share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les amandes amères

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les amandes amères

Les amandes amères

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : 221,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les amandes amères"

Présentation de Les amandes amères

Gilles et Édith forment un couple tranquille et aisé qui habite le XVe arrondissement de Paris. Un jour, leur femme de ménage leur annonce son départ et leur présente sa remplaçante, Fadila, d'origine marocaine. Très vite, Édith découvre que Fadila ne sait ni lire ni écrire, s'en émeut, puis se met en tête de l'instruire. Mais Fadila n'est pas jeune ; et Édith n'est pas entraînée. L'apprentissage s'avère lent. Ce qui semblait acquis un jour est oublié la semaine suivante. Fadila est incapable d'appréhender la moindre abstraction, et notamment celle contenue sur une page : c'est comme si elle ne voyait pas les signes inscrits sur le papier. « J'arrive pas moi toute seule », dit Fadila. Édith pourrait dire la même chose de cet apprentissage dont elle a pris la responsabilité. Au fil des semaines, les deux femmes nouent une belle relation, qui repose sur la confiance et l'entraide. Fadila se dévoile peu à peu et se raconte. Ce n'est pas une marginale : elle a du travail, un toit, une famille. Mais la violence a marqué son rapport aux autres, depuis l'adolescence. Elle a de la rancoeur contre son Maroc natal. En France elle ne se fait pas à la solitude. En dépit de quelques progrès, le niveau de Fadila stagne, et elle se montre bientôt rétive aux leçons, qui la fatiguent et la stressent. Un matin, heurtée par une voiture, elle tombe dans le coma… Dans une langue sobre et élégante, Laurence Cossé aborde le sujet délicat de l'analphabétisme et cherche à sortir cette problématique de l'ombre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 218  pages
  • Dimensions :  2.0cmx14.2cmx20.4cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Blanche
  • ISBN :  2070134237
  • EAN13 :  9782070134236
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Laurence Cossé

La Femme du premier ministre

Une femme aimait un homme qui aimait le pouvoir. Et qui l'aimait passionnément. Ce n'est pas sans raison qu'il est passé à la postérité sous le nom du grand Choiseul. Ministre de Louis XV, homme d'une lucidité et d'un sens de l'État rares en une époque où l'exercice du pouvoir n'était ni ...

Prix : 87 DH
Au Bon Roman

Un fou de Stendhal est abandonné en forêt. Une très jolie blonde quitte brusquement une route qu'elle connaît comme sa poche. Un Breton sans histoire rencontre au bord d'une falaise deux inconnus inquiétants. Nous ne sommes pourtant pas dans un roman policier. Les agresseurs ne sont ni des agen...

Prix : 78 DH

Le Mobilier national

Combien de cathédrales méritent d'exister ? La question, pour saugrenue qu'elle puisse paraître, n'en accapare pas moins les pensées de Jean-Léger Tuffeau, responsable du Patrimoine au Ministère de la Culture. Il n'en dort plus, n'en mange plus, tout entier occupé à chercher la solution à ...

Voir tous les livres de Laurence Cossé

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Les amandes amères

Gilles et Édith forment un couple tranquille et aisé qui habite le XVe arrondissement de Paris. Un jour, leur femme de ménage leur annonce son départ et leur présente sa remplaçante, Fadila, d’origine marocaine. Très vite, Édith découvre que Fadila ne sait ni lire ni écrire, s’en émeut, puis se met en tête de l’instruire. Mais Fadila n’est pas jeune ; et Édith n’est pas entraînée. L’apprentissage s’avère lent. Ce qui semblait acquis un jour est oublié la semaine suivante. Fadila est incapable d’appréhender la moindre abstraction, et notamment celle contenue sur une page : c’est comme si elle ne voyait pas les signes inscrits sur le papier. « J’arrive pas moi toute seule », dit Fadila. Édith pourrait dire la même chose de cet apprentissage dont elle a pris la responsabilité. Au fil des semaines, les deux femmes nouent une belle relation, qui repose sur la confiance et l’entraide. Fadila se dévoile peu à peu et se raconte. Ce n’est pas une marginale : elle a du travail, un toit, une famille. Mais la violence a marqué son rapport aux autres, depuis l’adolescence. Elle a de la rancoeur contre son Maroc natal. En France elle ne se fait pas à la solitude. En dépit de quelques progrès, le niveau de Fadila stagne, et elle se montre bientôt rétive aux leçons, qui la fatiguent et la stressent. Un matin, heurtée par une voiture, elle tombe dans le coma… Dans une langue sobre et élégante, Laurence Cossé aborde le sujet délicat de l’analphabétisme et cherche à sortir cette problématique de l’ombre.