share_book
Envoyer cet article par e-mail

La sociologie comme philosophie politique, et réciproquement...

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La sociologie comme philosophie politique, et réciproquement...

La sociologie comme philosophie politique, et réciproquement...

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La sociologie comme philosophie politique, et réciproquement..."

Présentation de La sociologie comme philosophie politique, et réciproquement...

Et si la sociologie, bien comprise, n'était rien d'autre qu'une philosophie morale et politique avec des allures de science ? Une telle proposition, qui constitue la trame de cet ouvrage, autorise des perplexités bien légitimes. La sociologie n'a-t-elle pas en effet gagné ses galons en rompant avec les spéculations abstraites des "philosophies sociales" ? Et, à l'inverse, la philosophie morale et politique n'a-t-elle pas pris sa revanche en s'émancipant de ces sciences sociales qui avaient exercé sur elle une telle emprise depuis les années 1950 ? Pour autant, n'avons-nous d'autre choix qu'entre une sociologie spécialisée et éclatée, vouée au culte du "terrain", et une philosophie morale et politique désincarnée, célébrant les vertus d'une conception purement formelle de la justice et de la démocratie ? Depuis quelques années, les théories contemporaines de la reconnaissance, du care et du don, le renouveau de l'Ecole de Francfort et la redécouverte du pragmatisme, en redonnant toute leur place aux sentiments sociaux et à la relation humaine, ont fortement contribué à redessiner les frontières et nous invitent à une nouvelle alliance. Dans leur sillage, ce livre plaide pour un "enveloppement réciproque" (Merleau-Ponty) entre philosophie et sociologie, qui puisse redonner sa vitalité à l'ambition d'une science sociale générale, réconciliant respect des faits et souci des fins. Il vient rappeler que la sociologie "ne mériterait pas une heure de peine" (Durkheim) si elle ne renouait pas avec l'orientation normative de ses pères fondateurs et s'interdisait de contribuer au questionnement de la société sur elle-même.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 300  pages
  • Dimensions :  3.0cmx13.4cmx21.8cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Editions La Découverte Paru le
  • Collection : Bibliotheque du mauss
  • ISBN :  2707169498
  • EAN13 :  9782707169495
  • Classe Dewey :  100
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Chanial

La société vue du don : Manuel de sociologie anti-utilitariste appliquée

Le don fait-il encore société ? Ou, du moins, contribue-t-il encore à certains de ses ressorts essentiels ? Est-il toujours actuel ? En apparence, non. Les sociétés anciennes se sont pensées dans le langage du don mais nous, modernes, parlons un tout autre idiome, celui de l'intérêt notammen...

La délicate essence du socialisme : L'association, l'individu & la République

Faut-il en finir avec le " vieux socialisme " ? On ne compte plus aujourd'hui les invitations faites à la gauche, et parfois par la gauche, d'initier une nouvelle synthèse, résolument moderne, une synthèse " libéral-sociale ". Certes, il ne fait guère de doute que le socialisme est totalement ...

Voir tous les livres de Philippe Chanial

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La sociologie comme philosophie politique, et réciproquement...

Et si la sociologie, bien comprise, n'était rien d'autre qu'une philosophie morale et politique avec des allures de science ? Une telle proposition, qui constitue la trame de cet ouvrage, autorise des perplexités bien légitimes. La sociologie n'a-t-elle pas en effet gagné ses galons en rompant avec les spéculations abstraites des "philosophies sociales" ? Et, à l'inverse, la philosophie morale et politique n'a-t-elle pas pris sa revanche en s'émancipant de ces sciences sociales qui avaient exercé sur elle une telle emprise depuis les années 1950 ? Pour autant, n'avons-nous d'autre choix qu'entre une sociologie spécialisée et éclatée, vouée au culte du "terrain", et une philosophie morale et politique désincarnée, célébrant les vertus d'une conception purement formelle de la justice et de la démocratie ? Depuis quelques années, les théories contemporaines de la reconnaissance, du care et du don, le renouveau de l'Ecole de Francfort et la redécouverte du pragmatisme, en redonnant toute leur place aux sentiments sociaux et à la relation humaine, ont fortement contribué à redessiner les frontières et nous invitent à une nouvelle alliance. Dans leur sillage, ce livre plaide pour un "enveloppement réciproque" (Merleau-Ponty) entre philosophie et sociologie, qui puisse redonner sa vitalité à l'ambition d'une science sociale générale, réconciliant respect des faits et souci des fins. Il vient rappeler que la sociologie "ne mériterait pas une heure de peine" (Durkheim) si elle ne renouait pas avec l'orientation normative de ses pères fondateurs et s'interdisait de contribuer au questionnement de la société sur elle-même.