share_book
Envoyer cet article par e-mail

Aussi loin que mes pas me portent

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Aussi loin que mes pas me portent

Aussi loin que mes pas me portent

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Aussi loin que mes pas me portent "

Présentation de Aussi loin que mes pas me portent

Un jour de l'hiver 1953, un imprimeur-éditeur munichois, en écoutant l'un de ses techniciensraconter sa vie de prisonnier en Russie, son évasion et sa folle errance à travers la Sibérie, luisuggère d'en faire un livre. L'homme ne s'en sentant pas capable, c'est le romancier Josef MartinBauer, captivé par l'histoire inimaginable de cet inconnu, qui s'en charge. Clemens Forell, soldat allemand enrôlé sous la bannière du Reich, est capturé en août 1945 par l'Armée Rouge et se voit refuser le statut de prisonnier de guerre. Il écope d'une condamnation à vingt ans de bagne dans les mines au-delà de la Kolyma, près du détroit de Béring d'où il s'évadera après trois longues années passées sous terre, dans des conditions effroyables. Il entamera alors une odyssée terrestre ahurissante, faite de rencontres, d'endurance, de douleurs et de solidarité. Ironie de l'histoire, ce soldat du Reich trouvera son salut près de la frontière iranienne, après avoir été aidé par des orpailleurs criminels ou des éleveurs de rennes, chez un Juif allemand. Trois ans et deux mois de fuite, quatorze mille kilomètres ! Clemens Forell, dans le plus renversant de ses paradoxes, épuisé, finira par vouer à cette Sibérie qui l'aura tant fait souffrir, un amour sans mesure. Il en aura reçu le plus incompréhensible des cadeaux : la vie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 533  pages
  • Dimensions :  2.6cmx12.0cmx18.0cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Editions Phébus Paru le
  • Collection : Libretto
  • ISBN :  2752905548
  • EAN13 :  9782752905543
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Aussi loin que mes pas me portent

Un jour de l’hiver 1953, un imprimeur-éditeur munichois, en écoutant l’un de ses techniciensraconter sa vie de prisonnier en Russie, son évasion et sa folle errance à travers la Sibérie, luisuggère d’en faire un livre. L’homme ne s’en sentant pas capable, c’est le romancier Josef MartinBauer, captivé par l’histoire inimaginable de cet inconnu, qui s’en charge. Clemens Forell, soldat allemand enrôlé sous la bannière du Reich, est capturé en août 1945 par l’Armée Rouge et se voit refuser le statut de prisonnier de guerre. Il écope d’une condamnation à vingt ans de bagne dans les mines au-delà de la Kolyma, près du détroit de Béring d’où il s’évadera après trois longues années passées sous terre, dans des conditions effroyables. Il entamera alors une odyssée terrestre ahurissante, faite de rencontres, d’endurance, de douleurs et de solidarité. Ironie de l’histoire, ce soldat du Reich trouvera son salut près de la frontière iranienne, après avoir été aidé par des orpailleurs criminels ou des éleveurs de rennes, chez un Juif allemand. Trois ans et deux mois de fuite, quatorze mille kilomètres ! Clemens Forell, dans le plus renversant de ses paradoxes, épuisé, finira par vouer à cette Sibérie qui l’aura tant fait souffrir, un amour sans mesure. Il en aura reçu le plus incompréhensible des cadeaux : la vie.