share_book
Envoyer cet article par e-mail

La bataille d'Aboukir 1798

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La bataille d'Aboukir 1798

La bataille d'Aboukir 1798

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La bataille d'Aboukir 1798"

Présentation de La bataille d'Aboukir 1798

1er août 1798 : dans la baie d'Aboukir (Égypte) l'escadre française du vice-amiral Brueys est surprise au mouillage par l'escadre anglaise de Nelson. À bout portant, la bataille est effroyable. En dépit de l'équilibre des forces (treize vaisseaux contre quatorze) l'engagement tourne au désastre. Seuls deux vaisseaux français parviennent à s'échapper. Privés de flotte, les 30 000 hommes de l'armée d'Orient sont désormais prisonniers d'une Égypte que venait de leur assurer la fulgurante victoire des Pyramides (21 juillet). La stratégie périphérique de Bonaparte avorte en Orient. Maîtresse de la Méditerranée, la Grande-Bretagne prend la tête d'une nouvelle coalition européenne contre la France. La paix de Campoformio (1797) est rompue. Ni les expéditions navales de secours du Directoire (1799), ni celles du Consulat (1800-1801) ne permirent de desserrer l'étau. Aboukir : un désastre « annoncé », mais pas inéluctable. Les atouts français étaient nombreux : des vaisseaux supérieurs, une artillerie plus puissante, des chefs issus de la guerre d'Amérique (Brueys, Decrès, Blanquet du Chayla). Mais les erreurs furent fatales : un site mal choisi, un embossage raté, un commandement timoré (Villeneuve), plus de courage voire d'héroïsme (Casabianca, Dupetit-Thouars) - que d'efficacité. Décisive, la bataille navale d'Aboukir a changé le cours de l'Histoire en réduisant les ambitions de Bonaparte à la vieille Europe.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 263  pages
  • Dimensions :  2.0cmx15.4cmx23.2cm
  • Poids : 499.0g
  • Editeur :   Economica 
  • Collection : Campagnes & stratégies. Les grandes batailles
  • ISBN :  271783740X
  • EAN13 :  9782717837407
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Présentation de La bataille d'Aboukir 1798

1er août 1798 : dans la baie d'Aboukir (Égypte) l'escadre française du vice-amiral Brueys est surprise au mouillage par l'escadre anglaise de Nelson. À bout portant, la bataille est effroyable. En dépit de l'équilibre des forces (treize vaisseaux contre quatorze) l'engagement tourne au désastre. Seuls deux vaisseaux français parviennent à s'échapper. Privés de flotte, les 30 000 hommes de l'armée d'Orient sont désormais prisonniers d'une Égypte que venait de leur assurer la fulgurante victoire des Pyramides (21 juillet). La stratégie périphérique de Bonaparte avorte en Orient. Maîtresse de la Méditerranée, la Grande-Bretagne prend la tête d'une nouvelle coalition européenne contre la France. La paix de Campoformio (1797) est rompue. Ni les expéditions navales de secours du Directoire (1799), ni celles du Consulat (1800-1801) ne permirent de desserrer l'étau. Aboukir : un désastre « annoncé », mais pas inéluctable. Les atouts français étaient nombreux : des vaisseaux supérieurs, une artillerie plus puissante, des chefs issus de la guerre d'Amérique (Brueys, Decrès, Blanquet du Chayla). Mais les erreurs furent fatales : un site mal choisi, un embossage raté, un commandement timoré (Villeneuve), plus de courage voire d'héroïsme (Casabianca, Dupetit-Thouars) - que d'efficacité. Décisive, la bataille navale d'Aboukir a changé le cours de l'Histoire en réduisant les ambitions de Bonaparte à la vieille Europe.