share_book
Envoyer cet article par e-mail

La pornographie ou l'épuisement du désir

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La pornographie ou l'épuisement du désir

La pornographie ou l'épuisement du désir

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La pornographie ou l'épuisement du désir"

Présentation de La pornographie ou l'épuisement du désir

Qu'est-ce que la pornographie ? En quoi se distingue-t-elle de l'érotisme ? En posant ces questions la philosophe Michela Marzano n'entend pas moraliser, dire le bien et le mal, mais montrer les enjeux éthiques qui sous-tendent les représentations du corps humain et de la sexualité. Et ils ne sont pas minces. En effet, la distinction fondamentale tient à la place et au respect du sujet. Alors qu'il est central dans l'érotisme qui met en scène le mystère même de l'être dans la rencontre de l'autre, sans prétendre tout en dire, il est assigné à disparition dans la pornographie qui ne retient qu'un corps morcelé dont elle voudrait tout montrer, effaçant limites et repères, confondant intérieur et extérieur, ne se contentant pas de braver un interdit mais niant la transgression elle- même. Le désir cède alors la place à la consommation. La liberté à l'asservissement. L'imaginaire au voyeurisme. Au bout du compte c'est « l'humain de l'Homme » qui est menacé. Pour étayer sa démonstration, Michela Marzano analyse sans pruderie des oeuvres qui ont ponctué le débat entre érotisme et pornographie, depuis L'Amant de Lady Chatterley, de D. H. Lawrence, jusqu'à Baise-moi, de Virginie Despentes, en passant pas L'Empire des sens, de Nagisa Oshima, et Histoire d'O de Pauline Réage. Elle montre comment les évolutions récentes des représentations pornographiques n'ont fait qu'aller plus loin dans la violence faite à l'humain. Elle met en doute l'idée que l'usage du registre même de la pornographie puisse être « libérateur », notamment pour les femmes. Enfin elle s'interroge sur l'ambiguïté du rapport que les adolescents entretiennent avec les images pornographiques auxquels ils ont aujourd'hui un large accès. --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 294  pages
  • Dimensions :  1.6cmx11.0cmx17.6cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Imprint Unknown Paru le
  • Collection : Pluriel
  • ISBN :  2012793258
  • EAN13 :  9782012793255
  • Classe Dewey :  176.7
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La pornographie ou l'épuisement du désir

Qu’est-ce que la pornographie ? En quoi se distingue-t-elle de l’érotisme ? En posant ces questions la philosophe Michela Marzano n’entend pas moraliser, dire le bien et le mal, mais montrer les enjeux éthiques qui sous-tendent les représentations du corps humain et de la sexualité. Et ils ne sont pas minces. En effet, la distinction fondamentale tient à la place et au respect du sujet. Alors qu’il est central dans l’érotisme qui met en scène le mystère même de l’être dans la rencontre de l’autre, sans prétendre tout en dire, il est assigné à disparition dans la pornographie qui ne retient qu’un corps morcelé dont elle voudrait tout montrer, effaçant limites et repères, confondant intérieur et extérieur, ne se contentant pas de braver un interdit mais niant la transgression elle- même. Le désir cède alors la place à la consommation. La liberté à l’asservissement. L’imaginaire au voyeurisme. Au bout du compte c’est « l’humain de l’Homme » qui est menacé. Pour étayer sa démonstration, Michela Marzano analyse sans pruderie des œuvres qui ont ponctué le débat entre érotisme et pornographie, depuis L’Amant de Lady Chatterley, de D. H. Lawrence, jusqu’à Baise-moi, de Virginie Despentes, en passant pas L’Empire des sens, de Nagisa Oshima, et Histoire d’O de Pauline Réage. Elle montre comment les évolutions récentes des représentations pornographiques n’ont fait qu’aller plus loin dans la violence faite à l’humain. Elle met en doute l’idée que l’usage du registre même de la pornographie puisse être « libérateur », notamment pour les femmes. Enfin elle s’interroge sur l’ambiguïté du rapport que les adolescents entretiennent avec les images pornographiques auxquels ils ont aujourd’hui un large accès. --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .