share_book
Envoyer cet article par e-mail

Enfantines

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Enfantines

Enfantines

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Enfantines"

Présentation de Enfantines

Les Enfantines sont si simples, si limpides, si ingénument malicieuses qu'il faut y regarder de très près pour découvrir de quoi est fait l'art de Valery Larbaud. Un art très savant, très maîtrisé, qui ne cesse de progresser.Quant au contenu des histoires, on ne saurait trouver de livre peuplé d'un si grand nombre d'adorables petites filles déjà presque écloses.Rose et Röschen, Julia la malicieuse et Justine la victime, Dolly Jackson qui se meurt dans sa douzième année, Elsie, Rachel Frutiger, les trois soeurs aux chevelures rousses qui suçaient l'éther caché dans leur croix d'or, Francine la sournoise " qui avait dix-sept ans et qui nous faisait chercher son scapulaire ", Solange, la fille de la dame " pas comme il faut " de La Bourboule, et Eliane, la Languedocienne de quatorze ans, aux beaux yeux cernés... " Et nous, nous étions pareils aux lanternes des fêtes de nuit : la peine et la joie de plusieurs amours nous consumaient. "Vert paradis où notre guide est un petit garçon déjà savant, qui conduit un bal d'enfants où passent " les grandes fillettes anglaises aux genoux découverts sous leur jupe trop courte, et les petites Slaves, qui ont un accent tout pareil au bruit roulé que fait le ruisseau de chez nous... "Roger Grenier

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 249  pages
  • Dimensions :  1.2cmx12.6cmx18.2cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : L'Imaginaire
  • ISBN :  2070297284
  • EAN13 :  9782070297283
  • Classe Dewey :  843.912
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Enfantines

Les Enfantines sont si simples, si limpides, si ingénument malicieuses qu'il faut y regarder de très près pour découvrir de quoi est fait l'art de Valery Larbaud. Un art très savant, très maîtrisé, qui ne cesse de progresser.Quant au contenu des histoires, on ne saurait trouver de livre peuplé d'un si grand nombre d'adorables petites filles déjà presque écloses.Rose et Röschen, Julia la malicieuse et Justine la victime, Dolly Jackson qui se meurt dans sa douzième année, Elsie, Rachel Frutiger, les trois sœurs aux chevelures rousses qui suçaient l'éther caché dans leur croix d'or, Francine la sournoise " qui avait dix-sept ans et qui nous faisait chercher son scapulaire ", Solange, la fille de la dame " pas comme il faut " de La Bourboule, et Eliane, la Languedocienne de quatorze ans, aux beaux yeux cernés... " Et nous, nous étions pareils aux lanternes des fêtes de nuit : la peine et la joie de plusieurs amours nous consumaient. "Vert paradis où notre guide est un petit garçon déjà savant, qui conduit un bal d'enfants où passent " les grandes fillettes anglaises aux genoux découverts sous leur jupe trop courte, et les petites Slaves, qui ont un accent tout pareil au bruit roulé que fait le ruisseau de chez nous... "Roger Grenier