share_book
Envoyer cet article par e-mail

Treize minutes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Treize minutes

Treize minutes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Treize minutes"

Présentation de Treize minutes

- J'aimerais te revoir, m'annonça-t-elle ? - Moi aussi. J'aimerais que l'on aille acheter des meubles pour notre nouvel appartement. Que l'on fasse le marché tous les dimanches. Que l'on se prenne un café dans un bistrot tous les matins. J'aimerais te demander en mariage et que tu en pleures de joie. J'aimerais te couvrir d'amour une vie entière. Me retrouver à tes côtés, au bas des pistes, aux sports d'hiver. En attendant de voir nos gamins revenir de leurs cours de ski. Je veux te désirer même après trois années de vie commune. Je veux te voir en larmes pour mieux te consoler. Mais j'en suis incapable. Je serais incapable de t'aimer plus de quelques jours. C'est mon grand drame. Je t'aime maintenant. C'est faux. Mais ça le sera toujours moins que dans quelques semaines. Je t'aime. Adieu. Tel est Simon, vivant aux côtés de cette lucidité que l'alcool n'arrive plus à charmer et sur les débris carbonisés de quelques grands sentiments. Simon connaît les nuits folles sans sommeil qu'il partage, tout comme son appartement, avec ses trois meilleurs amis : Théo, l'homosexuel aux amours lointaines et éphémères, Alban au coeur brisé par la douleur aspic d'une séparation, Marion, l'amour d'une nuit neigeuse au petit goût d'inachevé... Il tente de survivre comme il peut, de préserver cette énergie qui le pousse en avant. Aussi, quand il découvre sous le capot d'une photocopieuse la carte d'identité d'une déesse blonde, il se précipite. Sans savoir jusqu'où tout ça va le mener... Si vous n'avez pas lu Treize minutes, prenez en soixante pour découvrir ce texte qui a tous les atouts d'une chute vertigineuse : la vitesse, le frisson, la griserie. Et qui se voile d'un petit quelque chose en plus : une poésie de la tendresse. Un roman électrique et neuf d'un auteur prometteur. --Hector Chavez --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 124  pages
  • Dimensions :  1.0cmx10.6cmx17.8cm
  • Poids : 40.8g
  • Editeur :   J'ai Lu Paru le
  • Collection : J'ai lu nouvelle generation
  • ISBN :  2290351458
  • EAN13 :  9782290351451
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Nicolas Rey

Un léger passage à vide

Camarade lecteur, amie lectrice, Heureux de te retrouver. Franchement, si on m'avait dit que l'on se reverrait un jour, toi et moi. Bon, tu sais comment les choses se passent. Je ne vais rien t'apprendre. Entre notre date de naissance et notre date de décès, il y a quelques moments dingues, des...

Mémoire courte - Prix de Flore 2000

" Je suis revenu nickel, enfin libre, aérien presque. J'ai jeté un œil autour de la table avec nonchalance. J'ai refusé le trou normand que l'on me proposait. La Normandie commençait à me courir pas mal. Je voulais Paris et mon appartement sur la Butte. Un bar sombre et une touriste [....]...

Un début prometteur

Un père " chétif et minable", un frère dépressif d'avoir trop aimé, une mère instable: pour Henry, quinze ans, pas facile de se sentir bien dans sa peau. Côté amis, seuls Patrick et Hortense semblent le sortir de la monotonie du quotidien. Mais un jour, Mathilde, une jeune professeur de [...

Courir à trente ans

« Certaines personnes ne se séparent jamais. Ce sont des victimes volontaires de la vie en couple. Héros ou lâches selon l'heure des repas. Dans la salle de bains, une victime volontaire de la vie en couple écoute le dernier message de Bénédicte sans oser répondre pour ne pas faire de [.....

Voir tous les livres de Nicolas Rey

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Treize minutes

- J'aimerais te revoir, m'annonça-t-elle ? - Moi aussi. J'aimerais que l'on aille acheter des meubles pour notre nouvel appartement. Que l'on fasse le marché tous les dimanches. Que l'on se prenne un café dans un bistrot tous les matins. J'aimerais te demander en mariage et que tu en pleures de joie. J'aimerais te couvrir d'amour une vie entière. Me retrouver à tes côtés, au bas des pistes, aux sports d'hiver. En attendant de voir nos gamins revenir de leurs cours de ski. Je veux te désirer même après trois années de vie commune. Je veux te voir en larmes pour mieux te consoler. Mais j'en suis incapable. Je serais incapable de t'aimer plus de quelques jours. C'est mon grand drame. Je t'aime maintenant. C'est faux. Mais ça le sera toujours moins que dans quelques semaines. Je t'aime. Adieu. Tel est Simon, vivant aux côtés de cette lucidité que l'alcool n'arrive plus à charmer et sur les débris carbonisés de quelques grands sentiments. Simon connaît les nuits folles sans sommeil qu'il partage, tout comme son appartement, avec ses trois meilleurs amis : Théo, l'homosexuel aux amours lointaines et éphémères, Alban au coeur brisé par la douleur aspic d'une séparation, Marion, l'amour d'une nuit neigeuse au petit goût d'inachevé... Il tente de survivre comme il peut, de préserver cette énergie qui le pousse en avant. Aussi, quand il découvre sous le capot d'une photocopieuse la carte d'identité d'une déesse blonde, il se précipite. Sans savoir jusqu'où tout ça va le mener... Si vous n'avez pas lu Treize minutes, prenez en soixante pour découvrir ce texte qui a tous les atouts d'une chute vertigineuse : la vitesse, le frisson, la griserie. Et qui se voile d'un petit quelque chose en plus : une poésie de la tendresse. Un roman électrique et neuf d'un auteur prometteur. --Hector Chavez --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.