share_book
Envoyer cet article par e-mail

Kant et la fin de la métaphysique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Kant et la fin de la métaphysique

Kant et la fin de la métaphysique

  (Auteur)


Prix : 138,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Kant et la fin de la métaphysique"

Présentation de Kant et la fin de la métaphysique

Kant et la fin de la métaphysique, sous-titré " Essai sur la Critique de la faculté de juger" (1re édition : 1970), constitue d'abord un commentaire de la troisième Critique de Kant. Dans une première partie (" Remaniement des concepts "), Gérard Lebrun, s'appuyant sur l'ensemble de l'oeuvre kantienne (pré-critique et critique), détaille la série des questions et des réponses touchant le savoir, le monde, Dieu, qui organisent la théorie kantienne et marquent sa rupture avec la tradition. Dans la seconde partie (" Naissance des thèmes "), il expose les nouveautés par lesquelles la Critique de la faculté de juger parachève l'entreprise critique (autour de concepts cruciaux : la réflexion, le vivant, la finalité, le plaisir, le beau, l'imagination). Tout au long de l'étude, l'auteur convoque les nombreux auteurs, antiques ou modernes, avec lesquels Kant a dialogué, mais aussi sa postérité, continuateurs ou interprètes, jusqu'à la période contemporaine. Par-delà cette première visée, Gérard Lebrun s'attache aussi à soutenir et illustrer une thèse qui livre une évaluation d'ensemble de l'entreprise kantienne, de son sens et de sa portée ultime. Il nous conduit en effet à méditer la manière dont Kant, approfondissant les apories de la métaphysique traditionnelle, la met véritablement à mort, et renouvelle définitivement la manière de poser les problèmes philosophiques.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 798  pages
  • Dimensions :  3.6cmx11.2cmx17.2cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Références
  • ISBN :  2253905984
  • EAN13 :  9782253905981
  • Classe Dewey :  193
  • Langue : Français

D'autres livres de Gérard Lebrun

Kant sans kantisme

A qui n'a jamais lu Gérard Lebrun, peut-on se contenter d'expliquer qu'il était un des plus grands historiens français de la philosophie ? On n'aurait certes pas tort. Et pourtant on risquerait de ne pas faire comprendre ce qu'il a fait et le plaisir qu'on peut encore en attendre. Car Lebrun [...

L'Envers de la dialectique : Hegel à la lumière de Nietzsche

" On ne réfute pas une maladie des yeux ", disait Nietzsche à propos du christianisme - mais il aurait pu le dire aussi bien de toute philosophie. On ne réfute pas un " système de la raison ". Tout ce qu'on peut faire, c'est de retrouver les choix lexicaux sur lesquels il repose et qui traduisen...

Voir tous les livres de Gérard Lebrun

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Kant et la fin de la métaphysique

Kant et la fin de la métaphysique, sous-titré " Essai sur la Critique de la faculté de juger" (1re édition : 1970), constitue d'abord un commentaire de la troisième Critique de Kant. Dans une première partie (" Remaniement des concepts "), Gérard Lebrun, s'appuyant sur l'ensemble de l'œuvre kantienne (pré-critique et critique), détaille la série des questions et des réponses touchant le savoir, le monde, Dieu, qui organisent la théorie kantienne et marquent sa rupture avec la tradition. Dans la seconde partie (" Naissance des thèmes "), il expose les nouveautés par lesquelles la Critique de la faculté de juger parachève l'entreprise critique (autour de concepts cruciaux : la réflexion, le vivant, la finalité, le plaisir, le beau, l'imagination). Tout au long de l'étude, l'auteur convoque les nombreux auteurs, antiques ou modernes, avec lesquels Kant a dialogué, mais aussi sa postérité, continuateurs ou interprètes, jusqu'à la période contemporaine. Par-delà cette première visée, Gérard Lebrun s'attache aussi à soutenir et illustrer une thèse qui livre une évaluation d'ensemble de l'entreprise kantienne, de son sens et de sa portée ultime. Il nous conduit en effet à méditer la manière dont Kant, approfondissant les apories de la métaphysique traditionnelle, la met véritablement à mort, et renouvelle définitivement la manière de poser les problèmes philosophiques.