share_book
Envoyer cet article par e-mail

Chronique de mon erreur judicaire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Chronique de mon erreur judicaire

Chronique de mon erreur judicaire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Chronique de mon erreur judicaire "

Présentation de Chronique de mon erreur judicaire

L'affaire d'Outreau. au départ, dixit la presse, le démantèlement d'un vaste réseau de pédophiles impliquant des " notables ", " la boulangère ", " le prêtre ", " l'huissier "... Et à l'arrivée, un terrible fiasco avec des innocents aux vies et réputations broyées par une enquête bâclée. Tout le monde se souvient de ce procès, mais qui a compris le calvaire enduré par ceux qui ont été jetés en pâture à l'opinion alors qu'ils n'avaient rien à se reprocher ? C'est justement cette descente aux enfers, cette vie qui bascule à jamais dans l'horreur et le déshonneur, qu'Alain Marécaux - " l'huissier " - raconte dans cette chronique émouvante. Arrêté le 14 novembre 2001 à son domicile sans comprendre ce qui lui arrivait, il s'est retrouvé, ainsi que son épouse, présumé coupable. Bien que protestant de son innocence, bien que son dossier soit vide, que les confrontations avec ses accusateurs aient montré leurs incohérences, toutes ses demandes de remise en liberté furent rejetées. De maison d'arrêt en hôpital psychiatrique, de tentatives de suicide en grève de la faim, il a passé presque deux ans en détention provisoire pour des faits qu'il jure depuis toujours n'avoir pas commis.Quand, au printemps 2004, le procès a lieu, enfin le ciel semble se dégager. Mais, malgré les témoins en sa faveur, les revirements de ses accusateurs, la débandade de l'enquête, il est condamné à dix-huit mois de prison avec sursis. Pour des attouchements sur son fils qu'il nie farouchement Aujourd'hui, alors que le procès en appel va s'ouvrir, Alain Marécaux a choisi de parler vrai. De dénoncer la conduite de l'instruction, de raconter comment il a tout perdu, mais aussi de lutter afin de mettre en garde le public et de lui faire comprendre qu'un tel drame peut arriver à chacun d'entre nous.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 379  pages
  • Dimensions :  2.8cmx14.6cmx23.6cm
  • Poids : 480.8g
  • Editeur :   Flammarion Paru le
  • Collection : DOCS TEMOIGNAG
  • ISBN :  2080688308
  • EAN13 :  9782080688309
  • Classe Dewey :  364
  • Langue : Français

D'autres livres de Alain Marécaux

Chronique de mon erreur judiciaire

L'affaire d'Outreau : dix-sept personnes accusées de faire partie d'un réseau de pédophilie, un véritable fiasco judiciaire qui a détruit des vies et broyé des réputations. Alain Marécaux était l'un de ces dix-sept accusés... Aujourd'hui, il fait partie des treize personnes qui ont [......

Voir tous les livres de Alain Marécaux

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Chronique de mon erreur judicaire

L'affaire d'Outreau. au départ, dixit la presse, le démantèlement d'un vaste réseau de pédophiles impliquant des " notables ", " la boulangère ", " le prêtre ", " l'huissier "... Et à l'arrivée, un terrible fiasco avec des innocents aux vies et réputations broyées par une enquête bâclée. Tout le monde se souvient de ce procès, mais qui a compris le calvaire enduré par ceux qui ont été jetés en pâture à l'opinion alors qu'ils n'avaient rien à se reprocher ? C'est justement cette descente aux enfers, cette vie qui bascule à jamais dans l'horreur et le déshonneur, qu'Alain Marécaux - " l'huissier " - raconte dans cette chronique émouvante. Arrêté le 14 novembre 2001 à son domicile sans comprendre ce qui lui arrivait, il s'est retrouvé, ainsi que son épouse, présumé coupable. Bien que protestant de son innocence, bien que son dossier soit vide, que les confrontations avec ses accusateurs aient montré leurs incohérences, toutes ses demandes de remise en liberté furent rejetées. De maison d'arrêt en hôpital psychiatrique, de tentatives de suicide en grève de la faim, il a passé presque deux ans en détention provisoire pour des faits qu'il jure depuis toujours n'avoir pas commis.Quand, au printemps 2004, le procès a lieu, enfin le ciel semble se dégager. Mais, malgré les témoins en sa faveur, les revirements de ses accusateurs, la débandade de l'enquête, il est condamné à dix-huit mois de prison avec sursis. Pour des attouchements sur son fils qu'il nie farouchement Aujourd'hui, alors que le procès en appel va s'ouvrir, Alain Marécaux a choisi de parler vrai. De dénoncer la conduite de l'instruction, de raconter comment il a tout perdu, mais aussi de lutter afin de mettre en garde le public et de lui faire comprendre qu'un tel drame peut arriver à chacun d'entre nous.