share_book
Envoyer cet article par e-mail

Maladie de l'âme. Etude sur la relation de l'âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Maladie de l'âme. Etude sur la relation de l'âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique

Maladie de l'âme. Etude sur la relation de l'âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Maladie de l'âme. Etude sur la relation de l'âme et du corps dans la..."

Présentation de Maladie de l'âme. Etude sur la relation de l'âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique

La maladie de l'âme... la belle expression platonicienne n'a de cesse d'être d'actualité. Non seulement elle est prompte à revenir d'époque en époque, mais elle semble particulièrement friande de la nôtre. Que cette maladie désigne une vague tristesse, un taedium vitae, ou, plus grave, une dépression, elle implique tout à la fois la souffrance morale et la souffrance physique. L'âme et le corps sont divisés mais se retrouvent dans la douleur si bien que " la maladie de l'âme vient de ce que nous avons un corps ". De ce constat paradoxal Jackie Pigeaud tire une histoire, celle du triomphe du dualisme, du fardeau de l'âme et du corps contraints à être séparés et ensemble à perpétuité. Cette histoire trouve son origine dans le monde grec, et plus exactement dans sa philosophie. La division entre maladies de l'âme et autres maladies, c'est-à-dire maladies du corps, appartient à la philosophie. La médecine aurait été bien soulagée de cette partition. Est-ce à dire qu'elle n'entendait pas être philosophique ? Sans doute : Hippocrate en offre un bon exemple. L'accord, tacite, est le suivant : l'âme appartient au philosophe et le corps au médecin. Cicéron s'occupe des passions et Galien suspend son jugement dès qu'il approche la psyché. Chacun y trouve son compte mais les conséquences sont importantes : la partition du champ des maladies, la place du " malade " dans la société, les traitements à apporter, notamment à la folie, dépendent de ce dualisme initial. Si le legs de la médecine gréco-romaine est riche, il est aussi fort lourd et trouve des développements tout au long de l'histoire de la médecine, jusqu'à la constitution au XVIIIe siècle de la psychiatrie. D'une écriture et d'une pensée personnelles et profondes, ce livre est un essai sur l'histoire de la pensée médicale, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours. " La Maladie de l'âme " a été un succès dès sa parution, et ce succès n'a pas été démenti depuis. L'ouvrage n'était malheureusement plus disponible : " les livres ont leur destin " commentait l'auteur. Avec cette édition revue et augmentée, accompagnée d'une préface nouvelle, le livre connaît enfin le sort qu'il mérite.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 588  pages
  • Dimensions :  4.6cmx16.0cmx23.8cm
  • Poids : 1437.9g
  • Editeur :   Belles Lettres Paru le
  • ISBN :  2251328424
  • EAN13 :  9782251328423
  • Classe Dewey :  128.2
  • Langue : Français

D'autres livres de Jackie Pigeaud

De la mélancolie

" Je veux montrer que ce que l'histoire a déployé dans les siècles, et qui est pour nous quasiment indéchiffrable, cette expansion vers la maladie d'une part, et vers l'histoire de l'art de l'autre, n'est que le développement du sens même de la mélancolie. Seul ce principe nous permettra [...

Melancholia

Caïn était mélancolique, nous dit Augustin ; et d’ailleurs, qui ne l’est pas ?Burton, Anatomie de la MélancolieL’enjeu de la mélancolie c’est le rapport de l’âme et du corps, la ligne entre nature et culture. Le mélancolique souffre de ne pas savoir sortir de soi. D’ignorer [.....

Melancholia

L'éminent helléniste et spécialiste de la médecine ancienne, Jackie Pigeaud, nous livre ici une histoire de la mélancolie, née avec les Grecs, qui tentent de construire une stratégie de vie entre philosophie et médecine. ...

La lettre-mélancolie : Théroigne de Méricourt Lettre adressée à Danton en1801

aux commis et/deputés du comité/de surté general de/l assemblee nationale/pour Remettre a/monsieur danton deputes on payera/le facteur aparis/theroigne. En mars 1801, Théroigne de Méricourt adresse cette lettre à Danton, mort en avril 1794. Lettre folle, donc. Au demeurant, " la belle liégeoi...

Voir tous les livres de Jackie Pigeaud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Présentation de Maladie de l'âme. Etude sur la relation de l'âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique

La maladie de l'âme... la belle expression platonicienne n'a de cesse d'être d'actualité. Non seulement elle est prompte à revenir d'époque en époque, mais elle semble particulièrement friande de la nôtre. Que cette maladie désigne une vague tristesse, un taedium vitae, ou, plus grave, une dépression, elle implique tout à la fois la souffrance morale et la souffrance physique. L'âme et le corps sont divisés mais se retrouvent dans la douleur si bien que " la maladie de l'âme vient de ce que nous avons un corps ". De ce constat paradoxal Jackie Pigeaud tire une histoire, celle du triomphe du dualisme, du fardeau de l'âme et du corps contraints à être séparés et ensemble à perpétuité. Cette histoire trouve son origine dans le monde grec, et plus exactement dans sa philosophie. La division entre maladies de l'âme et autres maladies, c'est-à-dire maladies du corps, appartient à la philosophie. La médecine aurait été bien soulagée de cette partition. Est-ce à dire qu'elle n'entendait pas être philosophique ? Sans doute : Hippocrate en offre un bon exemple. L'accord, tacite, est le suivant : l'âme appartient au philosophe et le corps au médecin. Cicéron s'occupe des passions et Galien suspend son jugement dès qu'il approche la psyché. Chacun y trouve son compte mais les conséquences sont importantes : la partition du champ des maladies, la place du " malade " dans la société, les traitements à apporter, notamment à la folie, dépendent de ce dualisme initial. Si le legs de la médecine gréco-romaine est riche, il est aussi fort lourd et trouve des développements tout au long de l'histoire de la médecine, jusqu'à la constitution au XVIIIe siècle de la psychiatrie. D'une écriture et d'une pensée personnelles et profondes, ce livre est un essai sur l'histoire de la pensée médicale, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours. " La Maladie de l'âme " a été un succès dès sa parution, et ce succès n'a pas été démenti depuis. L'ouvrage n'était malheureusement plus disponible : " les livres ont leur destin " commentait l'auteur. Avec cette édition revue et augmentée, accompagnée d'une préface nouvelle, le livre connaît enfin le sort qu'il mérite.