share_book
Envoyer cet article par e-mail

GIEC est mort, vive la science ! (Le)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
GIEC est mort, vive la science ! (Le)

GIEC est mort, vive la science ! (Le)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "GIEC est mort, vive la science ! (Le)"

Présentation de GIEC est mort, vive la science ! (Le)

Résolument à contre-courant dans le débat climatique, l'auteur de cet essai soutient que le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) est une imposture consistant à présenter comme scientifique un projet essentiellement politique, et que cette imposture est la plus formidable de la science moderne par la fulgurance et le caractère planétaire de son succès. L'essai se lit également comme une audacieuse leçon de rigueur administrée par la philosophie à la science. S'opposant aux partisans du GIEC, mais se démarquant également de ce qu'il appelle les gribouillages de Claude Allègre, l'auteur suggère que l'on distingue le débat au sein du GIEC, qui relève des sciences exactes, et le débat sur le GIEC, qui est de nature épistémologique, c'est-à-dire institutionnelle, logique, de méthode. « Ce texte absolument remarquable est exactement ce qui manquait dans le débat sur le GIEC. » Henri Lepage, économiste « Très intéressant essai, en particulier l'analyse de la composition du GIEC et l'abus du mot Science. » Guy Sorman, essayiste « Ce texte est un vrai régal, une analyse parfaite de la logique et des ressorts d'une confusion scientifico-politique et de l'énorme mystification qui s'en est suivie » Henri Atlan, biologiste et philosophe « Cet essai consitue un brillant exercice d'hygiène mentale et de salubrité publique. » Mark Eyskens, ancien Premier ministre belge

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 128  pages
  • Dimensions :  1.0cmx15.2cmx22.9cm
  • Poids : 186.0g
  • Editeur :   Texquis Paru le
  • ISBN :  2960047370
  • EAN13 :  9782960047370
  • Langue : Français

D'autres livres de Drieu Godefridi

La réalité augmentée ou l'ère WikiLeaks

WikiLeaks, stop ou encore ? Si l'on en juge par les « unes » de la presse mondiale ces derniers mois, qui se nourrissent abondamment des fuites WikiLeaks, la réponse est un encore enthousiaste. Pour les services diplomatiques, en revanche, WikiLeaks doit cesser ses activités criminelles. Toutefo...

Voir tous les livres de Drieu Godefridi

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de GIEC est mort, vive la science ! (Le)

Résolument à contre-courant dans le débat climatique, l'auteur de cet essai soutient que le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) est une imposture consistant à présenter comme scientifique un projet essentiellement politique, et que cette imposture est la plus formidable de la science moderne par la fulgurance et le caractère planétaire de son succès. L'essai se lit également comme une audacieuse leçon de rigueur administrée par la philosophie à la science. S'opposant aux partisans du GIEC, mais se démarquant également de ce qu'il appelle les gribouillages de Claude Allègre, l'auteur suggère que l'on distingue le débat au sein du GIEC, qui relève des sciences exactes, et le débat sur le GIEC, qui est de nature épistémologique, c'est-à-dire institutionnelle, logique, de méthode. « Ce texte absolument remarquable est exactement ce qui manquait dans le débat sur le GIEC. » Henri Lepage, économiste « Très intéressant essai, en particulier l'analyse de la composition du GIEC et l'abus du mot Science. » Guy Sorman, essayiste « Ce texte est un vrai régal, une analyse parfaite de la logique et des ressorts d'une confusion scientifico-politique et de l'énorme mystification qui s'en est suivie » Henri Atlan, biologiste et philosophe « Cet essai consitue un brillant exercice d'hygiène mentale et de salubrité publique. » Mark Eyskens, ancien Premier ministre belge