share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'archiduchesse rouge

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'archiduchesse rouge

L'archiduchesse rouge

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'archiduchesse rouge "

Présentation de L'archiduchesse rouge

Convoquée en 1934 par la police viennoise et priée de décliner son identité, une belle femme de cinquante ans rétorque : " Je suis la petite-fille de l'empereur François-Joseph et la fille du prince héritier Rodolphe ! Cela vous suffit-il ? " Si les Habsbourg comptent nombre de personnages romanesques à travers les siècles, il restait encore à découvrir la figure singulière et contrastée d'Élisabeth-Marie (1883-1963), dite " Erzsi ". Enfant unique du suicidé de Mayerling et petite-fille préférée du vieil empereur, elle fut rebelle comme son père tout en restant archiduchesse dans l'âme bien après la chute de l'Empire austro-hongrois. Un premier mariage avec le prince Otto Windisch-Graetz tourna vite au cauchemar mais n'aboutit à une " séparation de table et de lit " qu'en 1924. À cette époque, Erzsi avait déjà rencontré le véritable homme de sa vie, Leopold Petznek, figure majeure du parti social-démocrate autrichien. Elle-même y adhéra. Dans la tourmente des années trente, la fortune et les relations de celle qu'on appelait désormais l'" Archiduchesse rouge " lui permirent de venir en aide aux camarades persécutés. Ayant survécu à l'enfer de Dachau, Petznek finit par épouser sa compagne de trente ans. Mais l'après-guerre n'eut rien de radieux pour le couple dont la demeure viennoise fut longtemps occupée par les autorités militaires françaises. Veuve inconsolable à partir de 1956, Élisabeth-Marie n'eut bientôt plus pour seuls amis que ses bergers allemands.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 220  pages
  • Dimensions :  0.8cmx15.4cmx22.6cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • ISBN :  2228904902
  • EAN13 :  9782228904902
  • Classe Dewey :  943.605 1092
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'archiduchesse rouge

Convoquée en 1934 par la police viennoise et priée de décliner son identité, une belle femme de cinquante ans rétorque : " Je suis la petite-fille de l'empereur François-Joseph et la fille du prince héritier Rodolphe ! Cela vous suffit-il ? " Si les Habsbourg comptent nombre de personnages romanesques à travers les siècles, il restait encore à découvrir la figure singulière et contrastée d'Élisabeth-Marie (1883-1963), dite " Erzsi ". Enfant unique du suicidé de Mayerling et petite-fille préférée du vieil empereur, elle fut rebelle comme son père tout en restant archiduchesse dans l'âme bien après la chute de l'Empire austro-hongrois. Un premier mariage avec le prince Otto Windisch-Graetz tourna vite au cauchemar mais n'aboutit à une " séparation de table et de lit " qu'en 1924. À cette époque, Erzsi avait déjà rencontré le véritable homme de sa vie, Leopold Petznek, figure majeure du parti social-démocrate autrichien. Elle-même y adhéra. Dans la tourmente des années trente, la fortune et les relations de celle qu'on appelait désormais l'" Archiduchesse rouge " lui permirent de venir en aide aux camarades persécutés. Ayant survécu à l'enfer de Dachau, Petznek finit par épouser sa compagne de trente ans. Mais l'après-guerre n'eut rien de radieux pour le couple dont la demeure viennoise fut longtemps occupée par les autorités militaires françaises. Veuve inconsolable à partir de 1956, Élisabeth-Marie n'eut bientôt plus pour seuls amis que ses bergers allemands.