share_book
Envoyer cet article par e-mail

À livre ouvert

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
À livre ouvert

À livre ouvert

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "À livre ouvert "

Présentation de À livre ouvert

"Relire mes vieux journaux intimes est à la fois une source de révélations et de chocs. Je n'arrive pas à voir un lien entre cet écolier et l'homme que je suis aujourd'hui. Quel type morose, mélancolique, troublé j'étais. Ce n'était pas moi, si ?" Logan Gonzago Mountstuart aura la vie incroyable que sous-entend l'originalité de son nom. De cette vie qui traverse "le siècle des grands abattoirs", William Boyd nous propose l'inventaire quasi exhaustif, choisissant pour ce huitième roman la mise en abîme parfaite : un écrivain présentant le journal intime d'un autre écrivain. Ainsi, le journal des aventures humaines de Logan débute le 10 décembre 1923 pour s'achever au cours de l'année 1991, fait de plus ou moins brefs chapitres d'une vie mouvementée, le tout assorti de notes historiques et d'un index. Le parti pris de certains écrivains, avec un tel sujet, aurait peut-être été de choisir une vie de platitude pour son personnage. William Boyd n'en fait rien et réaffirme ses talents de conteur : mêlant fiction et réalité, Logan Mountstuart vivra, dans le désordre, une éducation à Oxford, l'expérience de l'écriture, l'ascension et le déclin, la guerre d'Espagne, l'amitié, la Seconde Guerre mondiale, l'enferment, l'amour, les mouvements d'extrême gauche des années soixante-dix, le désamour, le sexe et la mort. Il croisera Picasso, le duc de Windsor, Virginia Woolf, Hemingway, Joyce et bien d'autres, réels ou fictifs. Une vie racontée par lui-même, sans complaisance, toute entière aspirée par ce désir d'une trace du vécu. Cet effort de mémoire, William Boyd nous le raconte sans emphase, évitant le piège de l'exercice de style, n'écartant pas l'ingénieux procédé de l'ellipse ou de l'oubli (ah, la mémoire !). La vérité documentaire de son roman nous attache au coeur son rédacteur et les êtres qu'ils croisent. On en vient alors à penser qu'à travers l'être humain qui s'offre en confession dans ce livre, c'est l'humanité, cette fibre de nous-même, que William Boyd expose, toute nue, avec beaucoup de talent. --Hector Chavez --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 608  pages
  • Dimensions :  3.0cmx10.8cmx17.2cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : Points
  • ISBN :  2020617137
  • EAN13 :  9782020617130
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de William Boyd

Orages ordinaires

Adam Kindred trouve un homme poignardé dans sa chambre d'hôtel. Paniqué, il fuit en laissant ses empreintes. Témoin gênant et coupable idéal, il n'a qu'une solution : disparaître. En deux jours, il se dépouille de tout et rejoint la foule invisible des marginaux. Traqué jusque dans les [...

La vie aux aguets

Ruth est inquiète. Depuis quelques semaines, le comportement de sa mère est pour le moins étrange : elle se sent épiée et ne cesse de répéter qu'elle court un grave danger. Qui pourrait donc s'en prendre à une vieille femme menant une existence paisible dans un cottage anglais? Personne.A...

Un Anglais sous les tropiques

Nul héros n'a été autant bafoué que dans cette satire typiquement britannique. Morgan Leafy, fonctionnaire en titre, traqué par l'alcool et l'embonpoint, n'en peut plus de démêler les gaffes et calamités qu'il provoque. Au fin fond d'une contrée de l'Afrique occidentale, dans l'empire de Sa...

La Croix et la Bannière

Difficile de vivre avec sa médiocrité, sa gaucherie, ses maladresses, sa timidité féroce. Avec ses torts et travers pathétiques, désopilants, ses délires gestuels et verbaux hilarants, Henderson Dores revêt bien des caractères de Woody Allen. Nul hasard alors si le jeune quadragénaire s'es...

Voir tous les livres de William Boyd

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de À livre ouvert

"Relire mes vieux journaux intimes est à la fois une source de révélations et de chocs. Je n'arrive pas à voir un lien entre cet écolier et l'homme que je suis aujourd'hui. Quel type morose, mélancolique, troublé j'étais. Ce n'était pas moi, si ?" Logan Gonzago Mountstuart aura la vie incroyable que sous-entend l'originalité de son nom. De cette vie qui traverse "le siècle des grands abattoirs", William Boyd nous propose l'inventaire quasi exhaustif, choisissant pour ce huitième roman la mise en abîme parfaite : un écrivain présentant le journal intime d'un autre écrivain. Ainsi, le journal des aventures humaines de Logan débute le 10 décembre 1923 pour s'achever au cours de l'année 1991, fait de plus ou moins brefs chapitres d'une vie mouvementée, le tout assorti de notes historiques et d'un index. Le parti pris de certains écrivains, avec un tel sujet, aurait peut-être été de choisir une vie de platitude pour son personnage. William Boyd n'en fait rien et réaffirme ses talents de conteur : mêlant fiction et réalité, Logan Mountstuart vivra, dans le désordre, une éducation à Oxford, l'expérience de l'écriture, l'ascension et le déclin, la guerre d'Espagne, l'amitié, la Seconde Guerre mondiale, l'enferment, l'amour, les mouvements d'extrême gauche des années soixante-dix, le désamour, le sexe et la mort. Il croisera Picasso, le duc de Windsor, Virginia Woolf, Hemingway, Joyce et bien d'autres, réels ou fictifs. Une vie racontée par lui-même, sans complaisance, toute entière aspirée par ce désir d'une trace du vécu. Cet effort de mémoire, William Boyd nous le raconte sans emphase, évitant le piège de l'exercice de style, n'écartant pas l'ingénieux procédé de l'ellipse ou de l'oubli (ah, la mémoire !). La vérité documentaire de son roman nous attache au cœur son rédacteur et les êtres qu'ils croisent. On en vient alors à penser qu'à travers l'être humain qui s'offre en confession dans ce livre, c'est l'humanité, cette fibre de nous-même, que William Boyd expose, toute nue, avec beaucoup de talent. --Hector Chavez --Ce texte fait référence à l’éditionBroché .