share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Folie de Pinochet

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Folie de Pinochet

La Folie de Pinochet

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Folie de Pinochet"

Présentation de La Folie de Pinochet

JOURNÉES DE LUTTE J'étais sur une autoroute italienne quand j'ai appris l'arrestation de Pinochet et, passé l'instant de joie, je me suis dépêché d'appeler ma compagne. Je voulais entendre sa voix. Je souhaitais qu'elle ne soit pas au courant, que ce soit moi précisément qui lui apprenne cette magnifique nouvelle, mais à peine eut-elle décroché que je perçus sa respiration altérée, son incrédulité, sa satisfaction, les tourbillons de souvenirs qui la ramenaient dans l'enfer de la Villa Grimaldi, à notre jeunesse abrégée d'un coup de griffe. - On va devoir dresser un monument au juge Garzón, dit-elle d'une voix émue. - Il y aura de longues journées de lutte pour obtenir qu'on extrade Pinochet en Espagne, répondis-je, et dès que j'eus raccroché, je me souvins que le 11 septembre 1973 nous avions aussi parlé de longues journées de lutte jusqu'à la victoire contre les putschistes et le retour à la normalité démocratique du Chili. Cette lutte eut bien lieu et elle fut très dure. Pinochet, la droite chilienne et le département d'État américain, dirigé par Henry Kissinger, eurent recours à la cruauté, la torture, les disparitions, l'exil, la mort. Nous n'eûmes que le courage et les victimes. Et elle fut longue cette lutte, au Chili et en exil. Les camarades de la résistance intérieure ne laissèrent pas un seul jour de répit à la dictature. Tandis que des dirigeants pusillanimes négociaient une sorte de nouveau modèle inspiré du Guépard, où tout devait changer pour que tout reste pareil, les résistants socialistes, communistes, chrétiens de gauche, du MIR et du Front patriotique Manuel Rodríguez se chargèrent de rappeler au dictateur, pendant seize ans, qu'il affrontait une dignité inspirée du Comte de MonteCristo, dont la devise Ni oubli ni pardon serait adoptée et maintenue, et ce malgré les efforts claudicants de ceux qui négociaient un retour à la normalité démocratique, retour que le dictateur n'accepta que lorsque, malgré les assassinats et les disparitions systématiques, il se vit affaibli face à un peuple qui résistait. Pinochet fut arrêté à Londres pendant le mandat d'Eduardo Frei, le deuxième président "démocratique" post-dictature, dont la gestion se caractérisa par le fait de n'avoir pas touché aux atroces lois de la tyrannie et par le maintien de pactes passés avec Pinochet dans le dos du peuple. Il fut alors évident que ce serait le gouvernement chilien lui-même qui défendrait le tyran avec acharnement et s'opposerait à son extradition en Espagne. Finalement, Pinochet a réussi à berner la justice et il est rentré au Chili glorieux et triomphant. Mais il ne s'attendait pas à ce que l'exemple du juge Garzón fût suivi par d'autres juges chiliens, et ses défenseurs se virent obligés de recourir à la plus misérable des astuces, le déclarer malade mental, fou, pour le soustraire une fois de plus à l'action de la justice. Sa détention à Londres fut marquée par des journées de lutte inoubliables. Les piquets aux abords de la clinique où il était détenu accomplirent un tenace et infatigable travail d'information qui raviva la solidarité mondiale avec le peuple chilien et sa soif de justice. Ce livre contient une sélection d'articles écrits pendant ces journées de lutte, ils furent publiés dans des journaux et des revues du monde entier, reproduits sur des milliers de sites Internet, lus dans les radios chiliennes et imprimés en tracts distribués dans les rues de Santiago. Avec Ariel Dorfman, nous avons assumé la responsabilité de répondre aux infamies de la droite chilienne et aux absurdités et mensonges du gouvernement. Nous avons fait de l'agitation, nous avons écrit des articles délibérément dérangeants et subversifs, car la vérité est toujours subversive. Nous reconnaissons avec amertume que nous n' avons pas réussi à faire extrader Pinochet en Espagne, où l'attendait un procès équitable, avec toutes les garanties dont ses victimes avaient été privées. Mais je suis sûr que nos articles ont été appréciés par ceux qui ont souffert, par ceux qui souffrent, par ceux qui gardent l'espoir et répètent qu'un autre monde est possible.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 111  pages
  • Dimensions :  1.0cmx13.4cmx21.2cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Anne-Marie Métailié Paru le
  • ISBN :  2864244748
  • EAN13 :  9782864244745
  • Classe Dewey :  320
  • Langue : Français

D'autres livres de Luis Sepúlveda

Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler

Zorbas le chat grand noir et gros a promis à la mouette qui est venue mourir sur son balcon de couver son dernier œuf, de protéger le poussin et de lui apprendre à voler. Tous les chats du port de Hambourg vont se mobiliser pour l'aider à tenir ses promesses insolites. A travers les aventures ...

Prix : 188 DH
Le Vieux qui lisait des romans d'amour

Lorsque les habitants d'El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d'un homme blond assassiné, ils n'hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre. Seul Antonio José Bolivar déchiffre dans l'étrange blessure la marque d'un félin. Il a longuement vécu avec les Shuars, connaît, ...

