share_book
Envoyer cet article par e-mail

Nouvelle revue de psychosociologie, N° 10, Hiver 2010

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Nouvelle revue de psychosociologie, N° 10, Hiver 2010

Nouvelle revue de psychosociologie, N° 10, Hiver 2010

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Nouvelle revue de psychosociologie, N° 10, Hiver 2010 "

Présentation de Nouvelle revue de psychosociologie, N° 10, Hiver 2010

L'avènement d'une nouvelle catégorie de risques, les « risques psychosociaux » dans le champ de la santé et de la sécurité au travail et sa montée en puissance dans le débat social sont manifestes tant sur les scènes médiatique, politique, juridique qu'au sein même du monde du travail. Les discours et publications se multiplient, évoquant dans des glissements de sens le plus souvent non explicités « les facteurs psychosociaux de risques », les « agents psychosociaux pathogènes », « les troubles psychosociaux », les « RPS », et regroupant pêle-mêle stress, harcèlement moral, souffrance, suicides, dépressions, TMS, addictions, violence... Cette mobilisation déclarée autour de ce qui s'est érigé en un temps record comme « un problème de santé publique majeur » s'accompagne pourtant rarement d'une analyse des fondements et des présupposés de cette nouvelle catégorie. Quelle construction sociale et idéologique révèle mais aussi masque ce modèle émergeant ? Ne repose-t-il pas sur une conception implicite du rapport entre psychisme individuel et sphère sociale, ou entre le psychologique et le social, pour le moins discutable et néanmoins fort peu discutée ? Trois axes d'investigation sont privilégiés pour se dégager d'un substantialisme préjudiciable à la pensée et à l'action : que recouvre la catégorie « RPS » ? Quels sont les usages sociaux de cette catégorie par les différents acteurs qui s'en saisissent et contribuent par la même à son développement ? Dans quelle mesure l'émergence de cette catégorie transforme-t-elle les pratiques d'intervention et d'accompagnement dans le milieu du travail ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 255  pages
  • Dimensions :  2.2cmx16.0cmx23.6cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Erès Paru le
  • Collection : NOUV. REV.PSYCH
  • ISBN :  2749213215
  • EAN13 :  9782749213217
  • Classe Dewey :  100
  • Langue : Français

D'autres livres de Florence Giust-Desprairies

L'imaginaire collectif

L'imaginaire collectif que l'auteur différencie des notions connexes de représentation, d'idéologie et même d'imaginaire social, désigne l'ensemble des éléments qui s'organisent, pour un groupe donné mais à son insu, en une unité significative. Psychosociologue clinicienne, pratiquant [...

Entre social et psychique : questions épistémologiques

Le Laboratoire de Changement Social réunit des chercheurs en Sciences Humaines qui inscrivent leurs travaux dans une orientation clinique. Ces chercheurs considèrent que s'en tenir aux déterminations sociologiques en y subordonnant les déterminations psychologiques, ou l'inverse, ne permet pas d...

La figure de l'autre dans l'école républicaine

L'auteur traite du malaise dans l'institution scolaire à partir de sa pratique d'intervention psychosociale dans les établissements et d'une pratique d'accompagnement et de formation des acteurs de l'école dans et hors les murs de l'institution. Les demandes qui lui sont adressées traduisent le ...

Voir tous les livres de Florence Giust-Desprairies

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Nouvelle revue de psychosociologie, N° 10, Hiver 2010

L'avènement d'une nouvelle catégorie de risques, les « risques psychosociaux » dans le champ de la santé et de la sécurité au travail et sa montée en puissance dans le débat social sont manifestes tant sur les scènes médiatique, politique, juridique qu'au sein même du monde du travail. Les discours et publications se multiplient, évoquant dans des glissements de sens le plus souvent non explicités « les facteurs psychosociaux de risques », les « agents psychosociaux pathogènes », « les troubles psychosociaux », les « RPS », et regroupant pêle-mêle stress, harcèlement moral, souffrance, suicides, dépressions, TMS, addictions, violence... Cette mobilisation déclarée autour de ce qui s'est érigé en un temps record comme « un problème de santé publique majeur » s'accompagne pourtant rarement d'une analyse des fondements et des présupposés de cette nouvelle catégorie. Quelle construction sociale et idéologique révèle mais aussi masque ce modèle émergeant ? Ne repose-t-il pas sur une conception implicite du rapport entre psychisme individuel et sphère sociale, ou entre le psychologique et le social, pour le moins discutable et néanmoins fort peu discutée ? Trois axes d'investigation sont privilégiés pour se dégager d'un substantialisme préjudiciable à la pensée et à l'action : que recouvre la catégorie « RPS » ? Quels sont les usages sociaux de cette catégorie par les différents acteurs qui s'en saisissent et contribuent par la même à son développement ? Dans quelle mesure l'émergence de cette catégorie transforme-t-elle les pratiques d'intervention et d'accompagnement dans le milieu du travail ?