share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Esprit de conversation. Trois salons.

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Esprit de conversation. Trois salons.

L'Esprit de conversation. Trois salons.

  (Auteur)


Prix : 81,00 DH TTC


En stock.
Commandez vite, il ne reste  qu'1 exemplaire !
Date de livraison estimée le mardi 13 décembre 2016.

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Esprit de conversation. Trois salons."

Présentation de L'Esprit de conversation. Trois salons.

- « A partir d’une évocation rapide de deux salons antérieurs, la chambre bleue de Mme de Rambouillet (XVIIe siècle) et le salon de Mme du Deffand (XVIIIe siècle), je voudrais, dans ce texte, issu d’une conférence, définir et faire sentir le rapport très singulier que Mme de Staël (XVIIIe et XIXe siècles) a entretenu toute son existence avec l’univers des salons et l’esprit de conversation.Une histoire qui pour elle commence à Paris dans le salon de sa mère et va se poursuivre, après son mariage avec M. de Staël, ambassadeur de Suède, dans son propre salon, rue du Bac ; un salon destiné d’abord à servir la gloire de son père Jacques Necker. Mais bientôt, sur l’ordre de Napoléon, elle devra s’exiler en Suisse. Et c’est au château de Coppet qu’elle va instaurer une vie de société originale, où, entre théâtre, musique, lecture, écriture, travail de traduction, la conversation tient un rôle majeur – mais il s’agit d’une conversation habitée par la passion, et toujours prête à bousculer les rites. Passion politique d’une part : Mme de Staël, insouciante des règles de la conversation, a une parole libre, spontanée. Le salon, à ses yeux, a une fonction subversive et de discussion politique. Passion amoureuse également : Sa relation tumultueuse avec Benjamin Constant inaugure un type d’union encore jamais expérimenté : Le couple entre deux intellectuels, deux partenaires égaux, deux écrivains « engagés ».Dans ses romans Delphine ou Corinne, Mme de Staël crée des personnages de femmes, qui s’illustrent par un art de la parole extraordinairement brillant, et même inspiré. Elle introduit sur la scène de la littérature des femmes d’exception, qui seront, pour cela même, rejetées par la société et condamnées à la solitude. Son écriture, à l’opposé des analyses de Proust considérant la conversation comme l’ennemie du talent d’écrivain, puise son énergie et sa force de conviction dans le bonheur, l’intelligence, la rapidité inhérents à l’esprit de conversation.Madame de Staël et la conversation peut nous conduire, de manière directe ou indirecte, à nous interroger sur notre propre rapport à la conversation – un art perdu ? une pratique toujours vivante mais qui ne cesse de se métamorphoser ? En tous cas un registre d’une importance vitale. »Chantal Thomas

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 124  pages
  • Dimensions :  0.6cmx10.6cmx16.8cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages poche
  • ISBN :  274362194X
  • EAN13 :  9782743621940
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Chantal Thomas

Les Adieux à la reine - Prix Femina 2002

1810. Vienne est une ville ruinée et humiliée par le passage et la victoire de Napoléon. Agathe, ancienne lectrice de Marie-Antoinette, se souvient des derniers jours de la reine à Versailles après la prise de la Bastille, et particulièrement de ce jour où la famille royale s'est enfuie. [...

Le testament d'Olympe

Au milieu du XVIIIe siècle, deux soeurs issues d'un milieu très religieux se perdent de vue. Apolline, sérieuse et résignée, est envoyée au couvent, puis devient préceptrice dans un château. Ursule, rebaptisée Olympe et animée par une soif de liberté éperdue, réussit à se faire [......

La vie réelle des petites filles

"Ici les insectes sont remplacés par des enfants. Leurs petites silhouettes colorées donnent vie à la palette du bonheur fou. Ils vaquent dans l'ombre pain d'épice des maisons. Ils s'activent sur les places blanches de soleil. Ils se donnent à leurs jeux bruyants et insensés. Ils agitent [....

Souffrir

Universitaire, spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, auteur couronnée par le prix Femina en 2002 pour Les Adieux à la reine, Chantal Thomas livre un essai qui recompose, autour de souvenirs personnels et d'analyse littéraire, une réflexion sur le thème de la souffrance. [....]...

Voir tous les livres de Chantal Thomas

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'Esprit de conversation. Trois salons.

- « A partir d’une évocation rapide de deux salons antérieurs, la chambre bleue de Mme de Rambouillet (XVIIe siècle) et le salon de Mme du Deffand (XVIIIe siècle), je voudrais, dans ce texte, issu d’une conférence, définir et faire sentir le rapport très singulier que Mme de Staël (XVIIIe et XIXe siècles) a entretenu toute son existence avec l’univers des salons et l’esprit de conversation.Une histoire qui pour elle commence à Paris dans le salon de sa mère et va se poursuivre, après son mariage avec M. de Staël, ambassadeur de Suède, dans son propre salon, rue du Bac ; un salon destiné d’abord à servir la gloire de son père Jacques Necker. Mais bientôt, sur l’ordre de Napoléon, elle devra s’exiler en Suisse. Et c’est au château de Coppet qu’elle va instaurer une vie de société originale, où, entre théâtre, musique, lecture, écriture, travail de traduction, la conversation tient un rôle majeur – mais il s’agit d’une conversation habitée par la passion, et toujours prête à bousculer les rites. Passion politique d’une part : Mme de Staël, insouciante des règles de la conversation, a une parole libre, spontanée. Le salon, à ses yeux, a une fonction subversive et de discussion politique. Passion amoureuse également : Sa relation tumultueuse avec Benjamin Constant inaugure un type d’union encore jamais expérimenté : Le couple entre deux intellectuels, deux partenaires égaux, deux écrivains « engagés ».Dans ses romans Delphine ou Corinne, Mme de Staël crée des personnages de femmes, qui s’illustrent par un art de la parole extraordinairement brillant, et même inspiré. Elle introduit sur la scène de la littérature des femmes d’exception, qui seront, pour cela même, rejetées par la société et condamnées à la solitude. Son écriture, à l’opposé des analyses de Proust considérant la conversation comme l’ennemie du talent d’écrivain, puise son énergie et sa force de conviction dans le bonheur, l’intelligence, la rapidité inhérents à l’esprit de conversation.Madame de Staël et la conversation peut nous conduire, de manière directe ou indirecte, à nous interroger sur notre propre rapport à la conversation – un art perdu ? une pratique toujours vivante mais qui ne cesse de se métamorphoser ? En tous cas un registre d’une importance vitale. »Chantal Thomas