share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ne pas perdre sa vie à la gagner

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ne pas perdre sa vie à la gagner

Ne pas perdre sa vie à la gagner

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ne pas perdre sa vie à la gagner "

Présentation de Ne pas perdre sa vie à la gagner

Le culte imbécile du turbin n'a que trop duré, il faut l'abolir ! La tâche est rude alors que la réhabilitation de la " valeur travail " est au coeur des projets politiques de tous bords. Mais oublions la réhabilitation, c'est bien dans l'abolition qu'est le remède. Car notre société est malade du travail. Sans travail, pas de chômage ! C'est bien le poids écrasant du travail et la place exorbitante qu'il occupe aujourd'hui qui rendent son absence si pénible aux chômeurs. La " révolution laborieuse " a progressivement fait du travail un devoir. Un devoir religieux d'abord, destiné à lutter contre l'oisiveté mère de tous les vices. Un devoir civique ensuite, entérinant le " contrat social " capitaliste et son objectif d'accumulation de richesses sans fin ni finalité. La "valeur travail " n'est que l'expression de ce devoir inepte qu'il nous faut abolir. Au-delà de tout choix de société et de toute orientation politique, chaque individu doit pouvoir décider librement de la place qu'il entend accorder au travail dans son existence. Dans cette optique, la création d'un revenu de citoyenneté, qui répond à un idéal de justice sociale, prend tout son sens.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 123  pages
  • Dimensions :  1.4cmx13.8cmx20.2cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Editions Du Croquant Paru le
  • ISBN :  2914968833
  • EAN13 :  9782914968836
  • Classe Dewey :  330
  • Langue : Français

D'autres livres de Baptiste Mylondo

Un revenu pour tous !

Et si l'on proclamait un droit au revenu ? Et si l'on versait à chaque citoyen une allocation de base, sans aucune condition ni contrepartie ? L'idée est séduisante et ses avantages nombreux : Baptiste Mylondo en présente dix et nous explique que s'il y a un revenu inconditionnel "de gauche",...

Des caddies et des hommes : Consommation citoyenne contre société de consommation

Surfant sur la vague du développement durable, l'idée d'une consommation " citoyenne "" est de plus en plus présente dans le discours de la société civile. Elle traduit à la fois la quête de nouveaux modes d'action en marge des canaux politiques traditionnels et la volonté des consommateurs ...

Voir tous les livres de Baptiste Mylondo

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Ne pas perdre sa vie à la gagner

Le culte imbécile du turbin n'a que trop duré, il faut l'abolir ! La tâche est rude alors que la réhabilitation de la " valeur travail " est au coeur des projets politiques de tous bords. Mais oublions la réhabilitation, c'est bien dans l'abolition qu'est le remède. Car notre société est malade du travail. Sans travail, pas de chômage ! C'est bien le poids écrasant du travail et la place exorbitante qu'il occupe aujourd'hui qui rendent son absence si pénible aux chômeurs. La " révolution laborieuse " a progressivement fait du travail un devoir. Un devoir religieux d'abord, destiné à lutter contre l'oisiveté mère de tous les vices. Un devoir civique ensuite, entérinant le " contrat social " capitaliste et son objectif d'accumulation de richesses sans fin ni finalité. La "valeur travail " n'est que l'expression de ce devoir inepte qu'il nous faut abolir. Au-delà de tout choix de société et de toute orientation politique, chaque individu doit pouvoir décider librement de la place qu'il entend accorder au travail dans son existence. Dans cette optique, la création d'un revenu de citoyenneté, qui répond à un idéal de justice sociale, prend tout son sens.