share_book
Envoyer cet article par e-mail

Istanbul

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Istanbul

Istanbul

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Istanbul"

Présentation de Istanbul

Suivre la muraille, c'est rendre sa forme à la ville, commencer de comprendre son existence, de penser son histoire, mieux qu'ailleurs. C'est aussi marcher le long du Temps, remonter le cours du plus mystérieux des fleuves. Le vieux mur, comme disent les Anglais, imprime ses perspectives et ses angles aux rêveries de celui qui se promène dans son ombre. Parfois fêlée, écroulée, couturée de cicatrices, plus ou moins bien ravaudée, mais toujours debout sur plus de sept kilomètres, de la Marmara à la Corne d'Or, l'antique ceinture théodosienne a vu passer les siècles, les mondes, les armées, les modes, elle a soutenu des gloires, mué plus de quatre fois et elle apparaît aujourd'hui sur les photos prises par les satellites. C'est par elle que devrait commencer toute découverte d'Istanbul. On s'en aperçoit souvent trop tard. Combien de fois suis-je passé entre ses portes, venant de l'aéroport, sans rien en voir, pressé d'arriver au coeur obscur des mosquées-cathédrales, aux soleils des mosaïques, aux viscères des rues, à la veine cave du Bosphore, dédaigneux de cette peau de pierres d'où la chair déborde, l'oeil happé par la lumière de la mer et par les silhouettes des bateaux qui, par centaines, crocodiles immobiles sur une eau lisse, stationnent à l'ancre dans une rade naturelle de la Marmara. --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 240  pages
  • Dimensions :  1.0cmx11.0cmx18.0cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070312763
  • EAN13 :  9782070312764
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Daniel Rondeau

Tanger et autres Marocs

Les éditions Folio reprennent le livre délicat et chaleureux de l'écrivain français Daniel Rondeau, " Tanger, et autres Maroc ", nous donnant l'occasion de retrouver un véritable bonheur de lecture. Rondeau ne s'est pas campé devant Tanger comme un peintre, qui se contenterait d'en [....]...

Carthage

Carthage a été l'une des plus grandes villes du monde antique. Sur ses rivages, l'Orient et l'Occident n'ont cessé pendant des siècles de dialoguer, de se combattre, de s'aimer. Hannibal fit sa gloire, saint Augustin prêcha entre ses murs, Flaubert la transfigura. Mais avant d'être une [......

Alexandrie

Alexandrie, c'est d'abord un souvenir. Celui du phare, le Pharos, qui nous parle d'une cité-monde dessinée sur le sable d'Afrique par Alexandre, avant qu'il n'entre en Asie comme un cyclone avec son escorte de savants et de mages. Le phare nous parle d'une flamme qui brillait entre le ciel et [...

Voir tous les livres de Daniel Rondeau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Istanbul

Suivre la muraille, c’est rendre sa forme à la ville, commencer de comprendre son existence, de penser son histoire, mieux qu’ailleurs. C’est aussi marcher le long du Temps, remonter le cours du plus mystérieux des fleuves. Le vieux mur, comme disent les Anglais, imprime ses perspectives et ses angles aux rêveries de celui qui se promène dans son ombre. Parfois fêlée, écroulée, couturée de cicatrices, plus ou moins bien ravaudée, mais toujours debout sur plus de sept kilomètres, de la Marmara à la Corne d’Or, l’antique ceinture théodosienne a vu passer les siècles, les mondes, les armées, les modes, elle a soutenu des gloires, mué plus de quatre fois et elle apparaît aujourd’hui sur les photos prises par les satellites. C’est par elle que devrait commencer toute découverte d’Istanbul. On s’en aperçoit souvent trop tard. Combien de fois suis-je passé entre ses portes, venant de l’aéroport, sans rien en voir, pressé d’arriver au cœur obscur des mosquées-cathédrales, aux soleils des mosaïques, aux viscères des rues, à la veine cave du Bosphore, dédaigneux de cette peau de pierres d’où la chair déborde, l’œil happé par la lumière de la mer et par les silhouettes des bateaux qui, par centaines, crocodiles immobiles sur une eau lisse, stationnent à l’ancre dans une rade naturelle de la Marmara. --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .