share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le réel

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le réel

Le réel

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le réel "

Présentation de Le réel

D'expérience, on sait ce que c'est. En parler, pourtant, est une tâche difficile. Le réel est ce qui nous sort de nos rêves, ce à quoi on se heurte, ce qui nous échappe et nous dépasse. Aussitôt qu'on s'en fait une idée, qu'on le représente, qu'on l'imagine, on cesse d'être en prise sur lui : on lui substitue quelque chose qui est à notre mesure. Le réel, au contraire, est ce qui nous transcende. Que peut-on alors en dire ? Rien de direct, rien qui nous le révèle, seulement des remarques de biais, des paradoxes qui, en nous confrontant à l'impossibilité de l'atteindre, nous en rapprochent toutefois. Le propos de Clément Rosset, dans cette libre digression, contemporaine d'un autre essai sur le même thème, Le Réel et son double (1976), est de nous donner quelques aperçus furtifs de notre rapport au réel. Littérature et philosophie sont convoquées pour témoigner non pas de ce qui est là, sous nos yeux, palpable et tangible, mais de ce qui est au contraire toujours au-delà, retranché en une singularité irréductible que nos significations et nos généralités ne font que recouvrir. L'idiotie du réel, c'est le fait qu'il ne soit jamais propre qu'à lui-même (du grec ancien, "idios" : qui appartient en propre à quelque chose ou à quelqu'un). Le comprendre, le dominer par l'intelligence, c'est toujours le trahir en de vaines spéculations. Le réel est à vivre, en des moments fugitifs et saisissants où nous cessons de coïncider avec nous-mêmes : désir de rien, panique, allégresse... Ce sont ces moments de dessaisissement que le philosophe traque pour les penser et en pointer la profondeur intime. --Emilio Balturi

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 155  pages
  • Dimensions :  0.8cmx11.4cmx18.2cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Les Editions De Minuit Paru le
  • Collection : Reprise
  • ISBN :  2707318647
  • EAN13 :  9782707318640
  • Classe Dewey :  111
  • Langue : Français

D'autres livres de Clément Rosset

L'anti-nature

« Approuver l'existence c'est approuver le tragique Être et tragique s'opposent ainsi comme le non et le oui, la dénégation et l'affirmation, la nécessité et le hasard, le droit et le fait, la nature et l'artifice. »« Le propos plus général est de retrouver, dans la frontière entre [.....

Prix : 172 DH
Le réel et son double

Prix : 76 DH

La force majeure

Prix : 148 DH
Schopenhauer, philosophe de l'absurde

Le caractère absurde du Vouloir demeure, ainsi qu'il apparaîtra ailleurs, l'intuition majeure de Schopenhauer.Cette recherche de l'absurde est la seconde origine du désintéressement de Schopenhauer à l'égard des thèmes généalogiques. Le dessein philosophique n'est pas d'expliquer le [......

Voir tous les livres de Clément Rosset

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Le réel

D’expérience, on sait ce que c’est. En parler, pourtant, est une tâche difficile. Le réel est ce qui nous sort de nos rêves, ce à quoi on se heurte, ce qui nous échappe et nous dépasse. Aussitôt qu’on s’en fait une idée, qu’on le représente, qu’on l’imagine, on cesse d’être en prise sur lui : on lui substitue quelque chose qui est à notre mesure. Le réel, au contraire, est ce qui nous transcende. Que peut-on alors en dire ? Rien de direct, rien qui nous le révèle, seulement des remarques de biais, des paradoxes qui, en nous confrontant à l’impossibilité de l’atteindre, nous en rapprochent toutefois. Le propos de Clément Rosset, dans cette libre digression, contemporaine d’un autre essai sur le même thème, Le Réel et son double (1976), est de nous donner quelques aperçus furtifs de notre rapport au réel. Littérature et philosophie sont convoquées pour témoigner non pas de ce qui est là, sous nos yeux, palpable et tangible, mais de ce qui est au contraire toujours au-delà, retranché en une singularité irréductible que nos significations et nos généralités ne font que recouvrir. L’idiotie du réel, c’est le fait qu’il ne soit jamais propre qu’à lui-même (du grec ancien, "idios" : qui appartient en propre à quelque chose ou à quelqu’un). Le comprendre, le dominer par l’intelligence, c’est toujours le trahir en de vaines spéculations. Le réel est à vivre, en des moments fugitifs et saisissants où nous cessons de coïncider avec nous-mêmes : désir de rien, panique, allégresse... Ce sont ces moments de dessaisissement que le philosophe traque pour les penser et en pointer la profondeur intime. --Emilio Balturi