share_book
Envoyer cet article par e-mail

La détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire

La détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire"

Présentation de La détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire

Les méthodes d'apprentissage privilégient toujours le compliqué sur le simple. Dès les premièresclasses, les enfants sont contraints d'utiliser des méthodes pédantes et incompréhensibles. Ils doivent ânonner les théories littéraires les plus sophistiquées et faire de la linguistique avant même d'étudier la grammaire. Les méthodes pédagogiques sont tellement nébuleuses et amphigouriques que personne n'y comprend rien, en général pas même l'instituteur, et pas davantage évidemment les malheureux parents qui tentent, comme il se doit, d'aider leur enfant affolé ou coulant à pic. Et l'avantage de ces méthodes, c'est que les parents les plus cultivés se cassent aussi le nez dessus. L'école républicaine d'avant-guerre employait des méthodes unificatrices, réalisait l'égalité desconditions, prônait la laïcité, mais en même temps elle considérait l'enfant un être pas encore fini, sous l'autorité d'une tutelle. Dans les années soixante, l'enfant est considéré, non plus comme un être en devenir et attendant pour se structurer des modèles adultes, mais comme un citoyen à part entière, déjà doté de toutes les capacités et attributs nécessaires. L'enfant est autonome de nature et il s'agit seulement de le laisser s'épanouir. Dès lors, enseigner c'est opprimer, non plus "élever". Les enfants sont nantis des mêmes droits que les adultes.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 191  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.2cmx20.0cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Plon Paru le
  • Collection : Tribune libre
  • ISBN :  2259211887
  • EAN13 :  9782259211888
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Chantal Delsol

Qu'est-ce que l'homme ?

Ce livre tente de proposer quelques réponses à la question : " Qu'est-ce que l'homme ? " Cette question s'avère particulièrement cruciale aujourd'hui, parce que l'unité de l'espèce humaine a été et est encore remise en cause par toutes sortes de racismes ; et parce que la multiplicité [....

L'âge du renoncement

La religion, qui a irrigué la culture occidentale pendant deux mille ans, perd son influence sur tous les plans. La chrétienté ne se retire pas seule, mais avec elle ses fruits sécularisés, qui constituaient une architecture signifiante. Quel est le destin de notre représentation du monde [...

L'identité de l'Europe

En renonçant à assumer son identité, lEurope enchaîne les paradoxes. Le premier est celui dune culture universelle qui Hugo, Valéry ou Camus en témoignent , na pas posé de problème aux créateurs qui sen réclamaient. Le deuxième paradoxe est celui du refus de donner un contenu à [.......

Eloge de la singularité

La modernité tardive, qui révoque en doute la plupart des vérités et croyances héritées du passé, s'attache à sauver une seule certitude : celle de la dignité de l'homme singulier, fondement des droits de l'homme. Pourtant, elle poursuit la dépersonnalisation qui se trouvait déjà à [...

Voir tous les livres de Chantal Delsol

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La détresse du petit Pierre qui ne sait pas lire

Les méthodes d'apprentissage privilégient toujours le compliqué sur le simple. Dès les premièresclasses, les enfants sont contraints d'utiliser des méthodes pédantes et incompréhensibles. Ils doivent ânonner les théories littéraires les plus sophistiquées et faire de la linguistique avant même d'étudier la grammaire. Les méthodes pédagogiques sont tellement nébuleuses et amphigouriques que personne n'y comprend rien, en général pas même l'instituteur, et pas davantage évidemment les malheureux parents qui tentent, comme il se doit, d'aider leur enfant affolé ou coulant à pic. Et l'avantage de ces méthodes, c'est que les parents les plus cultivés se cassent aussi le nez dessus. L'école républicaine d'avant-guerre employait des méthodes unificatrices, réalisait l'égalité desconditions, prônait la laïcité, mais en même temps elle considérait l'enfant un être pas encore fini, sous l'autorité d'une tutelle. Dans les années soixante, l'enfant est considéré, non plus comme un être en devenir et attendant pour se structurer des modèles adultes, mais comme un citoyen à part entière, déjà doté de toutes les capacités et attributs nécessaires. L'enfant est autonome de nature et il s'agit seulement de le laisser s'épanouir. Dès lors, enseigner c'est opprimer, non plus "élever". Les enfants sont nantis des mêmes droits que les adultes.