles, psychiatre et psychanalyste américain, qui a travaillé ...

    Mon expérience des états-limites

    Les états ou cas-limites, les borderline. comme les désignent les auteurs anglo-saxons, ont conduit de nombreux psychanalystes à parler d'une nouvelle clinique ", irréductible à celle des névroses dites classiques. En effet, les patients borderline n'entrent pas dans le cadre nosographique usu...

    Voir tous les livres de Harold Searles

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Présentation de Le contre-transfert

    Au psychanalyste qui, jour après jour, séance après séance, s'expose à la pensée délirante, à la violence et à l'incohérence schizophréniques, les sages préceptes de " neutralité bienveillante " et d'" attention flottante " ne seront d'aucun secours, et moins encore, quand il est sans cesse pris à partie dans son être, le modèle canonique du transfert. L'analyste ne peut alors que travailler sur - et à partir de - ce que son patient induit en lui d'émotions, de haine, de jalousie, de culpabilité et d'espoir, voire de folle. Le contre-transfert, d'obstacle et d'accident qu'Il est dans les analyses classiques, devient l'instrument par excellence du traitement. Sous le paradoxe des énoncés, dans l'intensité des échanges qui lient les protagonistes, sachons reconnaître la question que Searles nous pose : d'où vient ce besoin que nous avons de vouloir " guérir " nos semblables, et d'abord nos parents ?