share_book
Envoyer cet article par e-mail

La mort et la belle vie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La mort et la belle vie

La mort et la belle vie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La mort et la belle vie"

Présentation de La mort et la belle vie

Il est drôle, naïf, flegmatique sans être mollasson, poète et amoureux des femmes. " J'étais content de ne plus être jeune. Le monde est bien plus beau quand on devient assez vieux pour se rendre compte combien les femmes sont séduisantes à tout âge ". Lui, c'est Al Barnes alias Barnes la tendresse, retraité prématuré de la police à la suite de blessures graves. Lors d'une interpellation, il n'avait pas passé les menottes au " gentil vieillard " qui souffrait de " mauvaise circulation " et le " gentil vieillard " lui avait logé trois balles dans le corps. Barnes s'installe donc à Plains, Montana, et se dégote un boulot d'adjoint au shérif, une petite amie, et la certitude que ce sympathique patelin ne lui occasionnera pas un turbin trop coriace. Et pourtant, de mauvaises surprises il en sera question, à commencer par ce tranquille pêcheur retrouvé la tête explosée par quelques disgracieux coups de hache… Et là n'est bien sûr que le début d'une enquête tumultueuse et difficile qui nécessairement le ramène à la ville, Portland. " A la réflexion, je ne regrettais plus tellement la ville. Quand on vit avec tant de violence autour de soi, on finit par l'accepter. On se surprend à plaisanter à ce sujet pour être sûr qu'on est encore humain. " Al Barnes n'aura vécu que l'espace d'un livre, mais son nom est à mettre aux côtés de ceux de Philip Marlowe, Lew Archer ou Sam Spade, qui font aujourd'hui figures de mythe. Richard Hugo, poète, initiateur de l'école de Missoula, meurt d'une leucémie deux ans après la sortie de son premier polar. Dommage. Il avait amorcé là, entre l'humour caustique et cynique de Jim Thompson et la prose souple et fluide de Raymond Chandler, une voix singulière, rencontre d'une jouissance poétisée, presque épicurienne et d'un réel sans enchantement. --Sylvaine Jeminet--

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 260  pages
  • Dimensions :  2.0cmx10.8cmx17.0cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   10 X 18 Paru le
  • Collection : Domaine étranger
  • ISBN :  2264027916
  • EAN13 :  9782264027917
  • Classe Dewey :  813.54
  • Langue : Français

D'autres livres de Richard Hugo

Si tu meurs à Milltown

" Un vrai poète est celui qui vit les poèmes, qui est tellement habité par le monde imaginaire et le besoin d'écrire que cela guide aussi sûrement sa vie que les étoiles guidaient le vieux marin " : ces propos de James Welch sur Richard Hugo en disent long sur la personnalité et l'influence d...

Si tu meurs à Milltown

Avec un seul roman traduit en français, La Mort et la Belle Vie, Richard Hugo est devenu un écrivain mythique. Longtemps professeur à l'université du Montana, il eut pour élèves ou amis James Crumley, Jim Harrison, James Welch et Raymond Carver. Résolument à contre-courant de l'American Way ...

Voir tous les livres de Richard Hugo

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La mort et la belle vie

Il est drôle, naïf, flegmatique sans être mollasson, poète et amoureux des femmes. " J'étais content de ne plus être jeune. Le monde est bien plus beau quand on devient assez vieux pour se rendre compte combien les femmes sont séduisantes à tout âge ". Lui, c'est Al Barnes alias Barnes la tendresse, retraité prématuré de la police à la suite de blessures graves. Lors d'une interpellation, il n'avait pas passé les menottes au " gentil vieillard " qui souffrait de " mauvaise circulation " et le " gentil vieillard " lui avait logé trois balles dans le corps. Barnes s'installe donc à Plains, Montana, et se dégote un boulot d'adjoint au shérif, une petite amie, et la certitude que ce sympathique patelin ne lui occasionnera pas un turbin trop coriace. Et pourtant, de mauvaises surprises il en sera question, à commencer par ce tranquille pêcheur retrouvé la tête explosée par quelques disgracieux coups de hache… Et là n'est bien sûr que le début d'une enquête tumultueuse et difficile qui nécessairement le ramène à la ville, Portland. " A la réflexion, je ne regrettais plus tellement la ville. Quand on vit avec tant de violence autour de soi, on finit par l'accepter. On se surprend à plaisanter à ce sujet pour être sûr qu'on est encore humain. " Al Barnes n'aura vécu que l'espace d'un livre, mais son nom est à mettre aux côtés de ceux de Philip Marlowe, Lew Archer ou Sam Spade, qui font aujourd'hui figures de mythe. Richard Hugo, poète, initiateur de l'école de Missoula, meurt d'une leucémie deux ans après la sortie de son premier polar. Dommage. Il avait amorcé là, entre l'humour caustique et cynique de Jim Thompson et la prose souple et fluide de Raymond Chandler, une voix singulière, rencontre d'une jouissance poétisée, presque épicurienne et d'un réel sans enchantement. --Sylvaine Jeminet--