share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'armée du Second Empire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'armée du Second Empire

L'armée du Second Empire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'armée du Second Empire"

Présentation de L'armée du Second Empire

Aucune étude n'a été consacrée à l'armée du Second Empire. Elle est pourtant celle d'une époque brillante qui a fait de la France une grande nation. Outil forgé sur mesure par Napoléon III, elle a contribué à donner au pays la première place en Europe. Après plusieurs décennies d'ostracisme, l'Empereur des Français en a restauré l'image et lui a rendu sa dignité, non sans chercher à renouer avec les souvenirs de la Grande Armée. L'armée impériale connaît une durée bien supérieure à celle du Premier Empire. Même s'il n'existe pas de légende bâtie sur ses succès, qui n'ont certes pas le même pouvoir évocateur que ceux de la Grande Armée, elle a fait campagne toujours avec mérite. Fait nouveau, elle intervient sur tous les continents, et à un niveau que l'armée française n'a jamais connu auparavant. Elle prend Sébastopol, en Crimée, elle occupe Milan, en Italie, elle participe à la prise de Pékin, en Chine, elle entre à Mexico, au Mexique, où elle parvient à tenir un immense pays avec des effectifs limités. Armée de grande valeur, elle fut à un moment donné la meilleure d'Europe, et elle s'est toujours remarquablement tenue au feu, même contre l'envahisseur prussien, pour qui elle a été un adversaire coriace qui en a mesuré le prix. On oublie ensuite que le redressement qui suivra la défaite de 1870, aux débuts de la IIIe République, devra tout à l'ancienne armée impériale, à ses officiers, ses sous-officiers et ses soldats, qui continuèrent à servir la France au-delà du régime. Voici donc cette armée du Second Empire, métropolitaine ou armée d'Afrique, décrite comme institution, dans ses armes et ses services, qu'elle soit en manoeuvres sur le camp de Châlons ou en campagne, qu'elle vive le temps de paix ou bien qu'elle connaisse le temps de guerre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 365  pages
  • Dimensions :  2.8cmx15.2cmx23.0cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   14-18 Editions Paru le
  • ISBN :  2916385231
  • EAN13 :  9782916385235
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de Henri Ortholan

Le fort d'Issy

Fort militaire hier, bientôt quartier d'habitations, le fort d'lssy-les-Moulineaux fait partie de ces sites qui ont plusieurs vies. Construit tardivement dans les années 184o, il a traversé nombre d'événements historiques, de la guerre franco-prussienne de 187o à la Commune de Paris, avant ...

Prix : 237.5 DH
La guerre des chars 1916-1918

La Grande Guerre débute avec le cheval, elle s'achève avec le moteur. Totalement inexistant à l'entrée du conflit, le char d'assaut contribue à la victoire en 1918. Le char résulte de la réflexion d'officiers-ingénieurs comme le général Estienne, en France, et le colonel Swinton en [......

Le général Séré de Rivières

Le général Séré de Rivières (1815-1895) effectue une carrière riche et complète d'officier du génie. Issu de l'École polytechnique, il assume des responsabilités de niveau national après la défaite de 1871, lorsque la direction du Service du génie lui est confiée. Il contribue alors...

Voir tous les livres de Henri Ortholan

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'armée du Second Empire

Aucune étude n'a été consacrée à l'armée du Second Empire. Elle est pourtant celle d'une époque brillante qui a fait de la France une grande nation. Outil forgé sur mesure par Napoléon III, elle a contribué à donner au pays la première place en Europe. Après plusieurs décennies d'ostracisme, l'Empereur des Français en a restauré l'image et lui a rendu sa dignité, non sans chercher à renouer avec les souvenirs de la Grande Armée. L'armée impériale connaît une durée bien supérieure à celle du Premier Empire. Même s'il n'existe pas de légende bâtie sur ses succès, qui n'ont certes pas le même pouvoir évocateur que ceux de la Grande Armée, elle a fait campagne toujours avec mérite. Fait nouveau, elle intervient sur tous les continents, et à un niveau que l'armée française n'a jamais connu auparavant. Elle prend Sébastopol, en Crimée, elle occupe Milan, en Italie, elle participe à la prise de Pékin, en Chine, elle entre à Mexico, au Mexique, où elle parvient à tenir un immense pays avec des effectifs limités. Armée de grande valeur, elle fut à un moment donné la meilleure d'Europe, et elle s'est toujours remarquablement tenue au feu, même contre l'envahisseur prussien, pour qui elle a été un adversaire coriace qui en a mesuré le prix. On oublie ensuite que le redressement qui suivra la défaite de 1870, aux débuts de la IIIe République, devra tout à l'ancienne armée impériale, à ses officiers, ses sous-officiers et ses soldats, qui continuèrent à servir la France au-delà du régime. Voici donc cette armée du Second Empire, métropolitaine ou armée d'Afrique, décrite comme institution, dans ses armes et ses services, qu'elle soit en manoeuvres sur le camp de Châlons ou en campagne, qu'elle vive le temps de paix ou bien qu'elle connaisse le temps de guerre.