share_book
Envoyer cet article par e-mail

Une ordure

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Une ordure

Une ordure

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Une ordure"

Présentation de Une ordure

J'adore ce genre d'histoire. Le mauvais garçon. Non pas le voyou, mais le type qui apparemment est normal et en fait ne l'est pas du tout. J'ai toujours rêvé de devenir L'ESPRIT DU MAL – puisque Dieu n'existe pas alors c'est que TOUT est permis, hi, hi, hi ! – comme Rastapopoulos, mais je ne l'ai jamais fait. Comme modèle, il y a Bad Lieutenant, le film de Ferrara et American Psycho. Une ordure est dans la même lignée, version scottish. Le personnage est un poulet odieux. Un vrai sale type qui "esthétise" le mal. Ça se lit tout seul, il y a de la came, des putes, du rock, des poulets qui rackettent des dealers et la fille d'un avocat qui fait une pipe au héros parce qu'il l'a chopée avec deux ecstas. Aucune rédemption en revanche, juste une brève explication psychologique à la fin – conflit père-fils, frères renégats, fils reniés, traîtres, etc. – qui enlève le côté mal-pour-le-mal qui pourrait se suffire à lui-même. Bref, à part ça, tous les ingrédients d'une bonne histoire. Et comme en plus c'est écrit par l'auteur de Trainspotting, c'est parfait. --Vincent Ravalec Édimbourg. Un homme est sauvagement assassiné à coups de marteau. Il en faut plus pour impressionner l'abominable brigadier Bruce Robertson, Robbo pour les collègues, presque tous aussi machistes, sales, dépravés, cyniques et puants que lui. Le meurtre va-t-il empêcher Robbo de prendre ses "vacances" à Amsterdam et va-t-il l'obliger à abandonner ce fabuleux programme à base de prostituées et de drogues en tout genre ? Rongé de l'intérieur, au propre comme au figuré, accro à la cocaïne, paumé abject, le brigadier s'enfonce dans la déchéance… À trois ignominies écœurantes par phrase, ce livre, a priori répugnant, est-il une horreur à trois sous ou un chef d'œuvre ? "Une farce implacable sur le pouvoir et l'abjection" comme le présente son éditeur ? Sans doute un peu des deux. On disait aussi cela de Trainspotting, son précédent roman, devenu un film-culte… --Bruno Ménard --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 507  pages
  • Dimensions :  2.4cmx10.8cmx17.6cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Points Paru le
  • Collection : Points
  • ISBN :  2757806130
  • EAN13 :  9782757806135
  • Classe Dewey :  823.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Irvine Welsh

Porno

Retour à la case départ. Après des années de galère, Renton, Begbie, Sick Boy et Spud se retrouvent dans le huis clos froid et pluvieux d'Édimbourg. Le crack, la misère et les coups foireux sont au rendez-vous, mais la rage de vivre demeure. Avec Nikki, une étudiante invraisemblablement [...

Trainspotting

Ils sont quatre amis d'un quartier pourri d'Edimbourg partageant la même passion pour le délire à hauts risques, celui de la piquouse fatale et de l'héroïne, aussi efficacement destructrice qu'une bombe atomique dans un champ de coquelicots. Mais que faire d'autre quand on survit entre vols ...

Glu

Terry le don Juan, Billy le boxeur, Cul le DJ et Gally la poisse : quatre jeunes garçons de la banlieue d'Edimbourg, quatre enfants de la bagarre et de la misère. Des années 1970 à aujourd'hui, soudés par une indéfectible amitié, ils traversent une succession d'explosions sociales et culturel...

Voir tous les livres de Irvine Welsh

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Une ordure

J'adore ce genre d'histoire. Le mauvais garçon. Non pas le voyou, mais le type qui apparemment est normal et en fait ne l'est pas du tout. J'ai toujours rêvé de devenir L'ESPRIT DU MAL – puisque Dieu n'existe pas alors c'est que TOUT est permis, hi, hi, hi ! – comme Rastapopoulos, mais je ne l'ai jamais fait. Comme modèle, il y a Bad Lieutenant, le film de Ferrara et American Psycho. Une ordure est dans la même lignée, version scottish. Le personnage est un poulet odieux. Un vrai sale type qui "esthétise" le mal. Ça se lit tout seul, il y a de la came, des putes, du rock, des poulets qui rackettent des dealers et la fille d'un avocat qui fait une pipe au héros parce qu'il l'a chopée avec deux ecstas. Aucune rédemption en revanche, juste une brève explication psychologique à la fin – conflit père-fils, frères renégats, fils reniés, traîtres, etc. – qui enlève le côté mal-pour-le-mal qui pourrait se suffire à lui-même. Bref, à part ça, tous les ingrédients d'une bonne histoire. Et comme en plus c'est écrit par l'auteur de Trainspotting, c'est parfait. --Vincent Ravalec Édimbourg. Un homme est sauvagement assassiné à coups de marteau. Il en faut plus pour impressionner l'abominable brigadier Bruce Robertson, Robbo pour les collègues, presque tous aussi machistes, sales, dépravés, cyniques et puants que lui. Le meurtre va-t-il empêcher Robbo de prendre ses "vacances" à Amsterdam et va-t-il l'obliger à abandonner ce fabuleux programme à base de prostituées et de drogues en tout genre ? Rongé de l'intérieur, au propre comme au figuré, accro à la cocaïne, paumé abject, le brigadier s'enfonce dans la déchéance… À trois ignominies écœurantes par phrase, ce livre, a priori répugnant, est-il une horreur à trois sous ou un chef d'œuvre ? "Une farce implacable sur le pouvoir et l'abjection" comme le présente son éditeur ? Sans doute un peu des deux. On disait aussi cela de Trainspotting, son précédent roman, devenu un film-culte… --Bruno Ménard --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .