share_book
Envoyer cet article par e-mail

Marianne

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Marianne

Marianne

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Marianne"

Présentation de Marianne

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 159 0;} @font-face {font-family:Baskerville; mso-font-alt:Georgia; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman","serif"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-size:10.0pt; mso-ansi-font-size:10.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; mso-ascii-font-family:Rockwell; mso-fareast-font-family:Rockwell; mso-hansi-font-family:Rockwell;} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} --> « Marianne m’a profondément ému et deux ou trois fois j’ai pleuré. Je me suis reconnu dans le personnage de Pierre. Certaines pages me semblaient des fragments de mes mémoires si j’avais le talent de les écrire de cette manière ! Comme tout cela est charmant, poétique et vrai !... Marianne m’a littéralement enchanté. Les Anglais sont de mon avis car dans le dernier numéro de l’Athenœum on vous a fait un très bel article. Saviez-vous cela ? Ainsi donc pour cette fois je vous admire pleinement et sans la moindre réserve. » C’est ainsi que Flaubert faisait part à George Sand de tout son enthousiasme après avoir lu Marianne. Ce roman court, que l’on pourrait rapprocher, par la taille, de « La Mare au diable » est incontestablement aujourd’hui un chef-d’œuvre méconnu. Pas une réédition depuis 1877. Et pourtant ! Dernier roman achevé par George Sand, quelques mois seulement avant sa mort, alors qu’elle approchait de son soixante-douzième anniversaire, Marianne, par sa concision même, semble le concentré de toute une œuvre – prolifique – voire de toute une vie. Comme Stendhal, George Sand aurait pu écrire : « L’amour a toujours été pour moi la plus grande des affaires, ou plutôt la seule. » Et ici, pas de superflu, quelques personnages seulement au centre de la scène, Pierre, un quadragénaire timide revenu vivre auprès de sa mère après de multiples aventures peu fructueuses, (c’est le personnage auquel Flaubert s’identifie), Marianne, une jeune voisine solitaire et secrète que Pierre connaît depuis fort longtemps, et cette campagne immuable du centre de la France, si chère à George Sand, avec ses fermes, ses marchés, ses juments. Rien ici ne semble devoir bouger, les liens humains paraissent fossilisés, à jamais scellés, lorsqu’on annonce l’arrivée d’un jeune artiste peintre parisien envoyé par son père en quête d’une épouse. Ce dernier fera bien vite des avances à Marianne mais sa venue n’aura fait que révéler à la jeune femme le fond de son cœur, son amour secret pour Pierre avec qui elle partage depuis si longtemps les mêmes paysages.                 Marianne est un roman étonnamment simple, presque sans surprise, mais porté par le génie de George Sand, ses éclairs inimitables, son sens du portrait, son goût des fins heureuses au moment où, précisément, le dénouement de sa propre vie approche. Elle nous conduit ici au bout de nos jardins secrets. --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 142  pages
  • Dimensions :  1.0cmx13.0cmx17.6cm
  • Poids : 480.8g
  • Editeur :   Magnard Paru le
  • Collection : Classiques & contemporains
  • ISBN :  2210755344
  • EAN13 :  9782210755345
  • Classe Dewey :  843.7
  • Langue : Français

D'autres livres de George Sand

La Mare au diable

LA MARE AU DIABLE : UN ROMAN SOCIAL ET CHAMPÊTRE Écrit en plein cœur du XIXe siècle, La Mare au diable est un roman champêtre et social par l'intermédiaire duquel George Sand exalte l'amour de son Berry natal et son idéal de réconciliation des classes à travers la peinture du milieu paysan ...

Prix : 60 DH
La mare au diable

LA MARE AU DIABLE : UN ROMAN SOCIAL ET CHAMPÊTRE Écrit en plein cœur du XIXe siècle, La Mare au diable est un roman champêtre et social par l'intermédiaire duquel George Sand exalte l'amour de son Berry natal et son idéal de réconciliation des classes à travers la peinture du milieu paysan ...

