share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pourquoi lire ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pourquoi lire ?

Pourquoi lire ?

  (Auteur)


Prix : 94,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pourquoi lire ?"

Présentation de Pourquoi lire ?

La lecture n'est pas contre la vie. Elle est la vie, une vie plus sérieuse, moins violente, moins frivole, plus durable, plus orgueilleuse, moins vaniteuse, avec souvent toutes les faiblesses de l'orgueil, la timidité, le silence, la reculade. […] Lire ne sert à rien. C'est pour cela que c'est une grande chose. Nous lisons parce que ça ne sert à rien. C. D. Des conseils, des douceurs, des rosseries, et une conception de la lecture comme « sœur de la littérature », toutes deux marchant ensemble dans un combat contre le temps. Une philosophie de la lecture qui fait s'exclamer, s'enthousiasmer, applaudir, et qui ne donne qu'une envie : (la) relire.C’est un intégriste de la littérature, mais éclairé, érudit, souriant, plein d’humour. […] L’écrivain passe avec brio du sérieux à la malice, et il n’est jamais autant persuasif que lorsqu’il jongle avec les citations, les références, les vacheries et les paradoxes. […] Un jour, j’ai demandé à ma mère pourquoi il ne fallait pas mettre les coudes sur la table. Elle m’a répondu : « Parce que. » Pourquoi lire ? Parce que. Bernard Pivot, Le Journal du dimanche.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Littérature & Documents
  • ISBN :  2253162191
  • EAN13 :  9782253162193
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Charles Dantzig

Dictionnaire égoïste de la littérature française

A comme " Apollinaire ", mais aussi comme " Age des lectures ". B comme " Balzac ", mais aussi comme " Bibliothèques de maison de campagne ", " Belle du seigneur ". C comme " Corneille ", mais aussi comme " Commencer (par quoi) ". D comme " Du Deffand ", mais aussi " Décadence et mort d'un ...

Prix : 135 DH
Encyclopédie capricieuse du tout et du rien

Voici, par l’auteur du Dictionnaire égoïste de la littérature française, un tour du monde et de la vie en huit cents pages de listes. Rangées par thèmes (les lieux, les gens, les corps et le sexe, les arts, les mots, l’histoire...), elles nous permettent de retrouver son érudition, son ...

Prix : 135 DH

Pourquoi lire ?

"La lecture n'est pas contre la vie. Elle est la vie, une vie plus sérieuse, moins violente, moins frivole, plus durable, plus orgeuilleuse, moins vaniteuse, avec souvent toutes les faiblesses de l'orgueil, la timidité, le silence, la reculade. Elle maintient, dans l'utilitarisme du monde, du [...

Dans un avion pour Caracas

" La vie, c'est un voyage dans le ventre d'un avion où, pour se distraire de ses douleurs, on regarde par les hublots. Ce roman commence quand un 747 décolle pour Caracas et s'achève au moment où il va atterrir. Entre les deux, le narrateur, parti chercher son meilleur ami qui a disparu au [....

Prix : 257 DH

Voir tous les livres de Charles Dantzig

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Pourquoi lire ?

La lecture n'est pas contre la vie. Elle est la vie, une vie plus sérieuse, moins violente, moins frivole, plus durable, plus orgueilleuse, moins vaniteuse, avec souvent toutes les faiblesses de l'orgueil, la timidité, le silence, la reculade. […] Lire ne sert à rien. C'est pour cela que c'est une grande chose. Nous lisons parce que ça ne sert à rien. C. D. Des conseils, des douceurs, des rosseries, et une conception de la lecture comme « sœur de la littérature », toutes deux marchant ensemble dans un combat contre le temps. Une philosophie de la lecture qui fait s'exclamer, s'enthousiasmer, applaudir, et qui ne donne qu'une envie : (la) relire.C’est un intégriste de la littérature, mais éclairé, érudit, souriant, plein d’humour. […] L’écrivain passe avec brio du sérieux à la malice, et il n’est jamais autant persuasif que lorsqu’il jongle avec les citations, les références, les vacheries et les paradoxes. […] Un jour, j’ai demandé à ma mère pourquoi il ne fallait pas mettre les coudes sur la table. Elle m’a répondu : « Parce que. » Pourquoi lire ? Parce que. Bernard Pivot, Le Journal du dimanche.