share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le temps des femmes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le temps des femmes

Le temps des femmes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le temps des femmes "

Présentation de Le temps des femmes

Après le temps des cerises, celui des gares, celui des villes, voici le temps des femmes. Dominique Méda fait état ici d'une “ révolution silencieuse ” qui pourrait bien devenir tumultueuse si rien n'avance vers une distribution plus équilibrée des rôles et des tâches entre les hommes et les femmes. Il ne s'agit pas du énième brûlot polémique sur la question mais d'un point particulièrement bien argumenté sur les conséquences du travail des femmes, de la progression de la biactivité et de la disparition progressive du modèle familial de “ Monsieur Gagnepain ”. Monsieur et Madame, dans le couple, jouent désormais tous les deux un rôle dans la production économique sans qu'une redistribution des tâches “ hors travail ” ait eu lieu. Aujourd'hui, 80 % des femmes de 25 à 49 ans travaillent (contre 40 % il y a 40 ans). Elles représentent 45 % de la population active. La féminisation de la population active ne s'est cependant pas accompagnée d'une masculinisation des activités domestiques. Le temps domestique, comme le temps parental (consacré aux enfants), reste deux fois plus élevé pour les femmes que pour les hommes. Elles en assurent plus des deux tiers. Ces constats sont connus. Ils n'ont néanmoins donné lieu, en France, qu'à adaptations marginales, rapiècements institutionnels, bricolages budgétaires. Or, les rythmes institutionnels et professionnels actuels apparaissent largement inadaptés aux temps sociaux et familiaux des couples biactifs contemporains. Tout ceci implique une (r)évolution des politiques familiales et sociales, mais aussi une adaptation des politiques urbaines et temporelles. Dominique Méda, ambitieuse et volontariste, invite à la refonte des institutions et des modes d'imposition. Elle rappelle que les politiques de la petite enfance ne sont pas un coût mais un investissement essentiel pour l'avenir. Stratégiquement, l'orientation consiste à “ émanciper les hommes du travail, pour émanciper les femmes du domestique ”. Il convient, dans cet ordre d'idée, de ne pas cibler spécifiquement les femmes pour les aider à “ concilier ” leurs temps, mais, à l'échelle des villes, de proposer des réponses intégrées et adaptées aux question des temps de tous. Insérée dans une tradition de débats encombrée de croyances ancrées et d'opinions tranchées sur la nature ou la culture des différences entre les sexes, Dominique Méda repousse la polémique en n'esquivant aucune question et en indexant son analyse sur des tendances européennes de fond concernant les sujets qu'elle traite. Sans néologismes délirants ni attaques politiques (qui caractérisent une partie de la littérature sur ces thèmes), pesant la réalité de la “ domination masculine ” (en particulier dans les syndicats), Le Temps des femmes est un livre intéressant, informé aux meilleures sources, inspiré des lumières des pays du Nord. Percutantes et raisonnées, ces 200 pages sont à faire lire surtout (comme dit la publicité) par nous, les hommes. Dominique Méda signe (et marque) assurément ici un essai important. -- Julien Damon --Ce texte fait référence à l'éditionRelié .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 233  pages
  • Dimensions :  1.4cmx10.8cmx17.8cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Flammarion Paru le
  • Collection : Champs actuel
  • ISBN :  2081212986
  • EAN13 :  9782081212985
  • Classe Dewey :  300
  • Langue : Français

D'autres livres de Dominique Méda

Le travail

Le développement du chômage l'a montré, travailler est une norme et dans nos sociétés occidentales c'est le principal moyen de subsistance qui occupe une part essentielle des activités de chacun. En croisant les regards historiques et philosophiques avec les résultats des enquêtes [....]...

Le travail

Le travail n'a pas toujours été au coeur du lien social C'est un concept moderne, inventé au dix-huitième siècle pour répondre au double problème que constituait la fondation et la régulation d'une société laïcisée. Il n'est pas une catégorie anthropologique fondamentale, il ne [.......

Travail la révolution nécessaire

Comment rendre le travail soutenable ? Terrible question quand on pense à ce qui se passe encore à France Télécom et qui touche depuis nombre d'autres sociétés. Dominique Méda répond en proposant une véritable solution. Si nous voulons vraiment que le travail remplisse toutes les [.......

Faut-il brûler le modèle social français ?

Chômage élevé, précarité, intégration en panne, inégalités entre hommes et femmes, tout semble se conjuguer pour entamer le moral des Français. Entraînés dans la globalisation, ils doutent d'eux-mêmes, des politiques et de leur modèle social, au moment où ils devraient construire avec ...

Voir tous les livres de Dominique Méda

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Le temps des femmes

Après le temps des cerises, celui des gares, celui des villes, voici le temps des femmes. Dominique Méda fait état ici d’une “ révolution silencieuse ” qui pourrait bien devenir tumultueuse si rien n’avance vers une distribution plus équilibrée des rôles et des tâches entre les hommes et les femmes. Il ne s’agit pas du énième brûlot polémique sur la question mais d’un point particulièrement bien argumenté sur les conséquences du travail des femmes, de la progression de la biactivité et de la disparition progressive du modèle familial de “ Monsieur Gagnepain ”. Monsieur et Madame, dans le couple, jouent désormais tous les deux un rôle dans la production économique sans qu’une redistribution des tâches “ hors travail ” ait eu lieu. Aujourd’hui, 80 % des femmes de 25 à 49 ans travaillent (contre 40 % il y a 40 ans). Elles représentent 45 % de la population active. La féminisation de la population active ne s’est cependant pas accompagnée d’une masculinisation des activités domestiques. Le temps domestique, comme le temps parental (consacré aux enfants), reste deux fois plus élevé pour les femmes que pour les hommes. Elles en assurent plus des deux tiers. Ces constats sont connus. Ils n’ont néanmoins donné lieu, en France, qu’à adaptations marginales, rapiècements institutionnels, bricolages budgétaires. Or, les rythmes institutionnels et professionnels actuels apparaissent largement inadaptés aux temps sociaux et familiaux des couples biactifs contemporains. Tout ceci implique une (r)évolution des politiques familiales et sociales, mais aussi une adaptation des politiques urbaines et temporelles. Dominique Méda, ambitieuse et volontariste, invite à la refonte des institutions et des modes d’imposition. Elle rappelle que les politiques de la petite enfance ne sont pas un coût mais un investissement essentiel pour l’avenir. Stratégiquement, l’orientation consiste à “ émanciper les hommes du travail, pour émanciper les femmes du domestique ”. Il convient, dans cet ordre d’idée, de ne pas cibler spécifiquement les femmes pour les aider à “ concilier ” leurs temps, mais, à l’échelle des villes, de proposer des réponses intégrées et adaptées aux question des temps de tous. Insérée dans une tradition de débats encombrée de croyances ancrées et d’opinions tranchées sur la nature ou la culture des différences entre les sexes, Dominique Méda repousse la polémique en n’esquivant aucune question et en indexant son analyse sur des tendances européennes de fond concernant les sujets qu’elle traite. Sans néologismes délirants ni attaques politiques (qui caractérisent une partie de la littérature sur ces thèmes), pesant la réalité de la “ domination masculine ” (en particulier dans les syndicats), Le Temps des femmes est un livre intéressant, informé aux meilleures sources, inspiré des lumières des pays du Nord. Percutantes et raisonnées, ces 200 pages sont à faire lire surtout (comme dit la publicité) par nous, les hommes. Dominique Méda signe (et marque) assurément ici un essai important. -- Julien Damon --Ce texte fait référence à l'éditionRelié .