share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Guerre de Jugurtha, numéro 54

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Guerre de Jugurtha, numéro 54

La Guerre de Jugurtha, numéro 54

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Guerre de Jugurtha, numéro 54"

Présentation de La Guerre de Jugurtha, numéro 54

Construit autour de la personnalité de Jugurtha, prince ambitieux, cruel et rusé, mais promis à une fin misérable, le récit de la guerre menée par Rome en Afrique entre 111 et 105 avant J.-C. permet à Salluste de réfléchir aux interactions de la guerre et de la politique intérieure. En effet, ce conflit qui vit s'illustrer Metellus, Marius et Sulla marque aux yeux de l'historien latin le début de la rébellion contre le pouvoir exclusif de la noblesse, véritable préambule aux guerres civiles qui déchireront le dernier siècle de la République : " Je me propose de raconter la guerre que le peuple romain livra contre Jugurtha, le roi des Numides. D'abord parce que ce fut une grande guerre, acharnée et changeante. Ensuite parce qu'elle amena la première contestation réelle du pouvoir arrogant de la nobilitas " (V, 1). L'ouvrage s'achève sur le triomphe de Marius, l'homme de la plèbe dont le courage et la force ont fini par l'emporter sur la vénalité et l'orgueil des aristocrates et sur la détermination d'un ennemi réputé perfide.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 257  pages
  • Dimensions :  2.6cmx10.8cmx17.0cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Belles Lettres Paru le
  • Collection : Classiques en poche
  • ISBN :  2251799540
  • EAN13 :  9782251799544
  • Classe Dewey :  937.05
  • Langue : Français

D'autres livres de Salluste

La Conjuration de Catilina

" Sallustre est un grand écrivain... Il continue d'agir comme il écrit : à en faire l'histoire, il se rend maître des événements, et ne l'est jamais plus que s'il se revanche d'une défaite. Partout, il frappe fort et vite. Il est d'une concision qui déchire. Il a le trait aigu, hardi, dur...

Voir tous les livres de Salluste

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Présentation de La Guerre de Jugurtha, numéro 54

Construit autour de la personnalité de Jugurtha, prince ambitieux, cruel et rusé, mais promis à une fin misérable, le récit de la guerre menée par Rome en Afrique entre 111 et 105 avant J.-C. permet à Salluste de réfléchir aux interactions de la guerre et de la politique intérieure. En effet, ce conflit qui vit s'illustrer Metellus, Marius et Sulla marque aux yeux de l'historien latin le début de la rébellion contre le pouvoir exclusif de la noblesse, véritable préambule aux guerres civiles qui déchireront le dernier siècle de la République : " Je me propose de raconter la guerre que le peuple romain livra contre Jugurtha, le roi des Numides. D'abord parce que ce fut une grande guerre, acharnée et changeante. Ensuite parce qu'elle amena la première contestation réelle du pouvoir arrogant de la nobilitas " (V, 1). L'ouvrage s'achève sur le triomphe de Marius, l'homme de la plèbe dont le courage et la force ont fini par l'emporter sur la vénalité et l'orgueil des aristocrates et sur la détermination d'un ennemi réputé perfide.