share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Intelligence du sensible. Essai sur le dualisme cartésien

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Intelligence du sensible. Essai sur le dualisme cartésien

L'Intelligence du sensible. Essai sur le dualisme cartésien

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Intelligence du sensible. Essai sur le dualisme cartésien"

Présentation de L'Intelligence du sensible. Essai sur le dualisme cartésien

Pour quelles raisons aimons-nous une personne plus qu'une autre ? Quelle est la part du sensible et de l'intellectuel dans les passions de l'âme, dans les perceptions de l'esprit ? Ou bien encore pourquoi, lorsque nous voyons un triangle dessiné sur du papier, c'est au «véritable triangle» que nous pensons et non à la figure ? Ces questions, classiquement propres à la philosophie, sont aujourd'hui reformulées à leur manière par les biologistes ou les cognitivistes - les philosophes de l'esprit. Or, elles ne peuvent trouver de réponse que si préalablement la scène philosophique et scientifique n'est plus hantée par le spectre du dualisme cartésien. La philosophie véritable et si concrète de Descartes montre, au contraire, que l'homme fait distinctement et indissociablement l'expérience de la pensée et de son existence corporelle. L'auteur dégage, de la lecture de Descartes, une conception de l'esprit comme puissance de comprendre et aussi de vouloir, à contre-courant des théories qui réduisent l'esprit au cerveau ou l'identifient à l'ordinateur. Pour reprendre une formule de Descartes, c'est l'âme qui sent et non le corps. Un ouvrage qui ouvre des pistes de réflexion notamment sur les thèmes de la force d'action et de la volonté.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 380  pages
  • Dimensions :  2.4cmx14.0cmx21.8cm
  • Poids : 458.1g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : NRF essais
  • ISBN :  2070752275
  • EAN13 :  9782070752270
  • Classe Dewey :  140
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'Intelligence du sensible. Essai sur le dualisme cartésien

Pour quelles raisons aimons-nous une personne plus qu’une autre ? Quelle est la part du sensible et de l’intellectuel dans les passions de l’âme, dans les perceptions de l’esprit ? Ou bien encore pourquoi, lorsque nous voyons un triangle dessiné sur du papier, c’est au «véritable triangle» que nous pensons et non à la figure ? Ces questions, classiquement propres à la philosophie, sont aujourd'hui reformulées à leur manière par les biologistes ou les cognitivistes - les philosophes de l’esprit. Or, elles ne peuvent trouver de réponse que si préalablement la scène philosophique et scientifique n’est plus hantée par le spectre du dualisme cartésien. La philosophie véritable et si concrète de Descartes montre, au contraire, que l’homme fait distinctement et indissociablement l’expérience de la pensée et de son existence corporelle. L’auteur dégage, de la lecture de Descartes, une conception de l’esprit comme puissance de comprendre et aussi de vouloir, à contre-courant des théories qui réduisent l’esprit au cerveau ou l’identifient à l’ordinateur. Pour reprendre une formule de Descartes, c’est l’âme qui sent et non le corps. Un ouvrage qui ouvre des pistes de réflexion notamment sur les thèmes de la force d’action et de la volonté.