share_book
Envoyer cet article par e-mail

Nazisme et révolution

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Nazisme et révolution

Nazisme et révolution

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Nazisme et révolution"

Présentation de Nazisme et révolution

Il faut partir de la révolution française pour comprendre l’épanouissement du nazisme en Allemagne et, hélas, son invraisemblable postérité. Cette thèse, iconoclaste, Fabrice Bouthillon la démontre, grâce à une érudition époustouflante et une plume allègre, dans un livre qui fera date.C’est en effet la Révolution qui a séparé la Gauche de la Droite, créant ainsi dans toute l’Europe une déchirure politique qui, malgré l’œuvre unitaire de Bismarck, n’était en fait à la veille de 1914 pas plus surmontée en Allemagne qu’en France. La défaite de 1918, refusée et même niée par beaucoup, a porté à vif la déchirure allemande.Parce qu’il prétendait réconcilier une valeur de Droite, le nationalisme, avec une valeur de Gauche, le socialisme, le nazisme s’est offert aux Allemands comme la solution, paradoxalement centriste, à ce problème lancinant de la réfection de l’unité nationale, en faisant confluer ces deux héritages sur la personne d’un meneur charismatique. Plus fort encore, Hitler, jusqu’au moment de rédiger son testament politique, est resté dans la ligne de ce centrisme, comme s'il entendait ménager l'avenir.Ancien élève de l’ENS-Ulm, puis membre de l’Ecole française de Rome, Fabrice Bouthillon est Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Brest, et titulaire d’une Licence de Théologie catholique de l’université de Strasbourg. Il a notamment publié Et le Bunker était vide. Une lecture du testament politique d’Adolf Hitler (Hermann, 2007), et Brève Histoire philosophique de l’Union soviétique (Plon/Commentaire, 2003). Le chapitre VII du présent ouvrage lui a valu le prix Henry Hertz de la chancellerie des Universités de Paris.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 336  pages
  • Dimensions :  2.8cmx13.6cmx21.0cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Divers Histoire
  • ISBN :  2213656002
  • EAN13 :  9782213656007
  • Classe Dewey :  943
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Nazisme et révolution

Il faut partir de la révolution française pour comprendre l’épanouissement du nazisme en Allemagne et, hélas, son invraisemblable postérité. Cette thèse, iconoclaste, Fabrice Bouthillon la démontre, grâce à une érudition époustouflante et une plume allègre, dans un livre qui fera date.C’est en effet la Révolution qui a séparé la Gauche de la Droite, créant ainsi dans toute l’Europe une déchirure politique qui, malgré l’œuvre unitaire de Bismarck, n’était en fait à la veille de 1914 pas plus surmontée en Allemagne qu’en France. La défaite de 1918, refusée et même niée par beaucoup, a porté à vif la déchirure allemande.Parce qu’il prétendait réconcilier une valeur de Droite, le nationalisme, avec une valeur de Gauche, le socialisme, le nazisme s’est offert aux Allemands comme la solution, paradoxalement centriste, à ce problème lancinant de la réfection de l’unité nationale, en faisant confluer ces deux héritages sur la personne d’un meneur charismatique. Plus fort encore, Hitler, jusqu’au moment de rédiger son testament politique, est resté dans la ligne de ce centrisme, comme s'il entendait ménager l'avenir.Ancien élève de l’ENS-Ulm, puis membre de l’Ecole française de Rome, Fabrice Bouthillon est Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Brest, et titulaire d’une Licence de Théologie catholique de l’université de Strasbourg. Il a notamment publié Et le Bunker était vide. Une lecture du testament politique d’Adolf Hitler (Hermann, 2007), et Brève Histoire philosophique de l’Union soviétique (Plon/Commentaire, 2003). Le chapitre VII du présent ouvrage lui a valu le prix Henry Hertz de la chancellerie des Universités de Paris.