share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'homme Moïse et la religion monothéiste

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'homme Moïse et la religion monothéiste

L'homme Moïse et la religion monothéiste

  (Auteur)


Prix : 95,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'homme Moïse et la religion monothéiste"

Présentation de L'homme Moïse et la religion monothéiste

Avec L'Homme Moïse et la religion monothéiste, Freud signe en 1939 son dernier livre. Après Totem et Tabou (1913) et l'hypothèse du meurtre originel, il est aux prises une fois de plus avec une figure paternelle qui cette fois porte un nom, Moïse, et qui s'inscrit dans la lignée de ses propres origines juives. L'ouvrage se présente comme une enquête historique sur la véritable identité du père du judaïsme et sur l'éventualité de sa fin tragique, mis à mort par son peuple. Sa théorie du fait religieux développe l'hypothèse du parricide primitif. Il met finalement en perspective toute l'histoire de la religion biblique et rend compte de la nécessité du passage du judaïsme au christianisme. Dans ce qu'il appelle lui-même son "roman historique", Freud répond indirectement à l'antisémitisme de son temps. En inventant au peuple juif une origine déicide, il lui prête sa propre irréligiosité, et il s'identifie à lui. Les Juifs et les psychanalystes seraient haïs pour les mêmes raisons : ils ont osé tuer le père. --Emilio Balturi

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 256  pages
  • Dimensions :  1.8cmx10.0cmx17.8cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Gallimard 
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070327418
  • EAN13 :  9782070327416
  • Classe Dewey :  150.195
  • Langue : Français

D'autres livres de Sigmund Freud

Métapsychologie

Il faut bien que la sorcière s'en mêle. C'est ainsi que Freud, citant dans un de ses derniers écrits le Faust de Goethe, désigne la métapsychologie, et il ajoute : " Sans spéculer ni théoriser - pour un jeu, j'aurais dit fantasmer - on n'avance pas d'un pas." La sorcière métapsychologie, ...

Prix : 95 DH
Sigmund Freud présenté par lui-même

Voici ce qu'écrit Freud de sa Selbstdarstellung publiée en 1925 : " Deux thèmes parcourent cet ouvrage : celui de ma propre destinée et celui de l'histoire de la psychanalyse. Ils sont étroitement liés. Ma Présentation de moi-même montre comment la psychanalyse devient le contenu de ma vie ...

Prix : 66 DH

Cinq leçons sur la psychanalyse

Les deux textes contenus dans ce livre constituent une présentation de la psychanalyse qui s'adresse d'abord aux non-spécialistes. Les Cinq leçons sur la psychanalyse sont les conférences prononcées par Freud en 1909 lors de son voyage aux Etats-Unis, où la psychanalyse était encore largement...

Prix : 79 DH
Psychopathologie de la vie quotidienne

Oublier un nom, casser un bibelot familier, se tromper de clefs, commettre un lapsus, tous ces petits accidents ordinaires doivent s'interpréter comme des manifestations de l'inconscient. En effet celui-ci travaille sans cesse, infatigablement. Freud a montré comment le rêve était la voie royale...

Prix : 134 DH

Voir tous les livres de Sigmund Freud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'homme Moïse et la religion monothéiste

Avec L'Homme Moïse et la religion monothéiste, Freud signe en 1939 son dernier livre. Après Totem et Tabou (1913) et l'hypothèse du meurtre originel, il est aux prises une fois de plus avec une figure paternelle qui cette fois porte un nom, Moïse, et qui s'inscrit dans la lignée de ses propres origines juives. L'ouvrage se présente comme une enquête historique sur la véritable identité du père du judaïsme et sur l'éventualité de sa fin tragique, mis à mort par son peuple. Sa théorie du fait religieux développe l'hypothèse du parricide primitif. Il met finalement en perspective toute l'histoire de la religion biblique et rend compte de la nécessité du passage du judaïsme au christianisme. Dans ce qu'il appelle lui-même son "roman historique", Freud répond indirectement à l'antisémitisme de son temps. En inventant au peuple juif une origine déicide, il lui prête sa propre irréligiosité, et il s'identifie à lui. Les Juifs et les psychanalystes seraient haïs pour les mêmes raisons : ils ont osé tuer le père. --Emilio Balturi