share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les mensonges de Waterloo

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les mensonges de Waterloo

Les mensonges de Waterloo

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les mensonges de Waterloo"

Présentation de Les mensonges de Waterloo

Napoléon a rédigé trois récits de la bataille de Waterloo : d'abord le bulletin dicté deux jours après, sur la route de Paris, et deux ouvrages dictés à Sainte- Hélène, successivement aux généraux Gourgaud et Bertrand. Depuis 1818, tous les stratèges et historiens de la bataille se sont basés sur les récits de Sainte-Hélène, rédigés à loisir par Napoléon après qu'il a pris connaissance dans les livres anglais de la position et des mouvements de ses adversaires. Il a ainsi pu arranger la bataille en la racontant comme il aurait dû la mener, en faisant peser la responsabilité de la défaite sur le Destin et sur les maréchaux Ney et Grouchy. Dans cette perspective, le bulletin dicté par Napoléon à Laon deux jours après la bataille est incompréhensible et il a pour cette raison été négligé par les historiens. Pourtant, il contient une clé du mystère : Napoléon s'était trompé en lisant la carte... Mais ce n'était pas là sa plus grande erreur : il n'avait même pas envisagé la possibilité d'une intervention des Prussiens, qu'il croyait avoir battus à Ligny deux jours plus tôt, et il n'avait pas pris les plus élémentaires précautions sur ses flancs, faute majeure qu'il a voulu cacher à tout prix. Il y est magistralement parvenu. Cette mystification a eu des conséquences profondes. Pour la première fois, un auteur exerce une critique rigoureuse sur les textes de l'Empereur, les compare entre eux, et constate que c'est dans le premier que se trouve la plus grande part de vérité. Il montre aussi les manipulations auxquelles a donné lieu par la suite l'histoire de la bataille de Waterloo.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 544  pages
  • Dimensions :  3.0cmx14.0cmx21.0cm
  • Poids : 680.4g
  • Editeur :   Jourdan Le Clercq (Editions) Paru le
  • Collection : JOURDAN (EDITIO
  • ISBN :  287466040X
  • EAN13 :  9782874660405
  • Classe Dewey :  355
  • Langue : Français

D'autres livres de Bernard Coppens

Mémoires d'un capitaine de chasseurs à cheval sous Napoléon

Né le 20 décembre 1780, Joseph-Thomas Aubry s'engage comme simple soldat - chasseur à cheval - à l'âge de dix-sept ans. Ses états de services lui permettent de gagner l'épaulette et d'atteindre le grade de capitaine, ce qui nous vaut un témoignage de grande valeur. Aubry n'est ni vantard, ni...

Voir tous les livres de Bernard Coppens

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Les mensonges de Waterloo

Napoléon a rédigé trois récits de la bataille de Waterloo : d'abord le bulletin dicté deux jours après, sur la route de Paris, et deux ouvrages dictés à Sainte- Hélène, successivement aux généraux Gourgaud et Bertrand. Depuis 1818, tous les stratèges et historiens de la bataille se sont basés sur les récits de Sainte-Hélène, rédigés à loisir par Napoléon après qu'il a pris connaissance dans les livres anglais de la position et des mouvements de ses adversaires. Il a ainsi pu arranger la bataille en la racontant comme il aurait dû la mener, en faisant peser la responsabilité de la défaite sur le Destin et sur les maréchaux Ney et Grouchy. Dans cette perspective, le bulletin dicté par Napoléon à Laon deux jours après la bataille est incompréhensible et il a pour cette raison été négligé par les historiens. Pourtant, il contient une clé du mystère : Napoléon s'était trompé en lisant la carte... Mais ce n'était pas là sa plus grande erreur : il n'avait même pas envisagé la possibilité d'une intervention des Prussiens, qu'il croyait avoir battus à Ligny deux jours plus tôt, et il n'avait pas pris les plus élémentaires précautions sur ses flancs, faute majeure qu'il a voulu cacher à tout prix. Il y est magistralement parvenu. Cette mystification a eu des conséquences profondes. Pour la première fois, un auteur exerce une critique rigoureuse sur les textes de l'Empereur, les compare entre eux, et constate que c'est dans le premier que se trouve la plus grande part de vérité. Il montre aussi les manipulations auxquelles a donné lieu par la suite l'histoire de la bataille de Waterloo.