share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Musique du hasard

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Musique du hasard

La Musique du hasard

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : 68,00 DH TTC


En stock.
Commandez vite, il ne reste  qu'1 exemplaire !
Date de livraison estimée le samedi 10 décembre 2016.

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Musique du hasard"

Présentation de La Musique du hasard

Auster nous convie à une randonnée existentielle : celle d'un homme qui, après avoir confié sa fille à sa soeur, se retrouve sans attache, pris dans le tourbillon d'une errance désespérée qu'il ne comprend pas lui-même. Cette dynamique incontrôlable le pousse à sillonner les Etats-Unis en voiture. Il rencontre, au son de La Musique du hasard, des personnages surgis de nulle part qui vont donner un tour extraordinaire à cette fuite en avant. Il serait criminel d'en révéler plus, tant le suspense est efficace. Disons juste que l'on se retrouve dans une sorte de quatrième dimension où les manipulateurs demeurent invisibles, où les maquettes figurent des maquettes de maquettes, où la fin n'est qu'un recommencement... Le ton se veut neutre et lisse ; il a l'objectivité d'un observateur extérieur. Le caractère imperturbable de la narration n'en sert que mieux la montée de l'angoisse qui, si elle s'accélère par moments, est toujours latente dans cette démonstration du pouvoir catalyseur et versatile de l'argent. --Sana Tang-Léopold Wauters

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 224  pages
  • Dimensions :  1.0cmx10.9cmx17.8cm
  • Poids : 249.5g
  • Editeur :   Le Livre De Poche 
  • Collection : Littérature & Documents
  • ISBN :  2253138320
  • EAN13 :  9782253138327
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Paul Auster

Moon Palace

Marco Stanley Fogg : le nom même de son héros place ce roman sous le signe de l'exploration et du voyage. Et c'est bien une odyssée qui nous est offerte, dans la tradition des Mille et Une Nuits comme du " grand " roman américain ; un parcours fertile en paysages fantastiques, personnages hors ...

Prix : 89 DH
Je pensais que mon père était Dieu et autres récits de la réalité américaine

" Des dépêches, des rapports envoyés du front de l'expérience personnelle " : ainsi Paul Auster définit-il les histoires contenues dans ce livre. Cent quatre-vingts histoires vraies, choisies parmi les envois d'auditeurs de tous les âges et de toutes les conditions, qu'il a pendant un an ...

Prix : 116 DH

Dans le scriptorium

Quatrième de couverture L'homme qui, ce matin-là, se réveille, désorienté, dans une chambre inconnue est à l'évidence âgé. Il ne sait plus qui il est, il ignore pourquoi et comment il se retrouve assigné à résidence entre les quatre murs de cette pièce, percés d'une unique fenêtre n'o...

Prix : 74 DH
Smoke, suivi de "Brooklin Boogie"

C'est en 1990 que le cinéaste Wayne Wang demande à Paul Auster le droit d'adapter à l'écran un conte de Noël, publié dans le New York Times par l'auteur de Léviathan. C'est le début d'une aventure qui va durer quatre ans. Smoke, le film déjà classique qui en est résulté, se prolongera...

Prix : 89 DH

Voir tous les livres de Paul Auster

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La Musique du hasard

Auster nous convie à une randonnée existentielle : celle d'un homme qui, après avoir confié sa fille à sa sœur, se retrouve sans attache, pris dans le tourbillon d'une errance désespérée qu'il ne comprend pas lui-même. Cette dynamique incontrôlable le pousse à sillonner les Etats-Unis en voiture. Il rencontre, au son de La Musique du hasard, des personnages surgis de nulle part qui vont donner un tour extraordinaire à cette fuite en avant. Il serait criminel d'en révéler plus, tant le suspense est efficace. Disons juste que l'on se retrouve dans une sorte de quatrième dimension où les manipulateurs demeurent invisibles, où les maquettes figurent des maquettes de maquettes, où la fin n'est qu'un recommencement... Le ton se veut neutre et lisse ; il a l'objectivité d'un observateur extérieur. Le caractère imperturbable de la narration n'en sert que mieux la montée de l'angoisse qui, si elle s'accélère par moments, est toujours latente dans cette démonstration du pouvoir catalyseur et versatile de l'argent. --Sana Tang-Léopold Wauters