share_book
Envoyer cet article par e-mail

Nietzsche, le corps et la culture

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Nietzsche, le corps et la culture

Nietzsche, le corps et la culture

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Nietzsche, le corps et la culture "

Présentation de Nietzsche, le corps et la culture

Analyste de la civilisation occidentale dominée par Socrate et le platonisme-christianisme, Nietzsche en déchiffre le texte et en dénonce les grands mots et les notions imaginaires : il est et reste philologue. Mais ce texte, que Nietzsche désigne sous le nom de " morale ", est un symptôme de la décadence, désorganisation des affects conduisant à la négation de la réalité. Le psychologue-attrapeur de rats Nietzsche veut remonter au corps qui s'exprime et se nie : il est généalogiste. Mais de quel ordre est le texte de Nietzsche pour dire le corps qui, dans le langage et spécialement le discours des philosophes, dénie et vulgarise la vie ? Lire Nietzsche, c'est apprendre à lire le texte de la culture et, en " médicynique ", remonter à l'origine cachée de l'idéalisme moral : le corps. " La philologie est en effet cet art vénérable qui exige avant tout une chose de ses adeptes : se mettre en réserve, se laisser du temps, apprendre à se taire, apprendre la lenteur, cet art d'orfèvre et de connaisseur du mot, qui a pour tâche d'exécuter avec intégrité un travail de finesse et d'attention et n'arrive à rien s'il n'y arrive lento. Cet art enseigne à bien lire, c'est-à-dire lentement, en profondeur, en laissant les portes ouvertes, avec des doigts et des yeux délicats... Mes patients amis, ce livre ne désire rien d'autre que des lecteurs et des philologues accomplis : apprenez à bien me lire ! " (Aurore, Préface, § 5).

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 298  pages
  • Dimensions :  2.4cmx15.4cmx23.2cm
  • Poids : 2798.7g
  • Editeur :   L'harmattan Paru le
  • Collection : La Librairie des Humanités
  • ISBN :  2296019218
  • EAN13 :  9782296019218
  • Classe Dewey :  193
  • Langue : Français

D'autres livres de Eric Blondel

Voir tous les livres de Eric Blondel

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Nietzsche, le corps et la culture

Analyste de la civilisation occidentale dominée par Socrate et le platonisme-christianisme, Nietzsche en déchiffre le texte et en dénonce les grands mots et les notions imaginaires : il est et reste philologue. Mais ce texte, que Nietzsche désigne sous le nom de " morale ", est un symptôme de la décadence, désorganisation des affects conduisant à la négation de la réalité. Le psychologue-attrapeur de rats Nietzsche veut remonter au corps qui s'exprime et se nie : il est généalogiste. Mais de quel ordre est le texte de Nietzsche pour dire le corps qui, dans le langage et spécialement le discours des philosophes, dénie et vulgarise la vie ? Lire Nietzsche, c'est apprendre à lire le texte de la culture et, en " médicynique ", remonter à l'origine cachée de l'idéalisme moral : le corps. " La philologie est en effet cet art vénérable qui exige avant tout une chose de ses adeptes : se mettre en réserve, se laisser du temps, apprendre à se taire, apprendre la lenteur, cet art d'orfèvre et de connaisseur du mot, qui a pour tâche d'exécuter avec intégrité un travail de finesse et d'attention et n'arrive à rien s'il n'y arrive lento. Cet art enseigne à bien lire, c'est-à-dire lentement, en profondeur, en laissant les portes ouvertes, avec des doigts et des yeux délicats... Mes patients amis, ce livre ne désire rien d'autre que des lecteurs et des philologues accomplis : apprenez à bien me lire ! " (Aurore, Préface, § 5).