Prix : 25 DH

Pauline

'Pauline était vêtue de brun avec une petite collerette d'un blanc scrupuleux et d'une égalité de plis vraiment monastique. Ses beaux cheveux châtains étaient lissés sur ses tempes avec un soin affecté; elle se livrait à un ouvrage classique, ennuyeux, odieux à toute organisation pensante ...

Prix : 25 DH
Elle et Lui

" Elle " est Thérèse Jacques, " lui " est Laurent de Fauvel. Ils sont artistes, s'aiment et partent pour l'Italie... " Elle ", c'est bien sûr George Sand, " lui ", Alfred de Musset. Vingt-cinq ans après l'aventure de Venise, George Sand revient sur la liaison la plus célèbre et la plus ...

Prix : 90 DH

Voir tous les livres de George Sand

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Marianne

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Cambria Math"; panose-1:2 4 5 3 5 4 6 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1610611985 1107304683 0 0 159 0;} @font-face {font-family:Baskerville; mso-font-alt:Georgia; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman","serif"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-size:10.0pt; mso-ansi-font-size:10.0pt; mso-bidi-font-size:10.0pt; mso-ascii-font-family:Rockwell; mso-fareast-font-family:Rockwell; mso-hansi-font-family:Rockwell;} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} --> « Marianne m’a profondément ému et deux ou trois fois j’ai pleuré. Je me suis reconnu dans le personnage de Pierre. Certaines pages me semblaient des fragments de mes mémoires si j’avais le talent de les écrire de cette manière ! Comme tout cela est charmant, poétique et vrai !... Marianne m’a littéralement enchanté. Les Anglais sont de mon avis car dans le dernier numéro de l’Athenœum on vous a fait un très bel article. Saviez-vous cela ? Ainsi donc pour cette fois je vous admire pleinement et sans la moindre réserve. » C’est ainsi que Flaubert faisait part à George Sand de tout son enthousiasme après avoir lu Marianne. Ce roman court, que l’on pourrait rapprocher, par la taille, de « La Mare au diable » est incontestablement aujourd’hui un chef-d’œuvre méconnu. Pas une réédition depuis 1877. Et pourtant ! Dernier roman achevé par George Sand, quelques mois seulement avant sa mort, alors qu’elle approchait de son soixante-douzième anniversaire, Marianne, par sa concision même, semble le concentré de toute une œuvre – prolifique – voire de toute une vie. Comme Stendhal, George Sand aurait pu écrire : « L’amour a toujours été pour moi la plus grande des affaires, ou plutôt la seule. » Et ici, pas de superflu, quelques personnages seulement au centre de la scène, Pierre, un quadragénaire timide revenu vivre auprès de sa mère après de multiples aventures peu fructueuses, (c’est le personnage auquel Flaubert s’identifie), Marianne, une jeune voisine solitaire et secrète que Pierre connaît depuis fort longtemps, et cette campagne immuable du centre de la France, si chère à George Sand, avec ses fermes, ses marchés, ses juments. Rien ici ne semble devoir bouger, les liens humains paraissent fossilisés, à jamais scellés, lorsqu’on annonce l’arrivée d’un jeune artiste peintre parisien envoyé par son père en quête d’une épouse. Ce dernier fera bien vite des avances à Marianne mais sa venue n’aura fait que révéler à la jeune femme le fond de son cœur, son amour secret pour Pierre avec qui elle partage depuis si longtemps les mêmes paysages.                 Marianne est un roman étonnamment simple, presque sans surprise, mais porté par le génie de George Sand, ses éclairs inimitables, son sens du portrait, son goût des fins heureuses au moment où, précisément, le dénouement de sa propre vie approche. Elle nous conduit ici au bout de nos jardins secrets. --Ce texte fait référence à l’éditionBroché .