Prix : 65 DH

Histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler

Zorbas le chat grand noir et gros a promis à la mouette qui est venue mourir sur son balcon de couver son dernier œuf, de protéger le poussin et de lui apprendre à voler. Tous les chats du port de Hambourg vont se mobiliser pour l'aider à tenir ces promesses insolites. À travers les [....]...

Les Roses d'Atacama

Les trente-cinq "histoires marginales" que Luis Sepulveda a rassemblées dans ce recueil répondent toutes au devoir de mémoire. L'auteur raconte que, visitant un jour le camp de concentration de Bergen-Belsen en Allemagne, il remarqua une pierre sur laquelle une main anonyme avait gravé cette ...

Voir tous les livres de Luis Sepúlveda

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La Folie de Pinochet

JOURNÉES DE LUTTE J'étais sur une autoroute italienne quand j'ai appris l'arrestation de Pinochet et, passé l'instant de joie, je me suis dépêché d'appeler ma compagne. Je voulais entendre sa voix. Je souhaitais qu'elle ne soit pas au courant, que ce soit moi précisément qui lui apprenne cette magnifique nouvelle, mais à peine eut-elle décroché que je perçus sa respiration altérée, son incrédulité, sa satisfaction, les tourbillons de souvenirs qui la ramenaient dans l'enfer de la Villa Grimaldi, à notre jeunesse abrégée d'un coup de griffe. - On va devoir dresser un monument au juge Garzón, dit-elle d'une voix émue. - Il y aura de longues journées de lutte pour obtenir qu'on extrade Pinochet en Espagne, répondis-je, et dès que j'eus raccroché, je me souvins que le 11 septembre 1973 nous avions aussi parlé de longues journées de lutte jusqu'à la victoire contre les putschistes et le retour à la normalité démocratique du Chili. Cette lutte eut bien lieu et elle fut très dure. Pinochet, la droite chilienne et le département d'État américain, dirigé par Henry Kissinger, eurent recours à la cruauté, la torture, les disparitions, l'exil, la mort. Nous n'eûmes que le courage et les victimes. Et elle fut longue cette lutte, au Chili et en exil. Les camarades de la résistance intérieure ne laissèrent pas un seul jour de répit à la dictature. Tandis que des dirigeants pusillanimes négociaient une sorte de nouveau modèle inspiré du Guépard, où tout devait changer pour que tout reste pareil, les résistants socialistes, communistes, chrétiens de gauche, du MIR et du Front patriotique Manuel Rodríguez se chargèrent de rappeler au dictateur, pendant seize ans, qu'il affrontait une dignité inspirée du Comte de MonteCristo, dont la devise Ni oubli ni pardon serait adoptée et maintenue, et ce malgré les efforts claudicants de ceux qui négociaient un retour à la normalité démocratique, retour que le dictateur n'accepta que lorsque, malgré les assassinats et les disparitions systématiques, il se vit affaibli face à un peuple qui résistait. Pinochet fut arrêté à Londres pendant le mandat d'Eduardo Frei, le deuxième président "démocratique" post-dictature, dont la gestion se caractérisa par le fait de n'avoir pas touché aux atroces lois de la tyrannie et par le maintien de pactes passés avec Pinochet dans le dos du peuple. Il fut alors évident que ce serait le gouvernement chilien lui-même qui défendrait le tyran avec acharnement et s'opposerait à son extradition en Espagne. Finalement, Pinochet a réussi à berner la justice et il est rentré au Chili glorieux et triomphant. Mais il ne s'attendait pas à ce que l'exemple du juge Garzón fût suivi par d'autres juges chiliens, et ses défenseurs se virent obligés de recourir à la plus misérable des astuces, le déclarer malade mental, fou, pour le soustraire une fois de plus à l'action de la justice. Sa détention à Londres fut marquée par des journées de lutte inoubliables. Les piquets aux abords de la clinique où il était détenu accomplirent un tenace et infatigable travail d'information qui raviva la solidarité mondiale avec le peuple chilien et sa soif de justice. Ce livre contient une sélection d'articles écrits pendant ces journées de lutte, ils furent publiés dans des journaux et des revues du monde entier, reproduits sur des milliers de sites Internet, lus dans les radios chiliennes et imprimés en tracts distribués dans les rues de Santiago. Avec Ariel Dorfman, nous avons assumé la responsabilité de répondre aux infamies de la droite chilienne et aux absurdités et mensonges du gouvernement. Nous avons fait de l'agitation, nous avons écrit des articles délibérément dérangeants et subversifs, car la vérité est toujours subversive. Nous reconnaissons avec amertume que nous n' avons pas réussi à faire extrader Pinochet en Espagne, où l'attendait un procès équitable, avec toutes les garanties dont ses victimes avaient été privées. Mais je suis sûr que nos articles ont été appréciés par ceux qui ont souffert, par ceux qui souffrent, par ceux qui gardent l'espoir et répètent qu'un autre monde est possible.