share_book
Envoyer cet article par e-mail

Oh, Hippie Days !

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Oh, Hippie Days !

Oh, Hippie Days !

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Oh, Hippie Days ! "

Présentation de Oh, Hippie Days !

Photographe, historien du rock et de la contre-culture américaine, Alain Dister a été, entre 1966 et 1969, un témoin privilégié de "l'aventure hippie". En témoignent ces "carnets américains", rédigés à chaud, dans le feu d'une dérive luxuriante et d'une grande dérade amoureuse qui le mena de New York à San Francisco et Los Angeles. La réinvention du corps, du corps social et érotique, la pratique de la vie communautaire, la participation à toutes les formes de la contre-culture (concerts de Janis Joplin et du Grateful Dead, comics et peinture) sont la matière de ce témoignage de première main, aussi lyrique que peu complaisant. Dister pointe et analyse en effet ce qui causa le déclin de la geste hippie : les drogues (de plus en plus dures), la dissipation des illusions communautaires. Quand il quitte l'Amérique en 1969 c'est avec la chanson des Doors : The End sur les lèvres. --François ANGELIER --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 407  pages
  • Dimensions :  2.0cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   J'ai Lu Paru le
  • Collection : J'ai lu Récit
  • ISBN :  2290347221
  • EAN13 :  9782290347225
  • Classe Dewey :  973.92
  • Langue : Français

D'autres livres de Alain Dister

La Beat Generation

La Beat Generation, mouvement symbolique de l'Amérique des années 1950 et 1960, est née de l'amitié entre quatre hommes : Jack Kerouac, Allen Ginsberg, Neal Cassady et William Burroughs. Cette amitié tourne au manifeste. En 1952, John Clellon Holmes officialise, dans un article du New York [...

Grateful Dead : Une légende californienne

De tous les groupes ayant fleuri sur la Côte Ouest dans les années1960, un seul semble avoir atteint le statut de légende : Grateful Dead. Le mythe naît en 1967 sur les collines de San Francisco, dans le quartier de Haight-Ashbury, en plein été de l'amour D'emblée, Jerry Garcia (disparu en 19...

Oh hippie, days ! : carnets américains 1966-1969

Photographe, historien du rock et de la contre-culture américaine, Alain Dister a été, entre 1966 et 1969, un témoin privilégié de "l'aventure hippie". En témoignent ces "carnets américains", rédigés à chaud, dans le feu d'une dérive luxuriante et d'une grande dérade amoureuse qui le me...

Voir tous les livres de Alain Dister

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Oh, Hippie Days !

Photographe, historien du rock et de la contre-culture américaine, Alain Dister a été, entre 1966 et 1969, un témoin privilégié de "l'aventure hippie". En témoignent ces "carnets américains", rédigés à chaud, dans le feu d'une dérive luxuriante et d'une grande dérade amoureuse qui le mena de New York à San Francisco et Los Angeles. La réinvention du corps, du corps social et érotique, la pratique de la vie communautaire, la participation à toutes les formes de la contre-culture (concerts de Janis Joplin et du Grateful Dead, comics et peinture) sont la matière de ce témoignage de première main, aussi lyrique que peu complaisant. Dister pointe et analyse en effet ce qui causa le déclin de la geste hippie : les drogues (de plus en plus dures), la dissipation des illusions communautaires. Quand il quitte l'Amérique en 1969 c'est avec la chanson des Doors : The End sur les lèvres. --François ANGELIER --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .