share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Pays du Dauphin Vert

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Pays du Dauphin Vert

Le Pays du Dauphin Vert

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Pays du Dauphin Vert"

Présentation de Le Pays du Dauphin Vert

Remise au jour – après une très longue absence – du chef-d'oeuvre d'Elizabeth Goudge (disons chef-d'oeuvre ex-aequo avec L'Arche dans la tempête), qui fut juste après la Seconde Guerre mondiale (1945) un best-seller du genre le moins attendu. Sur un canevas « impossible », qui se révèle à l'usage plein de ressources, une méditation – de 900 pages ! – d'une assez sidérante liberté sur la vérité et les mensonges de ce qu'on appelle l'amour. Nous sommes au XIXe siècle dans une bourgade des îles Anglo-Normandes. La famille du jeune William emménage rue du Dauphin Vert. Un coup de vent, un chapeau fleuri qui atterrit dans le couloir de la maison. Puis apparaît l'aimable propriétaire du chapeau, une petite voisine jolie et souriante qui répond au prénom de Marguerite, suivie par sa soeur Marianne, à la beauté moins évidente, silencieuse et grave. Les demoiselles Le Patourel. Les trois adolescents deviennent amis, et même un peu plus. On rêve, on rit, on pleure (à peine), et l'on se moque de ce benêt de William qui, malgré sa préférence marquée pour Marguerite, ne peut s'empêcher de mélanger les prénoms des deux soeurs. Un détail idiot qui va bouleverser le cours de trois existences… Parti voir du pays, William se retrouve en Nouvelle-Zélande établi comme colon, et toujours épris de son amoureuse d'hier. Prenant un jour son courage à deux mains, il écrit aux parents Le Patourel pour leur demander la permission d'autoriser Marguerite à le rejoindre : il est prêt à l'épouser. Quelques mois plus tard, il a la surprise de sa vie : c'est Marianne qui débarque du bateau… Se serait-il trompé de prénom dans sa lettre ?… Montrer sa déception ? Il ne peut : ce serait tuer cette pauvre Marianne, déjà toute à son bonheur. Mais peuton sérieusement bâtir un bonheur sur un tel quiproquo ? William en prend le risque. Ce que fait Miss Goudge à partir là relève, qu'on se rassure, du très grand art. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 800  pages
  • Dimensions :  4.4cmx12.0cmx18.0cm
  • Poids : 621.4g
  • Editeur :   Phébus Paru le
  • Collection : Libretto
  • ISBN :  2752902816
  • EAN13 :  9782752902818
  • Classe Dewey :  823.912
  • Langue : Français

D'autres livres de Elizabeth Goudge

Le secret de Moonacre

Jeune orpheline à treize ans, Maria Merryweather s'installe au manoir de Moonacre, avec son oncle Sir Benjamin. Dans ce paysage et cette région si étranges, elle rencontre de curieux personnages qui attisent sa curiosité. Mais c'est surtout l'histoire des Merryweather qui l'intéresse. Pourquoi ...

L'Arche dans la tempête

Guernesey, 1988. Tous les vents marins semblent s'être donné rendez-vous le long des côtes emblématiques de l'île, là ou s'accroche la vieille chaumière d'André du Frocq et de sa famille. Un lieu sauvage, miroir fidèle des sentiments de ceux qui l'habitent. Face aux assauts des éléments e...

La Colline aux Gentianes

Retirée dans un petit village de l'ouest de l'Angleterre, Zachary, déserteur de quinze ans qui ne supporte plus l'horreur de la vie à bord, tente d'oublier ses peurs - et de se faire oublier. C'est sur la " Colline aux Gentianes ", butte surmontée d'une chapelle au-dessus du port de Torquay, où...

Le secret de Moonacre

Jeune orpheline à treize ans, Maria Merryweather s'installe au manoir de Moonacre avec son oncle Sir Benjamin. Dans ce paysage et cette région si étranges, elle rencontre de curieux personnages qui attisent sa curiosité. Mais c'est surtout l'histoire des Merryweather qui l'intéresse. Pourquoir ...

Voir tous les livres de Elizabeth Goudge

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Le Pays du Dauphin Vert

Remise au jour – après une très longue absence – du chef-d’oeuvre d’Elizabeth Goudge (disons chef-d’oeuvre ex-aequo avec L’Arche dans la tempête), qui fut juste après la Seconde Guerre mondiale (1945) un best-seller du genre le moins attendu. Sur un canevas « impossible », qui se révèle à l’usage plein de ressources, une méditation – de 900 pages ! – d’une assez sidérante liberté sur la vérité et les mensonges de ce qu’on appelle l’amour. Nous sommes au XIXe siècle dans une bourgade des îles Anglo-Normandes. La famille du jeune William emménage rue du Dauphin Vert. Un coup de vent, un chapeau fleuri qui atterrit dans le couloir de la maison. Puis apparaît l’aimable propriétaire du chapeau, une petite voisine jolie et souriante qui répond au prénom de Marguerite, suivie par sa soeur Marianne, à la beauté moins évidente, silencieuse et grave. Les demoiselles Le Patourel. Les trois adolescents deviennent amis, et même un peu plus. On rêve, on rit, on pleure (à peine), et l’on se moque de ce benêt de William qui, malgré sa préférence marquée pour Marguerite, ne peut s’empêcher de mélanger les prénoms des deux soeurs. Un détail idiot qui va bouleverser le cours de trois existences… Parti voir du pays, William se retrouve en Nouvelle-Zélande établi comme colon, et toujours épris de son amoureuse d’hier. Prenant un jour son courage à deux mains, il écrit aux parents Le Patourel pour leur demander la permission d’autoriser Marguerite à le rejoindre : il est prêt à l’épouser. Quelques mois plus tard, il a la surprise de sa vie : c’est Marianne qui débarque du bateau… Se serait-il trompé de prénom dans sa lettre ?… Montrer sa déception ? Il ne peut : ce serait tuer cette pauvre Marianne, déjà toute à son bonheur. Mais peuton sérieusement bâtir un bonheur sur un tel quiproquo ? William en prend le risque. Ce que fait Miss Goudge à partir là relève, qu’on se rassure, du très grand art. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.