share_book
Envoyer cet article par e-mail

Un vide à la place du coeur

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Un vide à la place du coeur

Un vide à la place du coeur

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Un vide à la place du coeur"

Présentation de Un vide à la place du coeur

Un meurtre horrible a été commis dans le quartier de Gracia à Barcelone, et l’arme du crime est le Glock de l’inspectrice Petra Delicado. Non, Petra n’a pas rejoint le camp des truands. Elle s’est juste fait voler son pistolet, et de la manière la plus bête qui soit en allant aux toilettes dans un centre commercial. Une gamine à l’agilité étonnante a réussi à subtiliser le sac que sa propriétaire avait suspendu à une patère et a décampé. Unique témoin du vol, Marina est également une petite fille que l’inspectrice sollicite pour passer en revue des photos de mineures fichées, dans l’espoir d’identifier la voleuse. Elle reconnaît sans hésitation une fillette roumaine qui a transité par un centre d’accueil. Une question demeure : le vol du pistolet de Petra était-il fortuit ou délibéré ?L’enquête sur le crime de Gracia, elle, piétine. La seule piste pour Petra et son adjoint Garzon est un atelier de confection dans lequel travaillent des ouvrières, roumaines elles aussi. Cet atelier s’est déjà trouvé dans le collimateur de la police pour une affaire de pornographie enfantine ; cette fois pourtant, impossible de trouver la moindre trace d’activité criminelle. Jusqu’au jour où Petra décide de montrer aux ouvrières une photo d’enfant explicitement pornographique, prélevée dans les archives informatisées de la brigade des mœurs. Elle espère que cette vision choquante déliera les langues. Elle ne se trompe pas et c’est un abîme qui s’ouvre alors devant elle : un monde sordide où se mêlent clandestins, proxénètes, femmes victimes et mères indignes, enfance profanée et enfants assassins. Un monde si effroyable que la vie personnelle de Petra, ses convictions les plus intimes, vont s’en trouver bouleversées.Comme dans ses romans précédents, Alicia Gimenez Bartlett imprime sa vision personnelle de la réalité contemporaine. Elle n’est pas la seule à traiter de thèmes aussi sombres que la pédophilie ou l’exploitation des clandestins, mais plutôt que de jouer la surenchère, elle passe ces graves questions au crible de la réflexion de son héroïne. Au fil des romans – celui-ci est le septième -, les personnages se sont étoffés, ils ont pris une vie autonome, un peu à la manière de ceux de Tony Hillerman, ce qui donne à la romancière la possibilité d’explorer les contradictions humaines en général, et celles de la société espagnole en particulier. A travers des sujets aussi variés que le mariage, le féminisme, l’aspiration à la solitude et les rapports de classe, Alicia Gimenez Bartlett tisse une œuvre qui pourrait passer pour légère, car l’humour y est un contrepoint essentiel, mais qui, entre les lignes, se teinte de gravité et de désenchantement.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 432  pages
  • Dimensions :  2.0cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages/Noir
  • ISBN :  2743621583
  • EAN13 :  9782743621582
  • Classe Dewey :  849
  • Langue : Français

D'autres livres de Alicia Gimenez Bartlett

Les Messagers de la nuit

L'inspectrice Petra Delicado est devenue une sorte de célébrité depuis qu'elle est passée à la télévision pour témoigner du changement des mentalités et de la féminisation des forces de police. Suite à l'émission, elle reçoit un volumineux courrier. Un jour arrive un petit paquet sans n...

Meurtres sur papier

Réunis une nouvelle fois, l'inspectrice Petra Delicado et son adjoint Garzon sont chargés d'enquêter sur l'assassinat d'un journaliste vedette de la presse « people » qui s'est fait une spécialité des interviews agressives et des reportages salaces. Ce meurtre va bientôt se doubler d'un seco...

Un bateau plein de riz

Le corps sans vie d'un mendiant est découvert dans un parc de Barcelone au petit matin. L'homme a été battu à mort. Touchée par sa fin solitaire et sordide, l'inspectrice Petra Delicado est bien décidée à ne pas classer l'affaire. Elle découvre que, dans une autre vie, l'anonyme SDF avait ...

Des serpents au paradis

El paradis est une enclave résidentielle peuplée de yuppies trentenaires, un monde où tout semble parfait comme dans les magazines. Sauf qu'il y a quand même une vilaine tache dans le décor, sinon Petra Delicado ne serait pas là. Juan Luis Espinet, brillant avocat, mari séduisant et bon père...

Voir tous les livres de Alicia Gimenez Bartlett

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Un vide à la place du coeur

Un meurtre horrible a été commis dans le quartier de Gracia à Barcelone, et l’arme du crime est le Glock de l’inspectrice Petra Delicado. Non, Petra n’a pas rejoint le camp des truands. Elle s’est juste fait voler son pistolet, et de la manière la plus bête qui soit en allant aux toilettes dans un centre commercial. Une gamine à l’agilité étonnante a réussi à subtiliser le sac que sa propriétaire avait suspendu à une patère et a décampé. Unique témoin du vol, Marina est également une petite fille que l’inspectrice sollicite pour passer en revue des photos de mineures fichées, dans l’espoir d’identifier la voleuse. Elle reconnaît sans hésitation une fillette roumaine qui a transité par un centre d’accueil. Une question demeure : le vol du pistolet de Petra était-il fortuit ou délibéré ?L’enquête sur le crime de Gracia, elle, piétine. La seule piste pour Petra et son adjoint Garzon est un atelier de confection dans lequel travaillent des ouvrières, roumaines elles aussi. Cet atelier s’est déjà trouvé dans le collimateur de la police pour une affaire de pornographie enfantine ; cette fois pourtant, impossible de trouver la moindre trace d’activité criminelle. Jusqu’au jour où Petra décide de montrer aux ouvrières une photo d’enfant explicitement pornographique, prélevée dans les archives informatisées de la brigade des mœurs. Elle espère que cette vision choquante déliera les langues. Elle ne se trompe pas et c’est un abîme qui s’ouvre alors devant elle : un monde sordide où se mêlent clandestins, proxénètes, femmes victimes et mères indignes, enfance profanée et enfants assassins. Un monde si effroyable que la vie personnelle de Petra, ses convictions les plus intimes, vont s’en trouver bouleversées.Comme dans ses romans précédents, Alicia Gimenez Bartlett imprime sa vision personnelle de la réalité contemporaine. Elle n’est pas la seule à traiter de thèmes aussi sombres que la pédophilie ou l’exploitation des clandestins, mais plutôt que de jouer la surenchère, elle passe ces graves questions au crible de la réflexion de son héroïne. Au fil des romans – celui-ci est le septième -, les personnages se sont étoffés, ils ont pris une vie autonome, un peu à la manière de ceux de Tony Hillerman, ce qui donne à la romancière la possibilité d’explorer les contradictions humaines en général, et celles de la société espagnole en particulier. A travers des sujets aussi variés que le mariage, le féminisme, l’aspiration à la solitude et les rapports de classe, Alicia Gimenez Bartlett tisse une œuvre qui pourrait passer pour légère, car l’humour y est un contrepoint essentiel, mais qui, entre les lignes, se teinte de gravité et de désenchantement.