share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Corde de mi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Corde de mi

La Corde de mi

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La Corde de mi"

    Présentation de La Corde de mi

    Quand Isabelle, qui l'aime encore trop pour ne pas emmener une grosse malle de détresse avec elle, a quitté la maison avec l'enfant, Marc n'a rien ressenti de particulier, sinon quelque chose de l'ordre du destin accompli, une satisfaction comme celle de l'entomologiste qui vient d'endormir un très beau spécimen de papillon avec la conscience d'avoir offert l'éternité à cette pauvre bête éphémère. Rien à voir donc avec un trivial sentiment de soulagement. Ni même avec un soupçon de souffrance. C'était dans l'ordre des choses, un point c'est tout. Il a tout de même forcé le bouchon d'une des bonnes bouteilles de la cave du vieux, non pas en signe de triomphe mais seulement pour marquer la journée d'une pierre particulière. Gorgé d'excellent vin (Aubin ayant refusé d'y goûter), il a étudié avec délice la vie des perce-oreilles ou forficules, insectes orthoptères coureurs (de jupon ?), et apprit quantité de choses passionnantes qu'il s'empresse de communiquer au vieux frère, insistant surtout sur le fait que les forficules sont de très bonnes mères. - Tu me fais penser à cet homme qui, sentant approcher la mort dans son dos, cache sa tête au creux des pages d'un gros livre qu'il tient devant lui pour qu'elle ne le voie pas... Quand te décideras-tu enfin à apprendre l'essentiel ? A apprendre ce qui est vraiment difficile pour toi. - Parce que vous prétendez que c'est facile de faire tout ce que je fais ? S'éreinter l'échine à courir derrière la perfection, non, ce n'est pas facile, c'est vrai. Je noircis peut-être un peu le portrait. N'empêche qu'à cette époque de sa vie, mon père devenait un malheur de moins en moins ordinaire.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 479  pages
    • Dimensions :  3.6cmx12.4cmx20.6cm
    • Poids : 721.2g
    • Editeur :   Bernard Campiche Paru le
    • Collection : LITTERATURE
    • ISBN :  2882411847
    • EAN13 :  9782882411846
    • Classe Dewey :  848.99
    • Langue : Français

    D'autres livres de Anne-Lise Grobéty

    Le temps des mots à voix basse

    Oskar et le héros de l'histoire sont de vrais amis - tout comme leurs deux pères, ces vieux amoureux de la poésie qui partagent une amitié profonde, qui aiment rire et parler au fond du jardin, près des ruches. Jusqu'au jour où tout bascule... Ce livre s'inscrit dans le devoir de mémoire. Mai...

    Voir tous les livres de Anne-Lise Grobéty

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Présentation de La Corde de mi

    Quand Isabelle, qui l'aime encore trop pour ne pas emmener une grosse malle de détresse avec elle, a quitté la maison avec l'enfant, Marc n'a rien ressenti de particulier, sinon quelque chose de l'ordre du destin accompli, une satisfaction comme celle de l'entomologiste qui vient d'endormir un très beau spécimen de papillon avec la conscience d'avoir offert l'éternité à cette pauvre bête éphémère. Rien à voir donc avec un trivial sentiment de soulagement. Ni même avec un soupçon de souffrance. C'était dans l'ordre des choses, un point c'est tout. Il a tout de même forcé le bouchon d'une des bonnes bouteilles de la cave du vieux, non pas en signe de triomphe mais seulement pour marquer la journée d'une pierre particulière. Gorgé d'excellent vin (Aubin ayant refusé d'y goûter), il a étudié avec délice la vie des perce-oreilles ou forficules, insectes orthoptères coureurs (de jupon ?), et apprit quantité de choses passionnantes qu'il s'empresse de communiquer au vieux frère, insistant surtout sur le fait que les forficules sont de très bonnes mères. - Tu me fais penser à cet homme qui, sentant approcher la mort dans son dos, cache sa tête au creux des pages d'un gros livre qu'il tient devant lui pour qu'elle ne le voie pas... Quand te décideras-tu enfin à apprendre l'essentiel ? A apprendre ce qui est vraiment difficile pour toi. - Parce que vous prétendez que c'est facile de faire tout ce que je fais ? S'éreinter l'échine à courir derrière la perfection, non, ce n'est pas facile, c'est vrai. Je noircis peut-être un peu le portrait. N'empêche qu'à cette époque de sa vie, mon père devenait un malheur de moins en moins ordinaire.